mis à jour le

Visite de Jean-Yves Le Drian au Mali : « IL NE PEUT Y AVOIR DEUX ARMEES MALIENNES »

Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, a effectué jeudi et vendredi une brève visite dans notre pays. Au cours de cette visite, le ministre français a eu des entretiens avec les autorités de la Transition, notamment le président de la République par intérim, Dioncounda Traoré. Il s'est ensuite rendu à Gao où il a rencontré les troupes françaises, maliennes et africaines qui sécurisent la ville.

Lors d'une conférence de presse à Gao, Jean-Yves Le Drian a déclaré qu’ »il ne peut pas y avoir deux armées maliennes » et que le « dialogue » doit permettre de régler le cas de Kidal, ville où sévissent les rebelles du MNLA. « Il est évident qu’il ne peut pas y avoir deux armées maliennes. Mais, dans le cas précis, pour recouvrer l’intégrité territoriale de Kidal – si on peut utiliser ce terme – il faut le dialogue. Il n’y aura pas de partition » du Mali, a déclaré Le Drian.

« Il faut donc que le dialogue reprenne, le dialogue qui permet au Mali de recouvrer sa souveraineté dans le respect des uns et des autres », a-t-il affirmé.

« C’est une visite d’abord à Gao pour féliciter les troupes françaises, pour leur engagement, leur professionnalisme, leur faire part de la fierté de la nation. Je suis venu aussi dire que la mission se poursuit et que la France restera le temps qu’il faudra » au Mali, où elle opère contre les groupes islamistes, a dit le ministre français qui était arrivé jeudi à Bamako.

Il s’est ensuite rendu au Niger, l’un des pays les plus engagés dans la force africaine au Mali, la Misma, où il s’est entretenu avec le président Mahamadou Issoufou.

Après Niamey, le ministre français de la Défense est arrivé vendredi soir au Tchad, dernière étape de sa tournée. Ici, il a exhorté les partenaires africains de la France à ne pas laisser un « vide sécuritaire » dans notre pays, où il a de nouveau appelé à la tenue de l’élection présidentielle dès juillet. « Puisque nous rentrons dans une nouvelle phase, la phase qui est presque après-guerre, il ne faut pas laisser le vide sécuritaire », a plaidé samedi le ministre Le Drian.

Le Tchad a entamé un retrait progressif de ses quelque 2.000 soldats du Mali, après avoir perdu 36 soldats dans l’opération lancée en début d’année sous la direction de Paris contre les groupes islamistes armés occupant le nord du pays. Rompues à la guerre du désert, les forces tchadiennes ont joué un rôle de fer de lance au sein de la force africaine (Misma) déployée en appui à l’armée française, infligeant de lourdes pertes aux jihadistes.

« La décision de l’ONU de mettre en ½uvre des casques bleus nous a amené à évoquer ensemble la manière dont le Tchad continuera à intervenir au Mali par le biais de cette force », a expliqué le Drian, après avoir rencontré le président tchadien Idriss Déby.

Rappelons que la semaine dernière, le Conseil de sécurité de l’ONU a autorisé la création d’une force de maintien de la paix de 12.600 Casques bleus, chargée de stabiliser le nord de notre pays et censée prendre le relais de la Misma.

Récemment, Déby avait indiqué qu’il était prêt à mettre des soldats tchadiens à la disposition de l’ONU si elle en formulait la demande. Il est « logique que le Tchad assure des responsabilités », a estimé à ce propos le ministre français.

L'essor

Ses derniers articles: Mopti : Transport de viande, un casse-tête sanitaire  Promotion de la femme : RACHELLE DJANGONE MIAN S’EN VA  Sécurité alimentaire : DES CEREALES A 

visite

AFP

Soudan: le Premier ministre égyptien en visite

Soudan: le Premier ministre égyptien en visite

AFP

Le coronavirus interdit de visite dans la plus grande prison du Mali

Le coronavirus interdit de visite dans la plus grande prison du Mali

AFP

Libye: visite surprise du chef de la diplomatie turque

Libye: visite surprise du chef de la diplomatie turque

Mali

AFP

Trois soldats français tués dans la zone des "trois frontières" au Mali

Trois soldats français tués dans la zone des "trois frontières" au Mali

AFP

Le Mali a rendu un dernier hommage

Le Mali a rendu un dernier hommage

AFP

Tunis: le chef de la diplomatie française reporte de trois jours son voyage au Mali

Tunis: le chef de la diplomatie française reporte de trois jours son voyage au Mali

armées

AFP

Mali: Parly annonce une frappe d'ampleur et soutient les forces armées face aux jihadistes

Mali: Parly annonce une frappe d'ampleur et soutient les forces armées face aux jihadistes

AFP

A Bamako, la ministre française des Armées réaffirme le soutien aux forces maliennes

A Bamako, la ministre française des Armées réaffirme le soutien aux forces maliennes

AFP

Armées du Sahel: les accusations d'exactions se multiplient, réunion

Armées du Sahel: les accusations d'exactions se multiplient, réunion