mis à jour le

Ethiopie: nouvelle offensive des forces rebelles du Tigré

Les forces rebelles ont affirmé mardi avoir lancé une nouvelle offensive dans la région éthiopienne du Tigré, deux semaines après la reprise de la capitale régionale Mekele qui avait conduit le gouvernement à déclarer un cessez-le-feu.

Cette région de l'extrême nord de l'Ethiopie est en proie depuis huit mois à une guerre marquée par des atrocités et par le spectre grandissant de la famine. 

"Hier, nous avons lancé une offensive dans la région de Raya (sud du Tigré) et nous sommes parvenus à mettre en déroute les divisions des forces de défense fédérales et des forces amhara", a affirmé à l'AFP par téléphone Getachew Reda, un porte-parole des rebelles. 

"Nous sommes parvenus à sécuriser la majorité du sud du Tigré", a-t-il ajouté, précisant contrôler notamment Alamata, principale ville de cette zone et où il affirme se trouver.

Un porte-parole de l'armée fédérale n'était pas joignable dans l'immédiat, et il était impossible de vérifier les affirmations de M. Getachew, les réseaux de communication étant pratiquement coupés dans la région. 

- Territoires contestés -

Le Premier ministre Abiy Ahmed a lancé le 4 novembre une opération militaire au Tigré pour chasser et désarmer les autorités locales, issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF). 

Fin novembre, le gouvernement, épaulé dans ce conflit par des troupes venues de l'Erythrée voisine et de la région de l'Amhara, qui borde le Tigré au Sud, a pris la capitale régionale Mekele et proclamé la victoire. Mais les combats se sont poursuivis.

Fin juin, l'armée s'est retirée face à une spectaculaire avancée des troupes pro-TPLF, qui ont repris le 28 Mekele, située à l'est, ainsi qu'une majorité du Tigré les jours suivants. 

Dans la foulée, Addis Abeba a déclaré un cessez-le-feu et retiré l'armée. D'abord qualifié de "blague" par les forces tigréennes, nommées Forces de Défense du Tigré (TDF), le principe de ce cessez-le-feu a ensuite été accepté mais sous conditions. Parmi elles figuraient le retour des forces amhara et érythréennes "à leurs territoires d'avant-guerre".

Les Amhara contrôlaient jusqu'ici les zones sud et ouest du Tigré, qu'ils revendiquent de longue date. 

"Nous avons promis de libérer chaque centimètre carré du Tigré", a ajouté M. Getachew, affirmant que les TDF étaient toujours "aux trousses" des forces pro-gouvernementales dans le sud. 

A l'ouest, zone située aux confins de l'Ethiopie, de l'Erythrée et du Soudan, des combats sont en cours, a-t-il également dit. 

Mardi matin, une source onusienne a fait état de tirs d'artillerie près d'Emba Madre, une localité de l'ouest, tandis que des combats étaient signalés à une quinzaine de kilomètres de là, près de Mai Tsebri.

Au sud de la région, des travailleurs humanitaires contactés par l'AFP ont dit entendre des tirs d'armes automatiques près d'un camp de réfugiés, à Mai Aini.

- Convoi humanitaire - 

Cette nouvelle offensive intervient deux jours après l'annonce, samedi, des résultats des élections parlementaires du 21 juin, où le Parti de la prospérité de M. Abiy a remporté une victoire écrasante. 

Lauréat du prix Nobel de la paix en 2019, le Premier ministre, qui se présentait pour la première fois devant les électeurs depuis sa nomination en 2018, souhaitait obtenir l'onction populaire qui lui faisait défaut en cette période délicate.

Des violences ethniques touchent plusieurs zones de l'Ethiopie et le sanglant conflit au Tigré a fait des milliers de morts et des millions de déplacés, ternissant son image de jeune dirigeant réformateur. 

Selon l'ONU, plus de 400.000 personnes ont "franchi le seuil de la famine" au Tigré mais l'aide humanitaire peine à accéder à la région. 

Lundi soir, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé dans un communiqué qu'un convoi de 50 camions était arrivé à Mekele, transportant 900 tonnes de nourriture et des équipements d'urgence. 

Mais cet organe de l'ONU affirme que "le double de ce nombre de camions doit arriver chaque jour au Tigré pour répondre aux immenses besoins humanitaires dans la région".

A Bruxelles, le chef de la diplomatie de l'Union européenne Josep Borrell a appelé lundi ses membres à considérer l'adoption de sanctions contre le deuxième pays le plus peuplé d'Afrique, affirmant que la situation "n'a jamais été pire" au Tigré.

De leur côté, les Etats-Unis, alliés traditionnels de l'Ethiopie, ont à nouveau affirmé lundi que des "actes de nettoyage ethnique" ont eu lieu au Tigré et appelé toutes les parties à protéger les civils. 

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

forces

AFP

Des militaires des forces spéciales américaines dans l'est de la RDC

Des militaires des forces spéciales américaines dans l'est de la RDC

AFP

Ethiopie: la chef de l'USAID appelle

Ethiopie: la chef de l'USAID appelle

AFP

L'ONU accuse les rebelles, les forces centrafricaines et leurs alliés russes d'exactions

L'ONU accuse les rebelles, les forces centrafricaines et leurs alliés russes d'exactions

nouvelle

AFP

Nigeria: la nouvelle loi pétrolière attise les tensions dans le delta du Niger

Nigeria: la nouvelle loi pétrolière attise les tensions dans le delta du Niger

AFP

RDC: nouvelle naissance de gorille de montagne au parc des Virunga

RDC: nouvelle naissance de gorille de montagne au parc des Virunga

AFP

Réduction de 70% des cas graves de paludisme grâce

Réduction de 70% des cas graves de paludisme grâce

offensive

AFP

Ethiopie: Abiy Ahmed promet de "repousser les attaques" après une nouvelle offensive rebelle au Tigré

Ethiopie: Abiy Ahmed promet de "repousser les attaques" après une nouvelle offensive rebelle au Tigré

AFP

Ethiopie: Abiy Ahmed promet de "repousser les attaques" après une nouvelle offensive rebelle au Tigré

Ethiopie: Abiy Ahmed promet de "repousser les attaques" après une nouvelle offensive rebelle au Tigré

AFP

Ethiopie: Abiy Ahmed promet de "repousser les attaques" après une nouvelle offensive rebelle au Tigré

Ethiopie: Abiy Ahmed promet de "repousser les attaques" après une nouvelle offensive rebelle au Tigré