mis à jour le

Regardez le film de clôture du Fespaco!

Pour la première fois, le Sénégal a reçu l'Etalon d'or du Yennenga au Festival du cinéma panafricain de Ouagadougou (Fespaco). Le franco-sénégalais Alain Gomis a été sacré pour son film «Tey».

Rideau! C’est dans la soirée du 2 mars que les lampions se sont éteints sur la 23e édition du plus grand festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), où pour la première fois le Sénégal a remporté l’Etalon d’or du Yennenga, le grand prix de la compétition.

Et c'est le réalisateur Alain Gomis qui a permis cela. Loué par le jury pour sa «grâce cinématographique», il a été sacré pour son long métrage Tey (Aujourd’hui), qui raconte le dernier jour sur terre de Satché.

«Emu et fier», les mains tendues vers le ciel en guise de remerciement, Alain Gomis a reçu son prix des mains du président burkinabè, Blaise Compaoré, au stade du 4 Août à Ouagadougou, souligne RFI.

«Je suis fait de morceaux: la Guinée-Bissau, la France, le Sénégal (…) la richesse du cinéma africain d’aujourd’hui, c’est sa diversité», a déclaré le cinéaste sénégalais.

Au total ce sont vingt films qui étaient en lice pour l’Etalon d’or dont Moussa Traoré, donné favori pour son film La Pirogue, et qui s’est contenté de l’Etalon de bronze.

L’Etalon d’argent est revenu à la réalisatrice algérienne Djamila Sahraoui pour son film Yema, qui raconte le combat d’une mère déchirée par l’histoire de sa famille maudite.

Mariam Ouédraogo a reçu l’Etalon d’or de la meilleure actrice pour son interprétation dans Moi Zaphira de la Burkinabè Appoline Traoré. Alors que Saule Williams a reçu l’Etalon d’or du meilleur acteur pour son rôle dans Tey.

Lu sur RFI

 

A lire aussi

La Pirogue, un vaisseau pour traverser l'océan des souffrances

Mahamat Saleh Haroun: «La pensée a déserté le cinéma africain»

Le cinéma africain, l'aventure ambiguë

La Pirogue

Cinéma

Avec ceux qui prennent La Pirogue

Avec ceux qui prennent La Pirogue

Moussa Traoré

Mali

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Par Gilles Yabi

Militariser la société n'est pas une solution

Militariser la société n'est pas une solution

reportage

Les Maliens du sud restent cool

Les Maliens du sud restent cool