mis à jour le

Adoussouma, jeune Tchadien, fauché par une balle pendant une manif anti-junte

A droite de la porte de la maison familiale des Komeissou, une photo d'Adoussouma, tué mardi dans les manifestations à N'Djamena contre la junte, a été imprimée sur une feuille A4 et accrochée sur le mur décrépi.

Le grand sourire qu'il a sur cette photo est le seul point lumineux ce jeudi dans cette grande maison de la capitale du Tchad où une quarantaine de ses proches et amis sont venus présenter leurs condoléances.

Adoussouma avait 27 ans. Avec des amis, il avait décidé mardi matin d'aller manifester "pour le changement" dans son pays, selon son oncle Joslin. 

Il voulait seulement aller sur la grande route goudronnée qui borde son quartier populaire et contestataire de Walia, dans le sud de N'Djamena. C'était à quelques dizaines de mètres seulement de sa maison.

Mais il a été touché par une balle, qui a traversé ses jambes. Il est mort à l'hôpital quelques heures plus tard.

Pour les registres municipaux, Joslin a raconté en larmes au responsable de la morgue les circonstances du décès. A l'AFP quelques minutes plus tard, il disait ne pas comprendre pourquoi son neveu avait été tué.

Adoussouma fait partie des manifestants morts durant la manifestation à l'appel de l'opposition et de la société civile mardi, qui a été réprimée par les forces de sécurité.

- "succession dynastique"-

La marche, comme de nombreuses autres au Tchad, avait été interdite par les autorités.

Ses organisateurs voulaient dénoncer la "succession dynastique" que représente selon eux la prise de pouvoir de Mahamat Idriss Déby après la mort au front de son père Idriss Déby Itno.

Mahamat Idriss Déby a pris la tête d'un Conseil militaire de transition (CMT), composé de généraux proches de son défunt père, et concentre presque tous les pouvoirs.

Pour l'opposition et la société civile, c'est un "coup d'Etat institutionnel" qu'il fallait dénoncer autant que le soutien apporté par la sous-région et les alliés du Tchad, dont la France, soucieux de la stabilité de ce pays pivot entre la Libye, le Sahel et l'Afrique centrale.

Mais les manifestations ont tourné court: après à peine quelques heures, les quelques groupes de jeunes de manifestants ont été dispersés par des forces de l'ordre omniprésentes sur des pick-ups.

Les hommes en tenue, pour la plupart enturbannés ou cagoulés, ont tiré. Des gaz lacrymogènes et des balles.

Des dizaines de personnes ont été blessées et hospitalisées. Selon les autorités, six personnes ont été tuées à N'Djamena et dans le sud du pays. Une douzaine selon les ONG locales.

Plus de 650 autres ont été arrêtées par les hommes des pick-ups à N'Djamena, dont plusieurs journalistes. Beaucoup ont été relâchés depuis.

-"ne plus vivre"-

Trois jours plus tard, foulard noir sur la tête, la mère d'Adoussouma se lamente. "C'était mon premier fils, c'est lui qui devait m'aider", souffle-t-elle, en retenant ses larmes.

"Moi je n'ai rien fait, j'ai déjà beaucoup souffert", répète Yvonne encore et encore. A l'annonce de sa grossesse, le père d'Adoussama l'avait abandonnée. "Je ne veux plus vivre", dit-elle. 

"C'était un bon gars, il devait être utile à la famille, il devait être utile pour le Tchad, et subitement il est parti", ajoute Balo Lama Komeissou, 69 ans, le chef de la famille.

"Le gouvernement ne tient pas compte de sa population et ne connaît pas la misère dans laquelle nous vivons", dit-il. 

Dans ce pays parmi les plus pauvres du monde, où le métier des armes ou la fuite vers l'orpaillage saharien sont les principaux débouchés tant l'économie est en berne malgré les revenus du pétrole, le "raz-le-bol" des jeunes représente un "danger", estime Remadji Hoinathy, chercheur à l'Institut des études de sécurité (ISS) à N'Djamena.

"Au vu de la situation actuelle, ceux qui sont nés au début des années 90, se disent qu'il n'y a pas grand chose à perdre", poursuit le chercheur.

Adoussouma était l'un de ces jeunes désabusés. A 27 ans, il finissait à peine le lycée.

"Il voulait que le Tchad change, qu'il prospère avec tout le monde" sans "inégalités et népotisme", explique Joslin.

Il veut croire désormais qu'Adoussama "sera un martyr", que "le sang versé n'est pas pour rien".

AFP

Ses derniers articles: Kenya: un lion échappé du parc national de Nairobi sème la panique  RDC : au moins huit morts dans deux attaques armées dans le Kivu  Côte d'Ivoire: après la rencontre "historique" Gbagbo-Ouattara, "le plus dur commence" 

jeûne

AFP

Décès du fondateur de Jeune Afrique, Béchir Ben Yahmed

Décès du fondateur de Jeune Afrique, Béchir Ben Yahmed

AFP

Présidentielle en Côte d'Ivoire: fossé entre un pays jeune et des candidats âgés

Présidentielle en Côte d'Ivoire: fossé entre un pays jeune et des candidats âgés

AFP

Décès de la plus jeune fille de Mandela, militante anti-apartheid

Décès de la plus jeune fille de Mandela, militante anti-apartheid