mis à jour le

Botswana: confinement strict imposé dans la capitale Gaborone

Les autorités du Botswana ont annoncé un confinement strict pour la capitale Gaborone à compter de samedi après la découverte de 12 nouveaux cas d'infection au nouveau coronavirus dans le pays, dont la moitié concentrés dans la capitale.

"A la suite de la découverte de nouveaux cas de Covid-19 à Gaborone, le groupe de travail présidentiel (sur la pandémie) a pris la décision d'imposer un confinement" dans la région de Gaborone à compter de samedi et pour une durée indéterminée a annoncé le coordinateur de ce groupe de travail, Kereng Masupu.

"Cette décision signifie qu'il ne peut y avoir aucun mouvement sans autorisation" et que "seuls les services essentiels sont autorisés", a-t-il expliqué dans un communiqué. 

Personne n'est autorisé à quitter la région de Gaborone, a-t-il encore précisé.

Cette décision a été prise après la découverte de 12 nouveaux cas de maladie Covid-19 au Botswana, dont six dans la région de la capitale. Le Botswana, pays d'Afrique australe, compte quelque 2,2 millions d'habitants.

Cette semaine, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu que la pandémie s'accélérait en Afrique, continent qui a jusqu'à présent été moins touché que l'Europe, l'Asie et l'Amérique par le virus.

AFP

Ses derniers articles: Ethiopie: report sine die des élections pour raisons logistiques  Le rappeur star J. Cole s'engage avec une équipe de basket rwandaise  Algérie: marche du Hirak empêchée et nombreuses arrestations, dont des journalistes 

capitale

AFP

N'Djamena, la capitale du Tchad, passe de la stupeur

N'Djamena, la capitale du Tchad, passe de la stupeur

AFP

Après deux jours de violences, la capitale sénégalaise

Après deux jours de violences, la capitale sénégalaise

AFP

Ethiopie: un "manteau de tristesse" recouvre Mekele, la capitale du Tigré

Ethiopie: un "manteau de tristesse" recouvre Mekele, la capitale du Tigré

Gaborone

Egalité

Ne prenez plus les femmes botswanaises pour des sous-hommes

Ne prenez plus les femmes botswanaises pour des sous-hommes