mis à jour le

Nigeria: Amnesty accuse le pouvoir de protéger les responsables de la répression du mouvement #EndSARS

Amnesty International a accusé jeudi le gouvernement nigérian de protéger les responsables de la sanglante répression du mouvement de contestation #EndSARS en octobre à Lagos, qui a fait au moins une douzaine de morts selon l'ONG.

Le pays le plus peuplé d'Afrique avait été secoué en octobre dernier par une vague de manifestations réclamant le démantèlement d'une unité de police, la brigade spéciale anti-vols (SARS), accusée d'exactions. Ce mouvement, baptisé #EndSARS, s'était rapidement transformé en émeutes contre le pouvoir en place.

Le mouvement avait été violemment réprimé notamment le 20 octobre à Lagos, lorsque les forces de sécurité avaient tiré sur la foule rassemblée pacifiquement au péage de Lekki, épicentre de la contestation dans la capitale, tuant au moins 12 personnes selon Amnesty International.

Devant une commission d'enquête, l'armée avait nié avoir eu recours à des balles réelles, affirmant que seules des balles à blanc avaient été tirées.  

"Les autorités nigérianes n'ont pas traduit en justice les personnes soupçonnées d'être responsables de la brutale répression menée par les forces de sécurité contre les manifestants du (mouvement) #EndSARS au péage de Lekki et Alausa à Lagos en octobre 2020, et ont éhontément tenté de dissimuler la violence" utilisée, a dénoncé Amnesty dans un communiqué publié cent jours après les événements.

"Depuis l'assaut des forces de sécurité, qui a fait au mois 12 morts, les autorités nigérianes ont ciblé les personnes ayant soutenu les manifestations contre les violences policières de la SARS, aujourd'hui dissoute", ajoute la responsable de l'ONG pour le Nigeria, Osai Ojigho, affirmant que certains d'entre eux ont vu leurs comptes en banque gelés.

Amnesty appelle le gouvernement nigérian à "suspendre les responsables accusés, en attendant les enquêtes, et à veiller à ce que les victimes aient accès à la justice".

Selon Amnesty International, au moins 56 personnes ont été tuées dans tout le pays durant ces semaines de contestation.

AFP

Ses derniers articles: "Printemps noir": il y a 20 ans, la Kabylie défiait le pouvoir dans la rue  Assassinat de Sankara: la France remet un "dernier lot" de documents au Burkina  L'Erythrée reconnaît la présence de ses troupes au Tigré et promet de les retirer 

pouvoir

AFP

Législatives en Côte d'Ivoire: victoire "définitive" du parti au pouvoir

Législatives en Côte d'Ivoire: victoire "définitive" du parti au pouvoir

AFP

Sénégal: les journalistes pris entre les feux du pouvoir et de l'opposition

Sénégal: les journalistes pris entre les feux du pouvoir et de l'opposition

AFP

Côte d'Ivoire: le parti au pouvoir remporte les législatives, perd des députés

Côte d'Ivoire: le parti au pouvoir remporte les législatives, perd des députés

répression

AFP

Répression au Bénin avant la présidentielle: le bilan monte

Répression au Bénin avant la présidentielle: le bilan monte

AFP

En Ouganda, la campagne présidentielle minée par une répression "extrême"

En Ouganda, la campagne présidentielle minée par une répression "extrême"

AFP

Elections en Tanzanie: répression sanglante

Elections en Tanzanie: répression sanglante