mis à jour le

Mauritanie: le parti au pouvoir s'unit autour du nouveau président et clôt l'ère Aziz

Le parti au pouvoir en Mauritanie est réuni samedi en congrès pour élire une nouvelle direction fidèle au nouveau président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani et consacrer la mise à l'écart de la scène politique de son prédécesseur anciennement tout puissant, Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le congrès s'est ouvert la mi-journée dans la banlieue nord de Nouakchott, en présence de plus de 2.200 délégués venus de toutes les régions de ce vaste pays sahélien, a constaté un correspondant de l'AFP.

Ce sera l'occasion pour l'Union pour la République (UPR) "d'alléger ses statuts" et de s'ouvrir à de nouvelles formations, dont un parti de l'opposition, Adil, qui compte deux députés, et à des opposants au président Aziz ayant soutenu lors de sa campagne M. Ghazouani, élu en juin, selon le dirigeant par intérim de la formation majoritaire au Parlement, Mohamed Ould Abdel Vettah.

Une nouvelle direction --un président et cinq vice-présidents-- doivent être élus dans la soirée, mais l'idée de changer le nom du parti n'a pas été retenue.

"Ghazouani est notre référence", affirme un des slogans qui défilent sur un écran géant devant les membres du parti fondé en 2009 par l'ex-président Aziz, marginalisé par ses anciens fidèles depuis son départ de la présidence début août.

"Le temps est au consensus autour de notre président Ghazouani, qui a convaincu tout le monde, y compris l'opposition. L'autre (Aziz), personne n'en parle plus, sauf dans les réseaux sociaux. Il doit prendre sa retraite", a déclaré à l'AFP Ahmed Ould Salem, l'un des congressistes pourtant connu pour avoir soutenu l'ancien président. 

"Pour nous il s'agit d'une refondation du parti, qui accueille un sang nouveau", renchérit son voisin, Nagi Dah.

Arrivé à la tête de l'Etat par un putsch en 2008, puis élu en 2009 et 2014, M. Aziz a procédé l'été dernier à la première transition entre deux présidents élus dans ce pays secoué par de nombreux coups d'Etat de 1978 à 2008.

Il avait choisi comme dauphin Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani, ex-chef d'état-major et jusque-là l'un de ses plus fidèles compagnons. Avant de passer la main, l'ex-président avait manifesté sa volonté de rester actif en politique en gardant le contrôle de son parti.

Mais depuis sa victoire en juin et sa prestation de serment le 1er août, M. Ghazouani a mis la main sur l'UPR, dont l'immense majorité des députés s'est ralliée à lui et s'est éloignée de son ex-mentor.

"L'UPR vit une crise profonde, elle subit une action de sape, anticonstitutionnelle, dans l'illégalité absolue, de la part de gens qui ne sont même pas membres du parti, sur ordre du pouvoir", avait dénoncé le 20 décembre avec amertume l'ex-président Aziz lors d'une conférence de presse boudée par les médias d'Etat.

AFP

Ses derniers articles: Présidentielle: le Togo dans l'attente des résultats, pouvoir et opposition revendiquent la victoire  Présidentielle/Togo: l'opposition dénonce des "irrégularités" et veut croire en la victoire  Mali: au moins trois soldats tués dans l'attaque d'un camp militaire près de Tombouctou 

nouveau

AFP

RDCongo: au moins dix morts dans un nouveau massacre près de Beni

RDCongo: au moins dix morts dans un nouveau massacre près de Beni

AFP

Tunisie: le nouveau gouvernement sera annoncé samedi (présidence)

Tunisie: le nouveau gouvernement sera annoncé samedi (présidence)

AFP

Burkina: nouveau massacre jihadiste dans un village du Nord

Burkina: nouveau massacre jihadiste dans un village du Nord

pouvoir

AFP

Présidentielle: le Togo dans l'attente des résultats, pouvoir et opposition revendiquent la victoire

Présidentielle: le Togo dans l'attente des résultats, pouvoir et opposition revendiquent la victoire

AFP

Afrique du Sud: le président Ramaphosa patine après deux ans au pouvoir

Afrique du Sud: le président Ramaphosa patine après deux ans au pouvoir

AFP

Au Burundi, le parti au pouvoir change de visage, pas forcément de ligne

Au Burundi, le parti au pouvoir change de visage, pas forcément de ligne

président

AFP

Afrique du Sud: le président Ramaphosa dénonce les propos de l'ex-président De Klerk sur l'apartheid

Afrique du Sud: le président Ramaphosa dénonce les propos de l'ex-président De Klerk sur l'apartheid

AFP

Le président Tebboune promet un "changement radical" en Algérie (média)

Le président Tebboune promet un "changement radical" en Algérie (média)

AFP

Burundi: le président Nkurunziza nommé "guide suprême du patriotisme"

Burundi: le président Nkurunziza nommé "guide suprême du patriotisme"