mis à jour le

Au Nigeria, fin de calvaire pour des étudiants kidnappés

Une trentaine d'étudiants kidnappés en mars par un commando lourdement armé dans le nord du Nigeria ont été libérés, s'est félicité mercredi le président nigérian, critiqué pour son incapacité à enrayer les attaques de bandes criminelles pratiquant les enlèvements de masse.

"Nous sommes heureux qu'ils aient été libérés... Nous remercions tous les acteurs ayant contribué à cette heureuse issue", a réagi le président Muhammadu Buhari dans un communiqué.

Au total, 39 étudiants avaient enlevés le 11 mars dans leur université du nord-ouest du Nigeria, dans la ville de Kaduna.

Un premier groupe de dix étudiants avait été retrouvé par les forces de sécurité dans les semaines suivant l'attaque, mais les 29 derniers étudiants manquant à l'appel auront été captifs pendant près de deux mois.

"Le commandement de la police a informé le gouvernement de l'Etat de Kaduna de la libération des derniers étudiants" enlevés le 11 mars, avait annoncé un peu plus tôt Samuel Aruwan, ministre de l'Intérieur de l'Etat de Kaduna.

Les enlèvements de masse dans les écoles se multiplient dans le nord et le centre du Nigeria, oeuvre de groupes islamistes ou de gangs criminels appelés localement "bandits" cherchant à obtenir des rançons ou ayant tissé des liens avec ces groupes armés.

- Populations terrorisées -

Les autorités nigérianes ne donnent pas de détails sur les circonstances de la libération des étudiants ou une éventuelle rançon. Les familles des étudiants enlevés à Kaduna avaient manifesté à Abuja cette semaine pour réclamer leur libération.

Ces bandes armées terrorisent les populations, pillant des villages, volant le bétail et se livrant à des enlèvements de masse pour obtenir des rançons.

Depuis plusieurs mois, ces "bandits" pratiquent des enlèvements collectifs dans des établissements scolaires et universitaires de zones rurales, où quelque 730 enfants et adolescents ont été kidnappés depuis décembre 2020. Ces attaques ont perturbé les études de plus de cinq millions d'enfants, selon l'Unicef.

Les autorités nient avoir payé la moindre rançon pour obtenir la libération des 29 étudiants, qui survient quelques jours après la mort d'un chef de gang ayant dirigé l'enlèvement de centaines d'élèves dans le nord du Nigeria, tué lors d'un affrontement armé avec un gang rival.

Le 20 avril, une vingtaine d'étudiants ont été à nouveau enlevés dans une université de l'Etat de Kaduna, et un membre du personnel universitaire a été tué durant l'attaque. Cinq des étudiants enlevés ont depuis été exécutés.

Le Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique avec plus de 200 millions d'habitants, est en proie à de multiples conflits, entre une insurrection jihadiste dans le Nord-Est, des attaques de bandes criminelles pratiquant des enlèvements de masse dans le Nord-Ouest et celles de séparatistes qui visent les forces de sécurité dans le Sud-Est.

Au moins 30 personnes ont été tuées lundi dans une attaque de combattants liés au groupe Etat islamique contre une garnison.

Mais l'armée nigériane a exprimé son soutien au président Muhammadu Buhari, critiqué de toutes parts pour son incapacité à endiguer l'insécurité dans le pays.

AFP

Ses derniers articles: Libye: un fils de l'ex-dictateur libéré, que reste-t-il du clan Kadhafi?  RDC: nouveau massacre de villageois en Ituri, les ADF accusés  Guinée: les putschistes convoquent autoritairement les anciens ministres 

étudiants

AFP

Côte d'Ivoire: les étudiants en colère de Bouaké obtiennent des ralentisseurs

Côte d'Ivoire: les étudiants en colère de Bouaké obtiennent des ralentisseurs

AFP

Nord-ouest du Nigeria: trois étudiants enlevés exécutés, des dizaines de villageois abattus

Nord-ouest du Nigeria: trois étudiants enlevés exécutés, des dizaines de villageois abattus

AFP

Nord du Nigeria: attaque contre une université, des étudiants enlevés

Nord du Nigeria: attaque contre une université, des étudiants enlevés