mis à jour le

Le conflit dans le Nord-Est du Nigeria a entraîné la mort de 324.000 enfants, selon l'ONU

Le conflit entre l'armée nigériane et les groupes jihadistes du nord-est du Nigeria, qui dure depuis 12 ans, a causé la mort directe ou indirecte de près de 350.000 personnes dont 324.000 enfants, ont rapporté jeudi les Nations unies. 

"Nous estimons qu'à la fin de l'année 2020, le conflit avait causé la mort de 350.000 personnes, dont 314.000 de causes indirectes", peut-on lire dans le rapport "Enquête sur les conséquences du conflit en terme de développement dans le nord-est du Nigeria" publié jeudi.

"Nous estimons que 90% des victimes de ce conflit, soit 324.000  sont des enfants de moins de 5 ans", est-il indiqué.  

Selon les chiffres régulièrement avancés par les institutions internationales, plus de 40.000 personnes ont été tuées dans les affrontements des douze années de ce conflit sanglant et plus de deux millions ont été forcées de quitter leur foyer. 

L'insécurité, une menace perpétuelle sur la sécurité alimentaire, mais aussi les conditions économiques et sanitaires désastreuses des camps de déplacés, manquant d'infrastructures de base comme l'eau courante ou les soins, pourraient engendrer plus d'1,1 million de morts supplémentaires dans les dix prochaines années, prévient le rapport.

Dans le nord-est du Nigeria, l'ONU estime que 13,1 millions de personnes vivent dans les zones affectées par le conflit (Etats du Borno, d'Adamawa et Yobe), dont 5,3 millions souffrent d'insécurité alimentaire et ont besoin d'assistance pour survivre.

Le président nigérian Muhammadu Buhari est arrivé au pouvoir en 2015 avec la promesse de mettre fin à rébellion de Boko Haram, ancienne secte islamiste devenue un mouvement jihadiste violent. 

L'ancien général est décrié pour sa gestion de la sécurité du pays, géant de 200 millions d'habitants, en proie à de nombreux conflits et à l'insécurité.

Le groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), qui a fait sécession de Boko Haram en 2016, contrôle aujourd'hui d'importants pans de territoires autour de la région du lac Tchad, où les populations vivent sous son contrôle, sans accès aux services de l'Etat ou des agences humanitaires internationales.

AFP

Ses derniers articles: La Fifa suspend un an l'ancien président de la CAF Issa Hayatou  En Tanzanie, les arrestations d'opposants assombrissent l'espoir d'un renouveau politique  Soudan du Sud: le nouveau Parlement prête serment, des activistes arrêtés 

conflit

AFP

"Une lutte pour la survie": le conflit au Tigré face aux rivalités ethniques

"Une lutte pour la survie": le conflit au Tigré face aux rivalités ethniques

AFP

L'Ethiopie aux urnes pour une élection assombrie par le conflit au Tigré

L'Ethiopie aux urnes pour une élection assombrie par le conflit au Tigré

AFP

Conflit frontalier: "Nous ne voulons pas de guerre" avec le Soudan, dit le Premier ministre éthiopien

Conflit frontalier: "Nous ne voulons pas de guerre" avec le Soudan, dit le Premier ministre éthiopien

l'ONU

AFP

Mali: le chef de l'ONU recommande d'augmenter la Minusma d'environ 2.000 Casques bleus

Mali: le chef de l'ONU recommande d'augmenter la Minusma d'environ 2.000 Casques bleus

AFP

Sahara occidental: Guterres exhorte les deux parties

Sahara occidental: Guterres exhorte les deux parties

AFP

L'ONU accuse les forces centrafricaines et leurs alliés russes de violer les droits humains

L'ONU accuse les forces centrafricaines et leurs alliés russes de violer les droits humains

mort

AFP

Sierra Leone: l'Assemblée nationale vote l'abolition de la peine de mort

Sierra Leone: l'Assemblée nationale vote l'abolition de la peine de mort

AFP

Calme et ordre au Tchad trois mois après la mort d'Idriss Déby

Calme et ordre au Tchad trois mois après la mort d'Idriss Déby

AFP

RDC: un mort dans des échanges de tirs près d'une base des Casques bleus dans le nord-est

RDC: un mort dans des échanges de tirs près d'une base des Casques bleus dans le nord-est