mis à jour le

Ouganda: l'opposant Bobi Wine conteste l'élection présidentielle devant la justice

L'opposant Bobi Wine a saisi la justice pour réclamer "l'annulation" des résultats de l'élection présidentielle en Ouganda, entachée selon lui par des fraudes qui ont assuré la réélection du président sortant Yoweri Museveni, a annoncé lundi un de ses avocats.

"Nous voulons l'annulation de l'élection, nous ne voulons pas qu'il (Museveni) prenne part à des élections futures", a déclaré Medard Sseggona, un des conseils de Bobi Wine, en déposant un recours devant la Cour suprême de ce pays d'Afrique de l'Est.

M. Museveni, ancien guérillero de 76 ans au pouvoir depuis 1986, a remporté le scrutin présidentiel du 14 janvier avec 58,6% des voix. 

M. Wine a immédiatement dénoncé l'élection comme une "mascarade", les résultats officiels lui attribuant 34,8% des suffrages.

Le jeune député de 38 ans et ancien chanteur de ragga, dont le vrai nom est Robert Kyagulanyi, disposait de 15 jours après la déclaration des résultats par la commission électorale pour les contester devant la justice.

La Cour suprême a maintenant 45 jours pour statuer sur son recours.

D'autres candidats ont déjà tenté par le passé de contester les victoires électorales de M. Museveni devant la justice. Le dirigeant autoritaire a été systématiquement élu à chaque scrutin auquel il participait depuis 1996, quasiment à chaque fois avec des soupçons de fraudes.

M. Wine assure disposer de nombreuses preuves d'irrégularités, démontrant notamment des bourrages d'urnes, des tactiques d'intimidation auprès des électeurs et des manipulations des résultats dans certains bureaux de vote.

De son côté, M. Museveni affirme que cette élection a été la plus transparente que le pays ait jamais connu depuis son indépendance en 1962.

La campagne électorale a été marquée par des violences qui ont fait des dizaines de morts et par la répression contre les candidats de l'opposition, empêchés d'organiser des rassemblements au nom de la lutte contre l'épidémie de Covid-19. 

Lors des jours qui ont précédé et suivi le scrutin, l'accès à internet a été interrompu et les réseaux sociaux suspendus.

AFP

Ses derniers articles: Au Malawi, des réfugiés sommés de retourner vivre dans un camp  Au Nigeria, fin de calvaire pour des étudiants kidnappés  Ci-gît l'enfant Mtoto: la plus ancienne sépulture d'Afrique dévoile ses secrets 

justice

AFP

Sénégal: la justice refuse de libérer l'ex-président tchadien Habré (avocats)

Sénégal: la justice refuse de libérer l'ex-président tchadien Habré (avocats)

AFP

Afrique du Sud: la justice demande

Afrique du Sud: la justice demande

AFP

"Il buvait du sang": la justice finlandaise face aux atrocités de la guerre civile au Liberia

"Il buvait du sang": la justice finlandaise face aux atrocités de la guerre civile au Liberia

présidentielle

AFP

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

Au Mali, le pouvoir dominé par les militaires fixe la présidentielle

AFP

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

Le Tchad compte les voix au lendemain de la présidentielle

AFP

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense

Le Bénin attend dans le calme les résultats d'une présidentielle sans suspense