mis à jour le

Changer la Constitution pour rester au pouvoir, une pratique courante en Afrique

A l'instar du Guinéen Alpha Condé, accusé de man½uvrer pour briguer un troisième mandat, de nombreux chefs d'Etat africains ont tenté - et très souvent réussi- de se maintenir au pouvoir en modifiant la Constitution.

- Tentatives réussies

- COMORES: Un référendum constitutionnel renforce en 2018 les pouvoirs d'Azali Assoumani, lui permettant de briguer deux mandats au lieu d'un. Celui-ci est réélu en 2019 lors d'un scrutin entaché de fraudes.

- RWANDA: Une réforme de la Constitution adoptée fin 2015 permet à Paul Kagame de se présenter pour un nouveau mandat en 2017 et de potentiellement diriger le pays jusqu'en 2034.

- CONGO: Une nouvelle Constitution adoptée par référendum en 2015 fait sauter les verrous qui interdisaient à Denis Sassou Nguesso de briguer un 3e mandat: la limite d'âge et celle du nombre des mandats. Il est réélu en 2016.

- BURUNDI: La candidature de Pierre Nkurunziza à un 3e mandat plonge le pays en 2015 dans une grave crise (au moins 1.200 morts). M. Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, a annoncé en 2018 qu'il ne se présenterait pas à sa succession en 2020, alors que la nouvelle Constitution adoptée par référendum le lui permet.

- ZIMBABWE: Une nouvelle Constitution adoptée en 2013 permet à Robert Mugabe de se porter candidat à la présidentielle. Mais celui-ci est contraint à la démission en 2017, après 37 ans de règne. Il est décédé en 2019.

- DJIBOUTI: Le Parlement, entièrement acquis à la cause d'Ismaël Omar Guelleh, adopte en 2010 une révision constitutionnelle supprimant toute limitation du nombre de mandats présidentiels. Au pouvoir depuis 1999, Omar Guelleh a pu briguer de nouveaux mandats en 2011 et 2016.

 

- ALGERIE: Le Parlement adopte en 2008 une révision de la Constitution supprimant la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels. Abdelaziz Bouteflika, au pouvoir depuis 1999, est réélu en 2009 puis en 2014. Il est poussé à la démission en avril 2019 sous la pression d'une contestation inédite.

- CAMEROUN: Une révision constitutionnelle en 2008 supprime la limitation des mandats présidentiels. Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, est réélu pour un 7e mandat en 2018.

- OUGANDA: Une réforme de la Constitution supprime en 2005 toute restriction du nombre de mandats pour le chef de l'Etat. En 2019, la Cour suprême valide la suppression de la limite d'âge pour la présidence, permettant à Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986, de se représenter en 2021.

- TCHAD: Une révision constitutionnelle adoptée lors d'un référendum controversé en 2005 supprime la limitation à deux quinquennats présidentiels. Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 1990, est réélu en 2016 pour un 5e mandat. 

- TOGO: Un amendement à la Constitution fait disparaître fin 2002 la limite de deux mandats présidentiels, permettant à Gnassingbé Eyadéma, au pouvoir depuis 1967, de briguer un nouveau mandat en 2003. Son fils, Faure Gnassingbé, qui lui a succédé après son décès en 2005, a été depuis réélu lors de scrutins contestés par l'opposition.

- Tentatives avortées

Au BURKINA FASO, la volonté de Blaise Compaoré de modifier la Constitution afin de briguer un nouveau mandat après plus de 27 ans de pouvoir est à l'origine du soulèvement populaire qui le contraint à l'exil en 2014.

En ZAMBIE, Frederick Chiluba a dû y renoncer en 2001 sous la pression populaire, et au MALAWI, le Parlement s'est opposé en 2002 à ce que Bakili Muluzi brigue un 3e mandat en 2004.

AFP

Ses derniers articles: Génocide au Rwanda: Félicien Kabuga fixé sur sa remise  En Tunisie, le président appelle  Soudan: l'armée va confisquer les armes détenues illégalement 

Afrique

AFP

Afrique du sud: Zuma demande

Afrique du sud: Zuma demande

AFP

Afrique du Sud: une ministre réprimandée pour mélange des genres

Afrique du Sud: une ministre réprimandée pour mélange des genres

AFP

Nioro du Sahel, berceau d'une influente branche de l'islam soufi en Afrique de l'Ouest

Nioro du Sahel, berceau d'une influente branche de l'islam soufi en Afrique de l'Ouest

Constitution

AFP

Le président nigérian appelle ses pairs ouest-africains

Le président nigérian appelle ses pairs ouest-africains

AFP

Algérie: une réforme de la constitution interroge sur un changement de doctrine militaire

Algérie: une réforme de la constitution interroge sur un changement de doctrine militaire

AFP

La Constitution de "l'Algérie nouvelle" ne fait pas consensus

La Constitution de "l'Algérie nouvelle" ne fait pas consensus