mis à jour le

Ethiopie: Washington juge "crédible" la présence de troupes érythréennes au Tigré

Les Etats-Unis ont jugé vendredi "crédibles" et "graves" les informations sur la présence de troupes érythréennes au Tigré, région d'Ethiopie où le gouvernement d'Addis Abeba mène depuis cinq semaines une opération militaire pour destituer les autorités régionales dissidentes.

Le Premier ministre éthiopien et prix Nobel de la Paix 2019 Abiy Ahmed a lancé cette opération le 4 novembre, après des mois de tensions, et le 28, a annoncé la prise de la capitale régionale, Mekele, et la fin des combats.

Depuis, la communauté internationale, Nations unies en tête, réclame un accès au Tigré, coupé du monde depuis début novembre, pour pouvoir y acheminer de l'aide. Avant même le début du conflit, 600.000 habitants, dont 96.000 réfugiés, étaient totalement dépendants de l'aide alimentaire.

Vendredi, un porte-parole du département d'Etat américain a évoqué la présence de troupes de l'Erythrée voisine sur le sol tigréen, aux côtés des forces d'Addis Abeba - une rumeur qui inquiète la communauté internationale depuis plusieurs semaines.

"Nous sommes au courant d'informations crédibles faisant état d'une implication de l'armée érythréenne au Tigré et considérons qu'il s'agit d'un développement grave", a-t-il dit à l'AFP.

"Nous exhortons de telles troupes à se retirer immédiatement", a-t-il ajouté.

L'ambassadeur éthiopien aux Etats-Unis Fitsum Arega a dénoncé un "mensonge" sur son compte Twitter.

Privé d'approvisionnement, le Tigré connaît de sévères restrictions d'accès depuis le début du conflit et les réseaux de communications y sont encore largement hors service, ce qui rend difficile l'évaluation de la situation sur le terrain.

- Rapprochement Ethiopie/Erythrée -

Si elle était confirmée, la présence de troupes érythréennes au Tigré concrétiserait les craintes de la communauté internationale de voir le conflit se régionaliser.

L'Erythrée et l'Ethiopie se sont opposées dans une guerre meurtrière entre 1998 et 2000, en raison notamment de différends territoriaux. Depuis les relations sont exécrables entre l'Erythrée et le Front de libération du Peuple du Tigré (TPLF), qui dirigeait l'Ethiopie à l'époque et domine toujours le Tigré. 

Une fois désigné Premier ministre en 2018, Abiy Ahmed a fait la paix avec le président érythréen Issaias Afeworki - ce qui lui a valu son prix Nobel - et a par ailleurs marginalisé les Tigréens au sein de sa coalition, qu'il percevait comme opposés à son train de réformes économiques et démocratiques pour le pays.

L'éventuelle présence de troupes érythréennes au Tigré suscite également des inquiétudes pour les quelque 96.000 réfugiés érythréens installés dans la région avant le début du conflit et qui avaient fui ces dernières années le régime autocratique de M. Issaias.

L'International Crisis Group a évoqué plusieurs milliers de morts - combattants et civils - depuis le début du conflit et un massacre de plusieurs centaines de civils a été documenté par les organisations de défense des droits humains et l'AFP, mais on ignore encore largement l'étendue des pertes en vies humaines et des destructions.

Le conflit s'est déjà traduit par une crise humanitaire: près de 50.000 habitants du Tigré ont fui au Soudan voisin.

Les organisations humanitaires soupçonnent que les combats ont également provoqué des déplacements de populations internes au Tigré, sans qu'on en connaisse l'ampleur.

- "Sans discrimination" -

Vendredi, le gouvernement éthiopien a réitéré son intention d'être le chef d'orchestre de la délivrance d'aide humanitaire au Tigré, sur fond de bras de fer avec la communauté internationale sur l'accès de l'aide humanitaire à la région.

Un premier accord conclu avec l'ONU pour un accès sans restriction est resté lettre morte, Addis Abeba mettant en avant sa souveraineté sur le territoire. Une équipe de l'ONU chargée d'évaluer les conditions de sécurité a même essuyé des tirs de forces progouvernementales dimanche dernier.

Mercredi soir, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a annoncé un nouvel accord, "pour des missions d'évaluation conjointes" et insisté pour que l'aide distribuée au Tigré le soit "sans aucune forme de discrimination".

Mais le gouvernement d'Addis Abeba s'est attelé ces derniers jours à montrer sa capacité à délivrer l'aide lui-même: "la livraison de l'aide s'inscrit dans un cadre de coordination soumis à l'autorité du gouvernement fédéral".

Dans son communiqué de vendredi, le gouvernement réitère que de la nourriture a été livrée à Mekele, mais aussi dans les localités d'Alamata et de Shire. 

Les Nations unies affirment par ailleurs que les combats continuent sur le terrain et s'est alarmée de "violations flagrantes des droits de l'Homme" et de "discriminations" envers les Tigréens. Addis Abeba évoque pour sa part "des échanges de coups de feu sporadiques". 

Vendredi, le Conseil danois pour les Réfugiés (Danish Refugee Council - DRC) a annoncé le décès sur place de trois de ses agents de sécurité, en novembre, tandis que l'International Rescue Committee (IRC) a fait part de la mort d'un de ses membres au camp de réfugiés de Hitsats, à une date non communiquée.

AFP

Ses derniers articles: Crise politique en Tunisie: le principal parti mobilise ses partisans dans la rue  Niger: l'opposant Mahamane Ousmane "exige" la libération des détenus  Sahara occidental: le Polisario accuse l'ONU de faire le jeu du Maroc 

juge

AFP

Corruption/Togo: une juge estime "nécessaire" un procès de Vincent Bolloré

Corruption/Togo: une juge estime "nécessaire" un procès de Vincent Bolloré

AFP

Vaccins: Macron juge "intolérable" que l'Afrique soit désavantagée

Vaccins: Macron juge "intolérable" que l'Afrique soit désavantagée

AFP

Crise politique en Somalie, où l'opposition juge désormais le président illégitime

Crise politique en Somalie, où l'opposition juge désormais le président illégitime

tigre

AFP

Ethiopie: un "manteau de tristesse" recouvre Mekele, la capitale du Tigré

Ethiopie: un "manteau de tristesse" recouvre Mekele, la capitale du Tigré

AFP

Le gouvernement éthiopien confirme que des viols ont été commis au Tigré

Le gouvernement éthiopien confirme que des viols ont été commis au Tigré

AFP

Ethiopie: les réfugiés érythréens, victimes collatérales du conflit au Tigré

Ethiopie: les réfugiés érythréens, victimes collatérales du conflit au Tigré

troupes

AFP

Soudan: déploiement de troupes et calme au Darfour après des heurts sanglants

Soudan: déploiement de troupes et calme au Darfour après des heurts sanglants

AFP

Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises

Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises

AFP

Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises

Castex rencontre Déby au Tchad avant un réveillon avec les troupes françaises