mis à jour le

Maroc: liberté provisoire accordée au journaliste Omar Radi

La justice marocaine a décidé d'accorder la liberté provisoire au journaliste et militant des droits humains Omar Radi, placé en détention la semaine dernière pour avoir critiqué sur Twitter une décision de justice, a indiqué mardi son avocat.

M. Radi, 33 ans, "comparaîtra le 2 janvier en état de liberté", a dit à l'AFP Me Omar Benjelloun, confirmant des informations de presse. 

L'avocat n'a pas été en mesure de dire quand exactement le journaliste serait relâché. 

Omar Radi a été arrêté jeudi pour un tweet publié en avril dans lequel il fustigeait le verdict d'un magistrat contre des membres du "Hirak", un mouvement de contestation qui a agité le nord du Maroc en 2016 et 2017, condamnés à des peines allant jusqu'à 20 ans de prison.

"Ni oubli, ni pardon avec ces fonctionnaires sans dignité!", avait-il écrit, qualifiant le juge de "bourreau".

Son procès a débuté le jour même de son arrestation, et l'affaire a suscité une vague d'indignation dans le royaume, où des centaines de personnes ont manifesté samedi pour appeler à sa libération et à l'abandon des charges. 

Dans une tribune lundi dans le journal Le Monde, un collectif de journalistes, intellectuels, penseurs et artistes a dénoncé son emprisonnement "pour un tweet dénonçant l'injustice de la justice", qui "met en lumière des manquements graves à la liberté de la presse et d'opinion au Maroc".

Omar Radi a collaboré avec plusieurs médias marocains et internationaux et publié des enquêtes remarquées sur l'économie de rente ou les collusions entre pouvoir et argent. 

Plus récemment, il a couvert les nombreux mouvements de contestation ayant agité des régions marginalisées du royaume.

Human Rights Watch a critiqué samedi l'arrestation de M. Radi et dénoncé une "atmosphère de plus en plus suffocante pour les journalistes, dissidents et artistes marocains qui prennent la parole sur les réseaux sociaux".

En l'espace de quelques jours au Maroc, un youtubeur a été condamné à quatre ans de prison pour "offense au roi", un lycéen a écopé de trois ans de prison pour une publication sur Facebook et un militant a été placé en détention pour une publication sur les réseaux sociaux.

Un nouveau Code de la presse ne prévoyant plus de peines de prison est entré en vigueur en 2016 au Maroc, mais les journalistes continuent d'être poursuivis selon le Code pénal, tout comme des internautes pour des écrits sur les réseaux sociaux. 

AFP

Ses derniers articles: Au Nigeria, une chaîne de télé craint pour son avenir après la suspension de Twitter  Au Sahel, le pari risqué de la France pour éviter l'enlisement  South African Airways détenue 

journaliste

AFP

Journaliste français otage au Mali: des rassemblements

Journaliste français otage au Mali: des rassemblements

AFP

Mali: le journaliste Olivier Dubois otage d'un groupe jihadiste, confirme Paris

Mali: le journaliste Olivier Dubois otage d'un groupe jihadiste, confirme Paris

AFP

RDCongo: un journaliste congolais assassiné au Nord-Kivu

RDCongo: un journaliste congolais assassiné au Nord-Kivu

liberté

AFP

Algérie: nouveau procès pour Khaled Drareni, symbole de la liberté de la presse

Algérie: nouveau procès pour Khaled Drareni, symbole de la liberté de la presse

AFP

Maroc: liberté provisoire pour l'historien Maâti Monjib

Maroc: liberté provisoire pour l'historien Maâti Monjib

AFP

L'Algérien Khaled Drareni, symbole du combat pour la liberté de la presse

L'Algérien Khaled Drareni, symbole du combat pour la liberté de la presse

Omar

AFP

Maroc: les journalistes Omar Radi et Soulaimane Raissouni en grève de la faim

Maroc: les journalistes Omar Radi et Soulaimane Raissouni en grève de la faim

AFP

Djibouti: Ismaël Omar Guelleh réélu

Djibouti: Ismaël Omar Guelleh réélu

AFP

Ismaël Omar Guelleh réélu avec 98,58% des voix

Ismaël Omar Guelleh réélu avec 98,58% des voix