mis à jour le

Charles de Foucauld fera partie des prochains canonisés

Le religieux français et célèbre ermite du désert Charles de Foucauld, mort en 1916 dans le Sahara algérien, deviendra bientôt un saint, a confirmé lundi le Vatican, sans toutefois fixer une date de canonisation face aux incertitudes de la pandémie du coronavirus.

Lundi, un consistoire ordinaire (réunion de cardinaux) présidé par le pape François a confirmé qu'il ferait bien partie d'un groupe de sept bienheureux devant être canonisés.

Ce type de réunion fixe en temps normal les dates de ces célébrations. Mais selon une source proche du Vatican, l'absence d'un calendrier est lié à la situation sanitaire mondiale. Les canonisations, présidées par le pape en présence de nombreux fidèles arrivant du monde entier, se déroulent presque toujours sur la place Saint-Pierre de Rome.

Un deuxième miracle reconnu par le Vatican voici un an avait déjà ouvert la voie à la canonisation de Charles de Foucauld: l'insolite histoire d'un jeune charpentier de Saumur (ouest de la France) rescapé en 2016 d'une chute de 15 mètres dont il est ressorti indemne malgré un abdomen transpercé par l'élément d'un banc.

Rien ne prédestinait le vicomte Charles-Eugène de Foucauld, né le 15 septembre 1858 à Strasbourg dans une famille fortunée, à une existence de missionnaire isolé et de futur saint. Orphelin à six ans, il est élevé par son grand-père maternel, colonel de l'armée française. Après des études à l'Ecole militaire de Saint-Cyr, il devient un officier noceur qui dilapidera la fortune léguée par son grand-père.

Il s'est ensuite consacré à une existence de foi et d'évangélisation par l'exemple, d'abord chez les moines trappistes en Syrie, en Palestine, puis en ermite au milieu des Touaregs dans le Sahara algérien au début du XXe siècle.

Il deviendra d'ailleurs une référence dans la connaissance de ces nomades, rédigeant notamment un "Dictionnaire touareg-français, dialecte de l'Ahaggar" qui fait encore autorité aujourd'hui. Charles de Foucauld a aussi laissé derrière lui de nombreux écrits, notamment des lettres à ses proches et des "cahiers" de ses réflexions quotidiennes.

Il est mort assassiné en 1916 à Tamanrasset, dans le Sud désertique algérien.

Son procès en béatification avait commencé dans les années 1930 et il avait été déclaré "bienheureux" en 2005 par le pape Benoît XVI.

Parmi les futurs saints confirmés lundi, se trouve le père français César de Bus, fondateur de la congrégation des Pères de la Doctrine chrétiennes, les doctrinaires, né le 3 février 1544 à Cavaillon, en Provence (Sud-Est), et mort en Avignon le 15 avril 1607.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: l'ex-parti au pouvoir au Tigré, le TPLF, classé organisation terroriste  L'Armée de résistance du Seigneur, 30 ans de terreur en Afrique centrale  La CPI condamne le chef rebelle ougandais Dominic Ongwen