mis à jour le

Nigeria: tension et appréhension après la spectaculaire évasion de 1.800 détenus

La ville d'Owerri, dans le sud-est du Nigeria, vivait mardi dans la peur de représailles, au lendemain de l'évasion de 1.800 détenus de la prison attaquée à l'explosif par des hommes armés, ont raconté des habitants à l'AFP.

Bien que les autorités aient appelé la population à "continuer à vaquer à ses occupations" et assuré contrôler la situation, les habitants d'Owerri craignent de sortir de chez eux.

"Les équipements de la police et de l'armée ont été entièrement détruits et vous me demandez s'il y a de l'appréhension" à propos de ce qu'il va se passer ensuite?, demande George Onyemuwa, un habitant.

"Les gens ont peur des représailles, donc moi je prends mon temps" avant de sortir de chez moi, explique-t-il, "nous ne savons pas qui est responsable de cette attaque, mais les autorités doivent agir". 

"Il y a beaucoup d'appréhension et pas seulement à Owerri, mais dans toutes les villes autour", raconte à l'AFP le journaliste local Damian Duruiheoma.

"Beaucoup ont peur que les détenus aillent se venger sur ceux qui les ont conduits en prison et les autres ont peur des représailles" des forces de sécurité contre la ville, poursuit-il.

Dans la nuit de dimanche à lundi, plus de 1.800 détenus se sont échappés de la prison d'Owerri, dans l'Etat d'Imo, au cours d'une attaque perpétrée par "des hommes armés" qui ont fait exploser la porte d'entrée et fait sortir les détenus. 

La police nigériane a accusé directement le groupe indépendantiste biafrais Ipob (Indigenous People of Biafra) d'être à l'origine de cette attaque mais celui-ci s'en est défendu par la voix de son porte-parole, qualifiant ces accusations de "mensongères" et "fallacieuses". 

Les tensions restent fortes entre les groupes sécessionistes biafrais - qui réclament un Etat indépendant dans le sud-est du Nigeria - et le pouvoir central nigérian, 50 ans après la terrible guerre civile du Biafra (1967-1970) qui a fait près d'un million de morts, en majorité issus de l'ethnie igbo.

L'Ipob affiche toujours des velléités séparatistes et a récemment publié des vidéos très impressionnantes d'une nouvelle milice, baptisée "Réseau sécuritaire de l'Est" (ESN), dans lesquelles on peut voir des dizaines, voire des centaines de combattants à l'entraînement.

Fin janvier, des violences avaient éclaté à Owerri entre l'armée et des communautés locales, faisant au moins un mort. 

Le système judiciaire nigérian est particulièrement corrompu et lent, et plus de 70% des détenus n'ont jamais eu de procès. Des dizaines de milliers d'entre eux croupissent, oubliés, derrière les barreaux des prisons à travers le pays.

AFP

Ses derniers articles: Au Nigeria, une chaîne de télé craint pour son avenir après la suspension de Twitter  Au Sahel, le pari risqué de la France pour éviter l'enlisement  South African Airways détenue 

détenus

AFP

Algérie: forte mobilisation pour la libération des détenus d'opinion

Algérie: forte mobilisation pour la libération des détenus d'opinion

AFP

Nigeria: plus de 1.800 détenus s'évadent après l'attaque d'une prison

Nigeria: plus de 1.800 détenus s'évadent après l'attaque d'une prison

AFP

Algérie: les étudiants dans la rue pour la libération des détenus d'opinion

Algérie: les étudiants dans la rue pour la libération des détenus d'opinion

evasion

AFP

Evasion spectaculaire au Nigeria: la police appelle

Evasion spectaculaire au Nigeria: la police appelle

AFP

RDC: évasion massive

RDC: évasion massive

AFP

RDC : évasion spectaculaire

RDC : évasion spectaculaire

tension

AFP

Les Béninois aux urnes pour élire leur président sans ferveur et sous tension

Les Béninois aux urnes pour élire leur président sans ferveur et sous tension

AFP

Niger: la maison du correspondant de RFI attaquée, la tension persiste

Niger: la maison du correspondant de RFI attaquée, la tension persiste

AFP

Présidentielle au Niger: l'opposition clame victoire, la tension monte

Présidentielle au Niger: l'opposition clame victoire, la tension monte