mis à jour le

Mali: 6 soldats tués, 15 Casques bleus blessés dans deux attaques distinctes

Le Mali a connu vendredi une nouvelle journée sanglante avec deux attaques, l'une contre un poste militaire dans le centre, qui a fait six morts, et l'autre contre une position temporaire de l'ONU au nord, qui a fait 15 blessés.

L'attaque d'un poste militaire dans le village de Boni (centre) a fait six morts parmi les soldats et un blessé. Dix soldats maliens avaient déjà été tués en février dans ce même village.

Les troupes ont "vigoureusement repoussé" des "attaques simultanées" menées dans ce village vendredi après-midi, ont indiqué les Forces armées maliennes sur leur page Facebook.

Plus tôt dans la journée, 15 Casques bleus des Nations unies, allemands pour la plupart, ont été blessés dans le nord du pays dans une attaque au véhicule suicide contre une position temporaire.

Trois des 12 Casques bleus allemands touchés sont grièvement blessés, a précisé la ministre allemande de la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer. Deux d'entre eux sont dans un état jugé stable tandis que le troisième a été opéré. Tous les blessés ont été évacués de la zone par hélicoptère, a-t-elle ajouté. 

Un avion est attendu dans la nuit à Gao, la grande ville proche, pour emporter samedi matin les plus grièvement blessés.

Un soldat belge a également été blessé, a rapporté le ministère belge de la Défense. Il a reçu les premiers soins sur place avant d'être transporté dans un hôpital.

La Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a fait état de quinze blessés dans cette attaque au véhicule piégé menée tôt contre une base temporaire près du village d'Ichagara.

La Minusma avait établi là une position depuis jeudi, le temps de sécuriser une opération de remorquage d'un véhicule de la mission, a indiqué une porte-parole de la mission. Le véhicule à remorquer avait été endommagé jeudi par l'explosion d'un engin explosif artisanal.

L'engin avait explosé au passage d'un convoi de la Minusma qui escortait le déploiement d'un bataillon dit "reconstitué" de l'armée malienne, c'est-à-dire intégrant d'anciens rebelles ayant combattu les forces régulières dans le nord avant la signature d'un accord de paix en 2015, a indiqué une source sécuritaire internationale. 

- Cible d'attaques -

Depuis 2012 et le déclenchement de rébellions indépendantiste et jihadiste dans le nord, le Mali est plongé dans une tourmente multiforme qui a fait des milliers de morts, civils et combattants, malgré le soutien de la communauté internationale et l'intervention de forces de l'ONU, africaines et françaises.

Les indépendantistes ont signé un accord de paix en 2015. Mais le Mali reste en proie aux agissements des groupes liés à Al-Qaïda et à l'organisation Etat islamique, aux violences intercommunautaires et aux trafics en tous genres. Les violences se sont propagées au Burkina et au Niger voisins.

La Minusma, forte d'environ 18.300 personnes, dont 13.200 militaires, est régulièrement la cible d'attaques, comme les forces maliennes et françaises. C'est la mission la plus meurtrière pour l'ONU dans le monde.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas a condamné "l'attaque ignoble d'aujourd'hui (qui) souligne une fois de plus combien il est important que nous nous opposions aux terroristes".

La France, qui déplore la mort de 50 soldats dans la région depuis 2013, "condamne avec la plus grande fermeté l'attaque (..), réaffirme son plein soutien à la Minusma, qui exerce un rôle essentiel pour la stabilisation du Mali" et "salue l'engagement des pays qui y contribuent", a également déclaré le ministère français des Affaires étrangères.     

Après plus de huit ans d'engagement, le président Emmanuel Macron a annoncé en juin une réduction future de la présence militaire française au Sahel, avec la fermeture de bases et une réarticulation de la lutte antijihadiste autour d'une alliance internationale associant des Européens.

"La France demeure auprès de l'ensemble de ses partenaires au Sahel pour lutter contre le fléau du terrorisme", a toutefois insisté le Quai d'Orsay.

Elle avait précédemment suspendu ses opérations conjointes avec les forces maliennes à la suite d'un nouveau coup de force des militaires, le deuxième en neuf mois, faisant du colonel Assimi Goïta le président de transition. 

L'engagement français au Mali suscite régulièrement des expressions ou des manifestations hostiles, généralement limitées et souvent doublées d'appels à une intervention de la Russie.

sd-kt-vl-bur/blb/nzg/alc

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

attaques

AFP

Ethiopie: plus de 210 morts dans des attaques "

Ethiopie: plus de 210 morts dans des attaques "

AFP

RDC : au moins huit morts dans deux attaques armées dans le Kivu

RDC : au moins huit morts dans deux attaques armées dans le Kivu

AFP

RDC: Beni sous le choc au lendemain des attaques

RDC: Beni sous le choc au lendemain des attaques

blessés

AFP

RDC: un mort et 7 blessés dans une fusillade

RDC: un mort et 7 blessés dans une fusillade

AFP

Algérie: quatre morts et trois blessés dans des incendies en Kabylie

Algérie: quatre morts et trois blessés dans des incendies en Kabylie

AFP

Mali: 15 Casques bleus blessés dans une attaque au véhicule piégé

Mali: 15 Casques bleus blessés dans une attaque au véhicule piégé

bleus

AFP

RDC: Beni, sceptique, se félicite prudemment de l'arrivée de Casques bleus kényans

RDC: Beni, sceptique, se félicite prudemment de l'arrivée de Casques bleus kényans

AFP

Mali: le chef de l'ONU recommande d'augmenter la Minusma d'environ 2.000 Casques bleus

Mali: le chef de l'ONU recommande d'augmenter la Minusma d'environ 2.000 Casques bleus

AFP

RDC: un mort dans des échanges de tirs près d'une base des Casques bleus dans le nord-est

RDC: un mort dans des échanges de tirs près d'une base des Casques bleus dans le nord-est