mis à jour le

En Egypte, un cheikh mélange pop et louanges au prophète

Assis sur un banc rustique, cheikh Mahmoud al-Touhami entonne des chants sacrés en mêlant musique orientale et occidentale dans son école novatrice du Caire où ses élèves viennent apprendre l'art de l'"inchad", la psalmodie islamique.

Ce "mounchid" (chanteur religieux) fait répéter des hommes et femmes réunis dans la vaste cour du palais mamelouk de Taz, dont les murs, les piliers et les portes épurées témoignent d'une riche histoire islamique.

Mahmoud al-Touhami a grandi en Haute-Egypte (sud) avec son père, cheikh et "maddah" (chanteur populaire) Yassine al-Touhami, l'un des artistes religieux les plus appréciés du pays.

Mais voulant transmettre plus largement le savoir et la passion de la psalmodie reçus en héritage, il est monté dans la capitale où il a fondé l'école d'inchad en 2014. 

Il y propose des cours de solfège, de "maqamat" (tonalités orientales), de louanges, de langue et de diction à des étudiants et étudiantes de "tous âges et toutes religions", explique cheikh Touhami, 41 ans.

Bien qu'attaché à la tradition de ses aïeux, il n'hésite pas à innover avec ses élèves et dans ses projets artistiques personnels.

- Rock, pop, house -

La langue classique, considérée comme noble, est utilisée dans le discours religieux. En l'associant au "rock, à la pop et à la house", l'artiste espère "la faire parvenir à tous", notamment "à la jeunesse locale".

Vêtu d'un t-shirt et jean noirs et portant une casquette et des lunettes de soleil, cheikh Touhami flirte du bout des doigts avec les cordes de son oud.

"Je ne pourrais pas me rendre en Haute-Egypte dans cette tenue, il faut le turban et la galabiya", explique le maître des lieux, en référence aux vêtements traditionnels des hommes de cette région.

A l'inverse, dans son école du Caire, le port des vêtements traditionnels pourrait "faire peur aux jeunes mounchids", dit le religieux dont la dernière création allie des paroles en arabe littéral à de la musique moderne.

S'il se dit "amoureux du soufisme", dont sont souvent proches les mounchids, il ne saurait se revendiquer de ce courant de spiritualité mystique, car cela représente, pour lui, une "responsabilité".

Selon lui, le soufisme permet de "rectifier les croyances (...) à l'ère de l'extrémisme, de la violence et du terrorisme".

Pour allier le traditionnel au moderne, l'artiste a notamment introduit, dans ses cours de récitation, des mélodies peu orthodoxes comme le générique de la série à succès "Game of Thrones".

"J'ai mêlé l'art du chant religieux traditionnel à des touches d'autres musiques occidentales et orientales", s'enorgueillit le maître.

- "Art humaniste" -

Ce rapprochement s'est concrétisé pour la première fois en 2017 lors de sa participation à "Origin", un album de musique du monde primé aux Global Music Awards, où figurent trois morceaux d'"anachids" (chants sacrés) contemporains.

Cheikh Touhami souhaite que l'inchad "redevienne un art humaniste" et dépasse le cadre religieux.

Dans le même esprit, il collabore avec l'artiste égyptien et détenteur d'un Grammy Award, Fathi Salama, sur un projet musical nommé "Le soufisme face à la modernité".

Dès la fin de leur formation, les disciples de cheikh Touhami peuvent rejoindre un groupe d'inchad, composé d'anciens élèves. Tous ne se consacrent pas à la carrière de mounchid. Quatre d'entre eux préfèrent le concours à succès "The Voice Kids".

"De là nous est venue l'idée de créer le premier et le plus grand orchestre de chant religieux d'Egypte", composé de 40 mounchids et 25 musiciens, sous l'égide du ministère de la Jeunesse, explique-t-il.

Malgré un intérêt croissant en Egypte pour son art, cheikh Touhami relève un contraste flagrant avec son auditoire international.

"Le public occidental reçoit mieux l'inchad que le public local (...). Ils ne comprennent peut-être pas les paroles mais ils ressentent certainement l'émotion", conclut-il. 

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: le président Buhari, un ex-général septuagénaire face  Les Seychellois choisissent leurs président et députés  RDC: le président Tshisekedi annonce des consultations pour résorber la crise avec les pro-Kabila 

pop

AFP

Yahaya Makaho, mendiant des rues devenu chanteur pop dans le nord du Nigeria

Yahaya Makaho, mendiant des rues devenu chanteur pop dans le nord du Nigeria

AFP

Les "Victoires de la musique" de la pop africaine pour célébrer le continent

Les "Victoires de la musique" de la pop africaine pour célébrer le continent

AFP

Malgré la censure, la Kényane Wanuri Kahiu veut célébrer une Afrique pop

Malgré la censure, la Kényane Wanuri Kahiu veut célébrer une Afrique pop

Prophète

AFP

CAN-2019: Mohamed Salah, prophète en son pays

CAN-2019: Mohamed Salah, prophète en son pays

Autre Presse

Akon va effectuer le pèlerinage

Akon va effectuer le pèlerinage

Ahmed Bellasri - Lemag

Tunisie: Quand Rached Ghannouchi se compare au prophète (Vidéo)

Tunisie: Quand Rached Ghannouchi se compare au prophète (Vidéo)