mis à jour le

En Centrafrique, des dizaines de morts dans les violences du weekend

Des dizaines de personnes ont été tuées le week-end dernier dans des affrontements intercommunautaires entre miliciens à Bria, ville diamantifère de l'est de la Centrafrique au coeur des conflits qui ravagent ce pays depuis près de 20 ans.

"Il y a une cinquantaine de morts. Certains corps ont été directement enterrés par les familles, donc il est difficile de donner un chiffre précis", a déclaré mardi à l'AFP le préfet de la Haute Kotto, Evariste Binguinidji, présent sur place.

"Le bilan établi par le préfet me semble crédible", a affirmé  le président de la Croix rouge centrafricaine Antoine Mbaobogo. Il a précisé à l'AFP que son organisation avait établi dès lundi un bilan de 35 morts et 17 blessés.

Divers groupes armés et milices d'autodéfense se disputent le contrôle de Bria, cité riche en diamants, depuis que la Séléka, coalition de groupes rebelles, a pris le contrôle de cette partie du pays dès 2012.

Malgré la signature d'un accord de paix entre le gouvernement et 14 groupes armés en février 2019, ces derniers contrôlent encore les deux tiers du territoire national. 

Depuis 2013 et le début du conflit, plus du quart des 4,7 millions d'habitants de la Centrafrique ont fui leur domicile.

A Bria, les affrontements ont commencé samedi soir et ont pris fin dimanche, alors que les forces de la mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) se déployaient dans la ville. 

Les 11.500 déplacés de Bria ont été envoyé vers cinq sites différents, où ils recoivent de l'aide (abris et nourriture), ont indiqué l'Unicef et le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha).

"Une médiation à eu lieu avec la Minusca, les autorités et les représentants des groupes armés. La ville est calme. Les groupes armés ont retiré leurs troupes du centre-ville et les déplacés commencent à revenir", selon le préfet. 

"La maison de mes parents a été incendiée", explique Mahamat, un conducteur de taxi joint au téléphone par l'AFP. "Ils sont partis se réfugier dans le quartier peul. Maintenant, ça va mieux. Les gens sont revenus faire leurs achats sur le marché central".

- "Conflit entre groupes ethniques" -

Vue du ciel, Bria est une île environnée de ruines. Autour du centre, il ne reste que des murs de briques échoués dans la brousse pour témoigner des vagues de violences qui enflamment depuis près de 20 ans cette région délaissée par le pouvoir central.

Les violences entre groupes armés y sont persistantes, mais cette fois l'équation est plus complexe : le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC), l'un des principaux groupes qui contrôlait la ville, s'est scindé ces derniers mois, selon plusieurs sources présentes sur place.

Les membres de l'ethnie rounga, dont est issu le chef militaire du FPRC, Abdoulaye Hissène, et plusieurs de ses officiers, font désormais face à une alliance de deux autres ethnies présentes à Bria, les Goula et les Kara, parfois membres du FPRC.

"L'alliance des Goula et des Kara a conquis presque toute la ville (...) Tous les Rounga ont fui", avait déclaré une source humanitaire contactée par l'AFP dimanche.

En juillet, Kara et Goula avaient signé une alliance contre les Rounga, une ethnie originaire de la région de Ndele, à la frontière du Tchad, et bien implantée dans le commerce régional.

Depuis juillet, des affrontements opposent le FPRC et son ancien allié, le Mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ), affilié à l'ethnie kara. La ville voisine de Birao, dans l'extrême-nord du pays, a été ravagée par ce conflit dont l'enjeu est le contrôle de l'axe routier vers le Soudan.

- Contrôler les diamants -

Les tensions couvaient dans la préfecture voisine de Bria, où cohabitent Rounga, Kara, et Goula. Et si les Karas restent très minoritaires dans la ville, les Goula y sont bien implantés.

"Les Goula contrôlent beaucoup de mines autour de Bria", explique un diamantaire centrafricain habitué à travailler dans la région. "Mais en ville, la plupart des bureaux de vente de diamants appartiennent à des Rounga. Ce sont des commerçants qui ont établi des réseaux solides avec des acheteurs étrangers, notamment indiens et des libanais.  C'est l'une des principales raisons qui ont conduit à ces tensions" assure-t-il.

Le porte-parole du FPRC, Aboubacar Sidiq, conteste néanmoins toute scission au sein de son mouvement: "C'est une querelle, nous sommes en train d'en chercher les vraies causes" a-t-il indiqué.

AFP

Ses derniers articles: Cameroun: la communauté internationale "bienvenue" pour régler la crise, affirme un opposant  Togo: l'opposant Kodjo dépose un recours pour contester les résultats de la présidentielle  En Guinée-Bissau, une mystérieuse hécatombe de vautours 

Bria

AFP

Centrafrique: au moins 30 civils tués

Centrafrique: au moins 30 civils tués

AFP

Centrafrique: MSF suspend ses activités

Centrafrique: MSF suspend ses activités

AFP

Centrafrique: arrestation d'un chef antibalaka

Centrafrique: arrestation d'un chef antibalaka

morts

AFP

RDCongo: au moins dix morts dans un nouveau massacre près de Beni

RDCongo: au moins dix morts dans un nouveau massacre près de Beni

AFP

Une distribution d'aide tourne au drame au Niger, 20 morts

Une distribution d'aide tourne au drame au Niger, 20 morts

AFP

RDC: au moins 14 morts

RDC: au moins 14 morts

violences

AFP

Violences jihadistes au Burkina: Barsalogho, épicentre d'une crise humanitaire grandissante

Violences jihadistes au Burkina: Barsalogho, épicentre d'une crise humanitaire grandissante

AFP

Violences jihadistes au Burkina: Barsalogho, épicentre d'une crise humanitaire grandissante

Violences jihadistes au Burkina: Barsalogho, épicentre d'une crise humanitaire grandissante

AFP

Violences jihadistes au Burkina: Barsalogho, épicentre d'une crise humanitaire grandissante

Violences jihadistes au Burkina: Barsalogho, épicentre d'une crise humanitaire grandissante