mis à jour le

Dix ans après la division du Soudan, les rebelles gardent leurs armes contre Khartoum

Dix ans après l'indépendance du Soudan du Sud, des rebelles qui étaient jadis alliés à Juba poursuivent leur combat contre Khartoum, malgré la chute de leur ancien ennemi, l'autocrate Omar el-Béchir en 2019.

Le rebelle Abdelaziz al-Hilu, chef d'une faction du Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord (SPLM-Nord), a pris les armes il y a 36 ans pour lutter contre ce qu'il estimait être une marginalisation des minorités par l'ex-dictateur.

A titre personnel, M. Hilu a signé en septembre 2020 un accord de cessation des hostilités avec Khartoum. Mais les pourparlers avec des groupes rebelles, dont le sien, ont été eux suspendus le mois dernier, alors que ces mouvements contrôlent des enclaves où vivent des membres des minorités chrétiennes dans les Etats du Kordofan-Sud et du Nil Bleu.

Issu du mouvement de rebelles sudistes fondé en 1983 par l'actuel président du Soudan du Sud Salva Kiir, et John Garang, le SPLM-Nord a pris part à 22 années de guerre civile contre Khartoum.

Ce conflit a fait des centaines de milliers de morts et a pris fin en 2005 grâce à un accord de paix, lequel a ouvert la voie à la sécession du Soudan du Sud, le 9 juillet 2011.

Malgré l'indépendance du Soudan du Sud, les anciens alliés de la cause sud-soudanaise sont restés isolés du côté nord de la frontière, dans un pays majoritairement musulman.

- Armes et "autodéfense" -

Malgré l'indépendance du Soudan du Sud, les anciens alliés de la cause sud-soudanaise sont restés isolés du côté nord de la frontière, dans un pays majoritairement musulman.

Peu avant la sécession du Sud, des affrontements entre rebelles et armée soudanaise ont éclaté. Et en 2017, des luttes intestines ont mené à la division du SPLM-Nord en deux factions, celle de M. Hilu et une seconde branche dirigée par l'ex-chef rebelle Malik Agar.

En octobre 2020, ce dernier a signé un accord de paix avec Khartoum, aux côtés d'anciens insurgés du Darfour (ouest).

Dans un cessez-le-feu séparé, M. Hilu a obtenu que ses combattants conservent leurs armes "pour assurer leur propre protection" jusqu'à ce que la Constitution soit amendée pour garantir un Etat laïc et "l'unification des forces armées".

Pour le chef de guerre, l'absence de séparation entre l'Etat et la religion était à la "racine" des conflits qu'a connu le pays depuis son indépendance du Royaume-Uni en 1956, a-t-il déclaré à la chaîne de télévision Sky News, basée à Londres, 

Né en 1954 au Kordofan du Sud, Abdelaziz al-Hilu, de confession musulmane, a étudié l'économie à l'Université de Khartoum, avant de prendre les armes en 1985. Surnommé "l'homme des tâches difficiles", il est rapidement devenu un "guérillero respecté", selon les dires de membres du SPLM-Nord.

"Après la sécession, (M. Hilu) se sentait comme un orphelin", affirme Magdi al-Guizouli du cercle de réflexion Rift Valley Institute.

Aujourd'hui, alors que l'intégration des rebelles est un des principaux points d'achoppement des négociations avec Khartoum, M. Hilu se montre récalcitrant à l'idée de fusionner dans l'armée nationale, avec ses anciens ennemis. 

Sollicité par l'AFP, M. Hilu n'a pas réagi.

M. Guizouli estime que M. Hilu souhaite "garder ses troupes intactes". Alors seulement "il sera ouvert à trouver un arrangement sur la séparation de l'Etat et la religion", juge-t-il.

- "Enclaves isolées" -

En juin, plusieurs agences onusiennes ont annoncé dans un communiqué avoir fait une "percée significative" en accédant "pour la première fois depuis 10 ans (...) à cinq enclaves isolées" contrôlées par le groupe et abritant quelque 800.000 personnes.

Selon l'ONU, des territoires ont été "coupés de toute aide" et les habitants ont "urgemment besoin de vivres, de santé, d'éducation et d'eau potable".

Ils "ont survécu avec très peu voire rien pendant une décennie", a affirmé le chef du Programme alimentaire mondial (PAM) dans le pays, Eddie Rowe, après une livraison de 100 tonnes de nourriture par l'ONU en juin.

"Avec davantage de sécurité alimentaire et d'autres opportunités, les familles pourront réintégrer (la société soudanaise) et commencer à guérir et à (se) reconstruire", estime-t-il.

Toutefois, Jonas Horner du cercle de réflexion International Crisis Group (ICG) a averti que les rebelles et les populations marginalisées accordent peu de crédit à l'actuel gouvernement de Khartoum. 

"Avant qu'un gouvernement davantage représentatif soit mis en place, tout changement important dans ces enclaves --ou plus généralement dans les régions reculées du Soudan-- reste improbable", selon lui.

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

armes

AFP

Nigeria: des hommes armés enlèvent plus de 70 élèves dans un lycée du Nord-Ouest

Nigeria: des hommes armés enlèvent plus de 70 élèves dans un lycée du Nord-Ouest

AFP

Tchad: le chef de la junte promet "des actions concrètes" en faveur des groupes armés

Tchad: le chef de la junte promet "des actions concrètes" en faveur des groupes armés

AFP

Nigeria: 140 lycéens enlevés dans leur pensionnat par des hommes armés

Nigeria: 140 lycéens enlevés dans leur pensionnat par des hommes armés

Khartoum

AFP

Bouffée d'espoir

Bouffée d'espoir

AFP

Soudan: sécurité renforcée et rues bloquées

Soudan: sécurité renforcée et rues bloquées

AFP

Soudan: accord de paix historique entre Khartoum et quatre mouvements rebelles

Soudan: accord de paix historique entre Khartoum et quatre mouvements rebelles

rebelles

AFP

Ethiopie: les rebelles du Tigré accusent l'UA de "partialité"

Ethiopie: les rebelles du Tigré accusent l'UA de "partialité"

AFP

Ethiopie: des civils sous le choc racontent l'avancée des rebelles tigréens en Amhara

Ethiopie: des civils sous le choc racontent l'avancée des rebelles tigréens en Amhara

AFP

Les rebelles du Tigré refusent de se retirer des régions éthiopiennes voisines

Les rebelles du Tigré refusent de se retirer des régions éthiopiennes voisines