mis à jour le

Tanzanie: un journaliste libéré après avoir plaidé coupable de crimes économiques

Un journaliste d'investigation tanzanien, Erick Kabendera, dont la détention depuis sept mois a suscité une vive réprobation internationale, a été libéré lundi après avoir plaidé coupable de crimes économiques. 

M. Kabendera travaille pour des médias nationaux et étrangers, comme The East African, dont le siège est au Kenya. Il a publié plusieurs analyses critiques sur la vie économique et politique dans la Tanzanie du président John Magufuli.

Il avait d'abord été détenu pour être interrogé sur sa nationalité avant que les charges ne soient transformées en sédition. Puis ces charges ont été abandonnées et finalement M. Kabendera a été inculpé en août 2019 de crimes économiques et blanchiment d'argent.

Il était détenu depuis et son procès a été reporté 11 fois. Il s'était même vu refuser d'assister aux funérailles de sa mère en janvier. 

L'arrestation et les poursuites engagées contre ce journaliste indépendant réputé ont été pour beaucoup d'observateurs révélatrices de l'érosion de la liberté de la presse en Tanzanie depuis l'élection de M. Magufuli fin 2015.  

M. Kabendera a plaidé coupable des chefs d'accusation de blanchiment d'argent et de non-paiement de 173 millions de shillings (69.000 euros) d'impôts.  

Il a été libéré après avoir payé une amende de 250.000 shillings (100 euros) pour avoir omis de payer des impôts, mais doit encore verser 100 millions de shillings (39.933 euros) d'amende pour blanchiment d'argent.  

Le journaliste a déclaré qu'il "appréciait le soutien de tous". 

"J'ai traversé des moments difficiles et finalement je suis libre. Je ne m'y attendais pas mais je suis reconnaissant pour tout le soutien", a-t-il dit.  

Son avocat Jebra Kambole a précisé que l'amende restante serait payée en plusieurs versements.

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne avaient dénoncé la "lente érosion" des droits en Tanzanie, citant l'exemple de M. Kabendera.  

Reporters sans frontières (RSF), qui classe la Tanzanie de M. Magufuli parmi les régimes prédateurs de la liberté de la presse, et Amnesty International, entre autres, ont réclamé la libération de M. Kabendera. 

Depuis l'élection de M. Magufuli, des meetings de partis d'opposition ont été interdits, des responsables de l'opposition arrêtés et poursuivis, des journaux fermés et des journalistes et artistes molestés ou menacés de mort, après avoir critiqué le gouvernement. 

Surnommé le "bulldozer", M. Magufuli a fermé des journaux, interdit des rassemblements de l'opposition, mis un terme aux retransmissions en direct des sessions parlementaires et utilisé la loi sur les cybercrimes pour emprisonner les critiques.  

AFP

Ses derniers articles: En Afrique, les bavures des forces de l'ordre au nom de la lutte contre le coronavirus  Tunisie: des centaines de précaires manifestent contre le confinement  La mégapole de Lagos entre en confinement, les mesures se durcissent partout en Afrique 

crimes

AFP

Darfour: le Soudan ouvre une enquête sur les crimes commis par le régime de Béchir

Darfour: le Soudan ouvre une enquête sur les crimes commis par le régime de Béchir

AFP

La Somalie, en tête des crimes impunis contre les journalistes, selon une ONG

La Somalie, en tête des crimes impunis contre les journalistes, selon une ONG

AFP

Tanzanie: 467 accusés de crimes économiques prêts

Tanzanie: 467 accusés de crimes économiques prêts

journaliste

AFP

Algérie: un défenseur des droits humains remis en liberté, un journaliste relaxé

Algérie: un défenseur des droits humains remis en liberté, un journaliste relaxé

AFP

Maroc: liberté provisoire accordée au journaliste Omar Radi

Maroc: liberté provisoire accordée au journaliste Omar Radi

AFP

Plusieurs ONG dénoncent l'incarcération d'un journaliste au Maroc

Plusieurs ONG dénoncent l'incarcération d'un journaliste au Maroc