mis à jour le

Bissau: un militant de l'opposition tué dans une manifestation réprimée par la police

Un militant de l'opposition en Guinée-Bissau a été tué samedi par des policiers, qui ont empêché à coups de gaz lacrymogènes plusieurs milliers de personnes de manifester dans la capitale pour réclamer un report de l'élection présidentielle prévue dans un mois, a-t-on appris de sources familiale et hospitalière.

Les principaux partis d'opposition et des candidats se présentant comme indépendants, dont le président sortant José Mario Vaz, avaient appelé à manifester pour exiger une révision complète du fichier électoral, afin d'éviter les fraudes lors du scrutin, fixé au 24 novembre, dans cette ancienne colonie portugaise d'Afrique de l'Ouest chroniquement instable.

Cette révision, refusée par le gouvernement dirigé par le parti historique, Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC), entraînerait un report de l'élection, alors que la communauté internationale insiste sur un respect du calendrier électoral.

Demba Baldé, âgé de 48 ans - et non d'une vingtaine d'années comme l'avaient initialement indiqué des témoins -, se trouvait dans une permanence du second parti d'opposition à l'Assemblée, le Parti pour la rénovation sociale (PRS), a expliqué à l'AFP son frère, Alimo.

"Un cordon de policiers solidement armés de matraque et de lance-grenades nous a empêché de sortir pour rejoindre nos camarades dans la rue", a précisé Alimo Baldé.

"Il y a eu des échauffourées et Demba a été arrêté par quatre agents de police qui l'ont roué de coups et aspergé de gaz. Il est tombé en sang et avait du mal à respirer. Nous avons essayé de le réanimer mais malheureusement, il a rendu l'âme avant d'arriver à l'hôpital", a-t-il poursuivi.

Une photo envoyée par un témoin à un correspondant de l'AFP montre un homme au sol, la tête baignant dans une flaque de sang. Ce témoin a également envoyé une photo de la carte d'identité de la victime, permettant de l'identifier.

Un infirmier de la principale morgue de Bissau a confirmé avoir reçu le corps qui "présentait des traces de coups".

Ailleurs dans la ville, la police est intervenue à coup de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui tentaient de se rassembler, faisant plusieurs blessés, selon un correspondant de l'AFP.

AFP

Ses derniers articles: Il n'y a pas "de crise" au Zimbabwe, selon le porte-parole du gouvernement  Togo: silence pesant trois mois après la mort suspecte d'un officier supérieur  Le coronavirus interdit de visite dans la plus grande prison du Mali 

Manifestation

AFP

Côte d'Ivoire: la police disperse une manifestation pro-Gbagbo

Côte d'Ivoire: la police disperse une manifestation pro-Gbagbo

AFP

Tunisie: 3e jour de manifestation pour réclamer la libération d'un militant

Tunisie: 3e jour de manifestation pour réclamer la libération d'un militant

AFP

Mali: une manifestation réclame le départ de Keïta

Mali: une manifestation réclame le départ de Keïta

militant

AFP

Algérie: décès en prison d'un militant des droits humains

Algérie: décès en prison d'un militant des droits humains

AFP

Guinée équatoriale: un militant des droits de l'homme en résidence surveillée

Guinée équatoriale: un militant des droits de l'homme en résidence surveillée

AFP

Soudan: un militant d'un parti au gouvernement mort en détention (famille)

Soudan: un militant d'un parti au gouvernement mort en détention (famille)

police

AFP

Zimbabwe: trois opposantes accusant la police de torture vont être poursuivies (ONG)

Zimbabwe: trois opposantes accusant la police de torture vont être poursuivies (ONG)

AFP

Au Mozambique, les "contrats" politiques de la police en procès

Au Mozambique, les "contrats" politiques de la police en procès

AFP

Zimbabwe: l'opposition accuse la police d'avoir torturé trois de ses militantes

Zimbabwe: l'opposition accuse la police d'avoir torturé trois de ses militantes