mis à jour le

Présidentielle au Bénin: fin de campagne sous tension, le président promet "un KO retentissant"

Le président béninois Patrice Talon a promis de mettre "un KO retentissant" à ses deux adversaires à la présidentielle de dimanche, lors de son dernier meeting vendredi, ultime jour d'une campagne marquée par des violences dans le centre et le Nord du pays.

"J'ai confiance, dimanche, nous n'aurons aucune difficulté à gagner dès le premier tour, mais je viens vous demander ce KO une dernière fois", a lancé le chef de l'Etat à un public de plusieurs centaines de militants réunis à Godomey, une ville en périphérie de Cotonou, la capitale économique.

"Mais ce KO ne suffit pas. Pour notre pays, notre harmonie et l'image du pays à l'extérieur, il faut que tout le monde sorte pour aller voter, alors le KO sera encore plus retentissant", a-t-il martelé sur scène au côté de de sa colistière, candidate à la vice-présidence, Mariam Talata. 

Le président vêtu d'une chemise saharienne blanc ivoire, d'une casquette et de lunettes de soleil, s'est exprimé durant 40 minutes uniquement en langue fon, la langue parlée dans le Sud du pays. 

A aucun moment, il n'a mentionné les violences qui ont éclaté dans le centre et le Nord du pays, fiefs de l'opposition où l'armée est intervenue jeudi pour déloger des manifestants qui avaient érigé des barrages. 

Ils protestaient contre le président Patrice Talon, candidat à sa propre succession et accusé par l'opposition de l'avoir empêchée d'y participer grâce au nouveau code électoral et sa réforme institutionnelle.

Dimanche, 5,5 millions d'électeurs béninois sont attendus aux urnes. Patrice Talon, élu en 2016, affrontera deux adversaires sans grand poids électoral, les anciens députés Corentin Kohoué et Alassane Soumanou, accusés par l'opposition d'être des candidats fantoches. 

- "terrés chez eux" -

Au moins deux personnes ont été tuées et cinq blessées par balles dans ces violences, a indiqué Denis Oba Chabi, le maire de Savè, l'une des villes où l'armée est intervenue jeudi à bord de blindés. 

Les militaires ont d'abord tiré des gaz lacrymogènes, ont observé des journalistes de l'AFP sur place qui ont également entendu des coups de feu.

Vendredi, "la situation est calme, mais les gens sont terrés chez eux, alors que ce matin tôt les militaires ont tiré quelques coups de feu en l'air", dit-il. 

De nombreux habitants ont continué à quitter la ville à travers des chemins de brousse, craignant des violences et des représailles. "Il faut préserver sa vie. Personne ne sait quand les manifestations prendront fin et le retour à la paix n'est pas pour bientôt", a expliqué Marcellin B., la trentaine, un habitant de Savè.

Un peu plus au Nord, à Tchaourou, "les affrontements ont repris tard (jeudi) dans la soirée et ont duré toute la nuit. Les gens n'osent plus sortir de chez eux", a témoigné une source locale sous couvert d'anonymat.

- Condamnations des violences -

Vendredi M. Kohoué a menacé de se retirer de l'élection "si les violences ne cessent pas".  "Nul n'a le droit de faire perdre la vie à son frère juste pour rester au pouvoir", a-t-il déclaré lors de son dernier meeting.  

Après les violences jeudi à Savè, le porte-parole du gouvernement Alain Orounla avait fustigé "une horde de jeunes drogués et armés" qui s'étaient attaqués aux forces de l'ordre, lesquelles "essuyant des tirs" avaient "dû les repousser".

"L'élection aura lieu dimanche", avait-il assuré. 

Vendredi, l'Union européenne, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et les Etats-Unis au Bénin ont "regretté les violences constatées en marge du processus électoral" et exprimé "leur solidarité à l'égard des victimes", dans un communiqué commun. 

Elles ont "appelé à l'arrêt de ces violences, et au retour au calme", et "l'ensemble des acteurs politiques à privilégier le dialogue et les gestes d'apaisement". 

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: l'ex-parti au pouvoir au Tigré, le TPLF, classé organisation terroriste  L'Armée de résistance du Seigneur, 30 ans de terreur en Afrique centrale  La CPI condamne le chef rebelle ougandais Dominic Ongwen 

campagne

AFP

Covid-19 en Libye: lancement de la campagne de vaccination

Covid-19 en Libye: lancement de la campagne de vaccination

AFP

Côte d'Ivoire: début de la campagne pour les législatives du 6 mars

Côte d'Ivoire: début de la campagne pour les législatives du 6 mars

AFP

Fin de campagne électorale au Niger, peu d'entrain mais suspense entretenu

Fin de campagne électorale au Niger, peu d'entrain mais suspense entretenu

président

AFP

"Il faut sauver le Tchad", plaide l'ancien président et rebelle Goukouni Weddeye

"Il faut sauver le Tchad", plaide l'ancien président et rebelle Goukouni Weddeye

AFP

Somalie: le président calme le jeu, rouvre les négociations pour des élections

Somalie: le président calme le jeu, rouvre les négociations pour des élections

AFP

Somalie: le président charge son Premier ministre d'organiser les élections

Somalie: le président charge son Premier ministre d'organiser les élections

présidentielle

AFP

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

AFP

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

AFP

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense