mis à jour le

Guinée: le gouvernement interdit les manifestations au nom de la lutte anti-Covid

Le gouvernement guinéen a annoncé l'interdiction de grandes manifestations politiques dans tout le pays jusqu'à nouvel ordre en invoquant le Covid-19, mais l'opposition a dénoncé une instrumentalisation de la pandémie pour faire taire les adversaires du président Alpha Condé.

L'interdiction, présentée comme un "rappel" par le gouvernement, est énoncée alors que le parti du principal adversaire de M. Condé à la récente présidentielle appelait à manifester mercredi.

"Le gouvernement rappelle aux partis politiques et mouvements alliés de la mouvance présidentielle, ainsi qu'à toutes les entités politiques et sociales, la suspension pour raison sanitaire des manifestations de masse sur toute l'étendue du territoire national", a dit le porte-parole du gouvernement Aboubacar Sylla dimanche soir sur la télévision nationale.

En un an de tensions causées par la candidature de M. Condé à un troisième mandat, les autorités ont à plusieurs reprises interdit des rassemblements de l'opposition. Elles ont argué du risque de trouble ou, depuis son apparition en mars, du coronavirus. Ces interdictions étaient jusqu'alors édictées au coup par coup.

Le porte-parole du gouvernement a parlé d'une "mesure exceptionnelle justifiée par l'état d'urgence" instauré officiellement pour combattre la pandémie.

Cette mesure "provisoire" sera levée quand des "progrès significatifs" auront été constatés contre le coronavirus, a-t-il dit.

L'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), parti du principal challenger de M. Condé à la présidentielle du 18 octobre, avait appelé à manifester mercredi contre ce qu'elle appelle un "hold-up" électoral et l'arrestation de plusieurs de ses leaders après l'élection.

"Nous condamnons fermement l'instrumentalisation et la politisation du Covid-19 pour protéger le hold-up électoral et les arrestations arbitraires", dit un de ses responsables, Joachim Baba Millimono, dans une déclaration.

La candidature d'Alpha Condé à un troisième mandat a donné lieu à des mois de manifestations durement réprimées et de violences qui ont fait des dizaines de morts civils depuis octobre 2019 et dans les jours suivant l'élection.

M. Condé, 82 ans, a été proclamé vainqueur par la Cour constitutionnelle. Cellou Dalein Diallo, chef de l'UFDG, assure que c'est lui qui a gagné et dénonce une fraude.

Human Rights Watch a déjà exprimé par le passé le soupçon que "le gouvernement instrumentalise la crise (sanitaire) comme excuse pour réprimer la dissidence et bafouer les droits humains".

AFP

Ses derniers articles: Tanzanie: arrestation de plusieurs partisans de l'opposition  Chaque animal compte : le Kenya recense sa faune sauvage  Indépendantistes pro-Biafra: Amnesty accuse l'armée d'avoir tué 115 personnes 

gouvernement

AFP

Algérie: un nouveau gouvernement dans la continuité

Algérie: un nouveau gouvernement dans la continuité

AFP

Ghana: l'opposition manifeste dans les rues d'Accra contre le gouvernement

Ghana: l'opposition manifeste dans les rues d'Accra contre le gouvernement

AFP

Ethiopie: le gouvernement dément vouloir "asphyxier" le Tigré

Ethiopie: le gouvernement dément vouloir "asphyxier" le Tigré

interdit

AFP

Cas de Covid-19 en hausse: le Kenya étend le couvre-feu et interdit les rassemblements politiques

Cas de Covid-19 en hausse: le Kenya étend le couvre-feu et interdit les rassemblements politiques

AFP

Zimbabwe: un juge interdit

Zimbabwe: un juge interdit

AFP

Le coronavirus interdit de visite dans la plus grande prison du Mali

Le coronavirus interdit de visite dans la plus grande prison du Mali

lutte

AFP

"Une lutte pour la survie": le conflit au Tigré face aux rivalités ethniques

"Une lutte pour la survie": le conflit au Tigré face aux rivalités ethniques

AFP

Une "académie" de lutte "antiterroriste" inaugurée en Côte d'Ivoire

Une "académie" de lutte "antiterroriste" inaugurée en Côte d'Ivoire

AFP

La difficile lutte contre le travail des enfants dans le cacao en Côte d'Ivoire

La difficile lutte contre le travail des enfants dans le cacao en Côte d'Ivoire