mis à jour le

Pays-Bas: Shell condamnée

La justice néerlandaise a condamné vendredi en appel Shell à verser des indemnisations dans un procès de longue date intenté par quatre fermiers nigérians, qui accusent le géant pétrolier de fuites de pétrole ayant gravement pollué trois villages dans le delta du Niger.

Le tribunal a jugé que la filiale de Shell au Nigeria était "responsable des dommages résultant des déversements" dans deux des villages concernés.

L'entreprise "Shell Nigeria est condamnée à indemniser" trois des quatre agriculteurs "pour les dommages", a déclaré le juge Sierd Schaafsma lors d'une audience à La Haye, précisant que le montant des indemnisations serait déterminé à une date ultérieure.

La maison mère Royal Dutch Shell est aussi tenue d'équiper l'oléoduc en cause dans l'un des villages "d'un système de détection des fuites afin que les dommages environnementaux puissent être limités à l'avenir", a-t-il indiqué.

Soutenus par Milieudefensie - branche aux Pays-Bas de l'organisation internationale les Amis de la Terre -, quatre fermiers et pêcheurs nigérians avaient saisi la justice néerlandaise en 2008, demandant que Shell paie les travaux de dépollution et leur verse des indemnités.

Les plaignants, dont deux sont décédés depuis le début de cette bataille judiciaire, réclamaient également que Shell nettoie les dégâts dans leurs villages, Goi, Ikot Ada Udo et Oruma, dans le sud-est du Nigeria.

"Nous pleurons de bonheur ici. Après 13 ans, nous avons gagné", a réagi Milieudefensie sur Twitter, tandis que Shell Nigeria a exprimé sa déception.

- Sabotage -

En 2015, la cour d'appel avait déclaré la justice néerlandaise compétente pour statuer dans l'affaire, annulant une décision rendue en 2013 en première instance, selon laquelle la maison mère de Shell - dont le siège social se trouve à La Haye -, ne pouvait être tenue responsable des éventuelles négligences de sa filiale au Nigeria.

La filiale nigériane de Shell avait été tenue partiellement responsable et condamnée à verser des indemnités à l'un des quatre plaignants.

Les deux parties avaient interjeté appel.

Dans son jugement vendredi, la cour d'appel a notamment conclu que Shell Nigeria est "responsable du fait qu'elle n'a pas interrompu l'approvisionnement en pétrole le jour du déversement" à Goi. 

Elle a ajouté qu'il lui fallait plus de temps pour statuer sur le cas d'Ikot Ada Udo, affirmant qu'il était prouvé que la fuite était due à un sabotage mais qu'il n'était pas clair si Shell pouvait être tenue responsable de cette fuite et du nettoyage.

L'entreprise anglo-néerlandaise a toujours attribué la pollution à du sabotage et assure avoir nettoyé les lieux.

"Nous continuons de croire que les déversements à Oruma et à Goi étaient le résultat d'un sabotage. Nous sommes donc déçus que ce tribunal ait rendu une conclusion différente sur la cause de ces déversements", a déclaré Shell Nigeria dans un communiqué.

- "Années de dévastation" -

Emere Godwin Bebe Okpabi, le roi de la communauté Ogale dans le delta du Niger, s'est dit "heureux de la décision".

"Cela montre que nos employés peuvent obtenir justice pour les années de dévastation de notre environnement par Shell", a-t-il expliqué à l'AFP.

"C'est un grand soulagement pour les habitants du delta du Niger que Shell ait été rendue responsable de son injustice envers les communautés productrices de pétrole", a-t-il ajouté.

Plus gros producteur de pétrole en Afrique avec 2 millions de barils exportés chaque jour, le Nigeria est le théâtre depuis 50 ans d'une exploitation pétrolière extrêmement polluante.

"Cette décision est la première du genre à rendre les compagnies pétrolières responsables de leur injustice, de leur impunité et de la négligence vis-à-vis de leurs communautés d'accueil", s'est félicité Chima Williams, un avocat nigérian représentant les agriculteurs.

"Ce sera une norme et un précédent partout dans le monde que les compagnies pétrolières doivent assumer la responsabilité des problèmes découlant de leurs opérations", a-t-il déclaré à l'AFP.

Dans une affaire distincte contre Shell également aux Pays-Bas, quatre veuves nigérianes accusent la compagnie d'avoir contribué à l'arrestation de leurs époux, exécutés par le régime militaire dans les années 1990, alors que ces derniers tentaient de perturber de manière pacifique le développement pétrolier en pays ogoni (sud du Nigeria). 

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: report sine die des élections pour raisons logistiques  Le rappeur star J. Cole s'engage avec une équipe de basket rwandaise  Algérie: marche du Hirak empêchée et nombreuses arrestations, dont des journalistes 

fermiers

AFP

Pays-Bas: verdict dans l'appel de quatre fermiers nigérians contre Shell

Pays-Bas: verdict dans l'appel de quatre fermiers nigérians contre Shell

AFP

Afrique du Sud: des terres louées

Afrique du Sud: des terres louées

AFP

Le Zimbabwe va verser des indemnisations aux fermiers blancs expulsés par Mugabe

Le Zimbabwe va verser des indemnisations aux fermiers blancs expulsés par Mugabe

indemnités

AFP

Shoah: les juifs d'Algérie éligibles

Shoah: les juifs d'Algérie éligibles

group promo consulting

Mesures - Pour éviter toute perturbation lors des examens du bac : Le gouvernement anticipe le paiement des indemnités de correction

Mesures - Pour éviter toute perturbation lors des examens du bac : Le gouvernement anticipe le paiement des indemnités de correction

Lefaso.net

Maxime Kaboré, président du PIB : « Que les députés qui rejettent le Sénat pour son coût, renoncent à leurs indemnités »

Maxime Kaboré, président du PIB : « Que les députés qui rejettent le Sénat pour son coût, renoncent à leurs indemnités »

nigérians

AFP

Les Nigérians étranglés par une hausse des prix incontrôlée

Les Nigérians étranglés par une hausse des prix incontrôlée

AFP

60 ans après l'indépendance, des Nigérians déçus mais qui croient toujours en leur rêve

60 ans après l'indépendance, des Nigérians déçus mais qui croient toujours en leur rêve

AFP

Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud: "J'aurais pu mourir. Je me suis enfui"

Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud: "J'aurais pu mourir. Je me suis enfui"