mis à jour le

En Algérie, un nouveau féminicide attise la colère sur les réseaux sociaux

Le viol et l'assassinat d'une femme de 19 ans ont déclenché un vif émoi en Algérie, relançant le débat sur la peine capitale d'une part et sur l'urgence de la lutte contre les violences faites aux femmes de l'autre.

Le cadavre de Chaïma a été retrouvé début octobre, après sa disparition, au niveau d'une station essence désertée à Thénia, près de Boumerdès, à l'est d'Alger. La jeune fille a été battue et violée avant d'être brûlée vive, selon les médias locaux.

Le suspect, passé aux aveux, est poursuivi pour "viol et homicide volontaire avec préméditation et guet-apens en utilisant la torture".

Il s'agit, selon la mère de la victime, d'une ancienne connaissance de la famille, contre laquelle la jeune fille avait porté plainte pour viol en 2016.

La mort de Chaïma a déclenché une vague d'indignation sur les réseaux sociaux, où les internautes fustigent un crime "crapuleux" et réclament justice.

En mémoire de la victime, un message est largement partagé sur la toile: "Je suis Chaïma, j'ai été violée en 2016 et j'ai eu le courage de déposer plainte dans une société conservatrice. Je suis toujours Chaïma, on est en 2020 et j'ai été violée une nouvelle fois par le même violeur qui m'a poignardée et brûlée.#JeSuisChaïma".

- Manifestations dispersées -

Afin de "briser le silence", plusieurs collectifs féministes avaient appelé à des rassemblements jeudi à Alger, Oran, Béjaïa, Tizi Ouzou ou encore Constantine.

"On est en colère pour nos s½urs assassinées". "Ceux qui gardent le silence sont tout aussi responsables", ont accusé une centaine de manifestantes rassemblées devant la faculté centrale d'Alger avant d'être rapidement dispersées par la police.

"Nous rêvons d'un pays où les femmes qui parlent de viol sont plus écoutées que les hommes qui parlent de voile", pouvait-on lire sur une pancarte brandie avec les portraits de victimes de féminicides.

A Oran (nord-ouest), la manifestation a été d'emblée empêchée par la police. Une vingtaine de personnes ont été  arrêtées, dont le militant Kaddour Chouicha, président de la section oranaise de la Ligue de défense des droits de l'Homme, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association de soutien aux prisonniers d'opinion.

Dans une vidéo poignante diffusée sur les réseaux sociaux et reprise par les télévisions locales, la mère de la victime, s'adressant directement au président algérien, Abdelmadjid Tebboune, réclame l'exécution du coupable.

Sur internet également, le débat sur la peine capitale est relancé.

"L'exécution doit être appliquée au tueur, pour être un exemple pour tous ceux qui pensent à la même action", "Il faut ouvrir le débat sur la peine de mort, le monstre qui l'a tuée n'a pas sa place dans la société ni en prison", exhortent des internautes sur Twitter.

- "Changer les mentalités" -

La remise en cause du moratoire sur les exécutions, appliqué en Algérie depuis 1993, divise la société.

"La peine de mort n'est pas dissuasive. Elle est discriminatoire et ne protège pas les personnes les plus vulnérables", explique à l'AFP Hassina Oussedik, directrice d'Amnesty International pour l'Algérie.

"Ce n'est pas en revendiquant la peine de mort qu'on va lui rendre justice. C'est plutôt les lois qui doivent être changées et appliquées", plaide Algérie Féminicides, un compte Facebook qui pallie l'absence de statistiques officielles en faisant un travail de veille sur la question.

Algérie Féminicides a recensé jusqu'ici 38 féminicides pour la seule année 2020, une soixantaine en 2019. Un chiffre bien en dessous de la réalité selon les deux initiatrices du projet.

"Il faut faire bouger les mentalités et le système judiciaire pour la prise en charge psychologique et juridique des victimes. Lancer des campagnes nationales de sensibilisation, ouvrir des centres d'écoute et d'hébergement et former les différentes institutions", préconise Mme Oussedik.

Le président Tebboune a ordonné dimanche l'application des peines maximales, sans possibilité d'allègement ou de grâce, contre les auteurs de crimes d'enlèvement de personnes "quels qu'en soient les tenants et aboutissants".

En Tunisie voisine, le meurtre récent d'une jeune femme a également ranimé le débat sur la peine de mort. Le président Kais Saied s'est prononcé la semaine dernière en faveur de l'exécution du meurtrier présumé, remettant en cause le moratoire observé depuis trente ans.

"C'est toute la représentation de la femme dans l'imaginaire social qu'il faut reconstruire. Je suis contre la peine de mort. Toutefois, j'appelle à une lourde peine contre l'assassin de Chaïma", affirme une internaute sur Twitter.

AFP

Ses derniers articles: Nigeria: le président Buhari, un ex-général septuagénaire face  Les Seychellois choisissent leurs président et députés  RDC: le président Tshisekedi annonce des consultations pour résorber la crise avec les pro-Kabila 

colère

AFP

Tunisie: colère après la mort d'un homme dans un kiosque détruit par les autorités

Tunisie: colère après la mort d'un homme dans un kiosque détruit par les autorités

AFP

Présidentielle en Côte d'Ivoire: l'opposition en colère contre le Conseil constitutionnel

Présidentielle en Côte d'Ivoire: l'opposition en colère contre le Conseil constitutionnel

AFP

Colère

Colère

nouveau

AFP

Présidentielle en Côte d'Ivoire: 11 morts

Présidentielle en Côte d'Ivoire: 11 morts

AFP

Présidentielle en Côte d'Ivoire: un nouveau mort lors de manifestations

Présidentielle en Côte d'Ivoire: un nouveau mort lors de manifestations

AFP

Présidentielle en Côte d'Ivoire: l'opposition franchit un nouveau pas vers le boycott

Présidentielle en Côte d'Ivoire: l'opposition franchit un nouveau pas vers le boycott

réseaux

AFP

Un instituteur sénégalais mobilise les réseaux sociaux pour réparer lui-même des classes

Un instituteur sénégalais mobilise les réseaux sociaux pour réparer lui-même des classes

AFP

Coronavirus: sur les réseaux sociaux en Afrique, les vaccins de la colère

Coronavirus: sur les réseaux sociaux en Afrique, les vaccins de la colère

AFP

Coronavirus en Afrique: les gouvernements au défi de la désinformation sur les réseaux sociaux

Coronavirus en Afrique: les gouvernements au défi de la désinformation sur les réseaux sociaux