mis à jour le

La RDC n'en a pas fini avec l'épidémie d'Ebola

Les compteurs sont remis à zéro: la République démocratique du Congo va devoir encore attendre au moins 42 jours avant de proclamer la fin de l'épidémie d'Ebola qu'elle espérait pour lundi, en raison d'un nouveau cas déclaré vendredi, à trois jours de l'échéance.

Touchée comme le reste du monde par le coronavirus, la RDC pensait pouvoir tourner la page de son autre épimidémie. Le pays comptait les jours depuis plus d'un mois, avec l'absence de nouveaux cas et la sortie de la dernière patiente d'un Centre de traitement d'Ebola (CTE) le 3 mars.

Le compte-à-rebours a été interrompu vendredi avec l'annonce de la mort d'un homme de 26 ans victime d'Ebola dans le territoire de Beni, l'un des épicentres de l'épidémie de fièvre hémorragique qui a tué 2.273 personnes depuis sa déclaration le 1er août 2018 dans l'est du pays.

"J'ai convoqué une réunion du comité d'urgence sur l'épidémie d'Ebola en RDC. Après 52 jours sans aucun cas, les équipes de surveillance et de réponse sur le terrain ont confirmé un nouveau cas", a indiqué sur Twitter le directeur de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"Malheureusement, cela signifie que le gouvernement de la RDC ne pourra pas déclarer la fin de l'épidémie d'Ebola lundi, comme on l'espérait", a-t-il ajouté.

Un comité d'urgence "s'est réuni aujourd'hui par téléconférence pour déterminer si l'épidémie constituait toujours une urgence de santé publique de portée internationale", a également précisé l'OMS.

- 'repartir pour 42 jours' -

"Nous devons juste repartir pour 42 jours", a déclaré depuis Genève le directeur des urgences de l'OMS Michael Ryan.

En effet, l'OMS considère qu'il faut attendre deux fois le temps de l'incubation du virus (21 jours au maximum) sans nouveaux cas pour proclamer la fin d'une épidémie d'Ebola.

La nouvelle victime serait décédée jeudi dans le territoire de Beni. "Les informations préliminaires montrent qu'il s'agit d'un homme de 26 ans", a indiqué l'équipe congolaise du comité de la riposte à l'épidémie dans un communiqué.

"Nos équipes, en collaboration avec l'OMS, sont déjà sur le terrain pour approfondir les investigations et mettre en place les actions de santé publique", ajoute ce communiqué.

Mode de contamination, durée des symptômes, nombre de contacts, décès "communautaire" parmi ses proches ou à l'hôpital, enterrement sécurisé ou non: de nombreuses questions épidémiologiques restent officiellement en suspens autour de ce nouveau cas.

Le territoire de Beni compte également au moins un cas de nouveau coronavirus, sur les 215 officiellement déclarés en RDC depuis le 10 mars, pour 20 décès.

Le rebond d'Ebola à Beni est "peut-être" une leçon pour le Covid-19, a avancé le directeur des urgences de l'OMS: "Il n'y a pas de stratégie de sortie jusqu'à ce que vous ne contrôliez la situation. Vous devez toujours être prêt à faire marche arrière et à repartir".

De nombreuses ONGs et partenaires de la RDC ont assuré qu'ils maintenaient leur soutien au pays.

"Bien que dévasté par les nouvelles, je reste optimiste.Les Etats-Unis sont le principal bailleur soutenant les efforts de la RDC. Nous continuerons d'appuyer la riposte à Ebola et au #COVID19", a déclaré sur Twitter l'ambassadeur américain en RDC Mike Hammer.

"Une bien mauvaise nouvelle", a commenté son homologue de la délégation de l'Union européenne (UE) à Kinshasa Jean-Marc Châtaigner, qui a promis que Bruxelles resterait "pleinement engagée aux côtés de la RDC pour aider à l'éradication de cette menace sanitaire".

Avec 2.273 décès, la dixième épidémie d'Ebola sur le sol congolais est la deuxième la plus grave depuis l'identification du virus de la fièvre hémorragique en 1976.

L'épidémie a été déclarée urgence sanitaire de portée internationale en juillet dernier par l'OMS, qui redoutait sa propagation aux pays voisins (Rwanda et Ouganda).

Plus de 320.000 personnes ont reçu des doses de deux vaccins anti-Ebola utilisés à titre expérimental.

Le travail des équipes de prise en charge a été compliquée par la violence des groupes armés présents dans cette partie du Nord-Kivu. Plusieurs personnels soignants ont été tués, dont un médecin camerounais de l'OMS il y a un an.

AFP

Ses derniers articles: Au Cameroun, un plasticien peint la fragilité du monde face au coronavirus  Présidentielle au Burkina : Kaboré investi samedi par son parti malgré un bilan mitigé  Le mystère des têtes coupées de Fana au Mali 

RDC

AFP

RDC : 11 personnes tuées dans une embuscade de miliciens en Ituri

RDC : 11 personnes tuées dans une embuscade de miliciens en Ituri

AFP

Vingt ans après, la RDC commémore sa "Guerre des six jours" dans l'attente des réparations

Vingt ans après, la RDC commémore sa "Guerre des six jours" dans l'attente des réparations

AFP

Un chroniqueur d'I24 s'excuse auprès de la RDC après avoir traité son président de "tyran"

Un chroniqueur d'I24 s'excuse auprès de la RDC après avoir traité son président de "tyran"