mis à jour le

Nigeria: 69 morts lors d'une attaque jihadiste, selon un nouveau bilan

Des jihadistes du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ont tué mardi 69 personnes lors d'une attaque contre un village d'éleveurs dans le nord-est du Nigeria, selon un nouveau bilan communiqué mercredi par des sources sécuritaires.

Les assaillants ont attaqué le village de Felo, dans le district de Gubio (Etat du Borno), mardi après-midi.

Plusieurs sources ont indiqué à l'AFP que le bilan initial de 59 morts communiqué mardi avait revu après la découverte de dix nouveaux corps autour du village.

"En réalité, 69 personnes ont été tuées. Des cadavres supplémentaires ont été découverts dans les étendues alentour", a indiqué un haut responsable militaire.

Ibrahim Limam, un membre d'une milice locale soutenue par le gouvernement, a donné les mêmes chiffres.

"Les corps jonchaient le sol sur une vaste étendue, car les assaillants ont poursuivi leurs victimes, leur tirant dessus et les écrasant avec leurs véhicules", a-t-il déclaré.

Selon un chef de communauté, les 69 victimes sont "des hommes et des enfants" qui surveillaient le bétail à un point d'eau à l'extérieur du village.

Ils "ont été encerclés par surprise par des hommes armés", a-t-il expliqué, "il s'agit d'une étendue ouverte, avec nulle part où se cacher. Ils ne pouvaient pas s'échapper, ils ne pouvaient pas distancer les véhicules".

Mardi, un chef du village avait estimé que l'attaque était une mesure de représailles à la mort de combattants jihadistes tués par la milice d'autodéfense locale qui protège le bétail du village contre le vol.

Le vol de bétail à répétition avait incité les habitants à former une milice pour sécuriser leur village.

Lors de l'attaque mardi, les miliciens ont "chassé les insurgés" dans la brousse, tuant certains d'entre eux dans des échanges de tirs, avait expliqué mardi Ibrahim Liman.

Gubio, située à 80 kilomètres de la capitale régionale Maiduguri, a été à plusieurs reprises la cible des jihadistes d'Iswap.

En réaction, plus de 100 miliciens et chasseurs traditionnels ont été déployés par les autorités locales pour protéger la localité et ses environs contre les attaques. 

L'Iswap est une faction dissidente de Boko Haram, dont elle a fait scission en 2016. Elle a multiplié les attaques meurtrières ciblant l'armée depuis deux ans.

Mais ces derniers mois, les attaques contre les civils attribuées à l'Iswap ont également augmenté. 

L'insurrection jihadiste au Nigeria a fait 36.000 morts et plus de deux millions de déplacés depuis 2009.

AFP

Ses derniers articles: RDC: 128 morts, 100.000 déplacés en 16 mois dans des violences dans le Sud-Kivu  Côte d'Ivoire: Simone Gbagbo demande  Angola: la milliardaire Isabel dos Santos quitte le CA du principal opérateur mobile 

attaque

AFP

Mali: un gendarme et un garde pénitentiaire tués dans une attaque dans le Centre (procureur)

Mali: un gendarme et un garde pénitentiaire tués dans une attaque dans le Centre (procureur)

AFP

Tchad : au moins dix civils tués dans une attaque de Boko Haram

Tchad : au moins dix civils tués dans une attaque de Boko Haram

AFP

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

bilan

AFP

Présidentielle au Burkina : Kaboré investi samedi par son parti malgré un bilan mitigé

Présidentielle au Burkina : Kaboré investi samedi par son parti malgré un bilan mitigé

AFP

Omar el-Béchir, l'autocrate déchu

Omar el-Béchir, l'autocrate déchu

AFP

Le bilan du coronavirus s'aggrave aux Etats-Unis, lueur d'espoir en Europe

Le bilan du coronavirus s'aggrave aux Etats-Unis, lueur d'espoir en Europe

morts

AFP

Nigeria: au moins 21 morts dans l'attaque de villages au sud de Kaduna

Nigeria: au moins 21 morts dans l'attaque de villages au sud de Kaduna

AFP

Inondations au Soudan: 10 morts et plus de 3.000 maisons détruites

Inondations au Soudan: 10 morts et plus de 3.000 maisons détruites

AFP

Violences en RDC: plus de 1.300 morts au 1er semestre, 3 fois plus que sur la même période en 2019 (ONU)

Violences en RDC: plus de 1.300 morts au 1er semestre, 3 fois plus que sur la même période en 2019 (ONU)