Bruno Sanogo

Bruno Sanogo

Journaliste burkinabè, correspondant de BBC au Ghana

Ces étranges cercueils ghanéens

Ces étranges cercueils ghanéens

Dès l'entrée dans la ville de Teshie (près d'Accra, la capitale du Ghana), d'immenses baraquements des pêcheurs s'étendent tout au long de la côte atlantique. Au bord de la principale avenue, des femmes vendent du poisson fumé aux prix les plus concurrentiels de la région. Ici on est soit cultivateur, soit pêcheur. En face de tous ces baraquements, du côté gauche de la grande avenue, s'est érigé un bâtiment sur deux niveaux. Bienvenue dans l’atelier de menuiserie et de sculpture Kane Kwei.

A Accra, avec les derniers résistants de la terre...

A Accra, avec les derniers résistants de la terre...

Autour de leurs concessions en bois dans des quartiers résidentiels, où des bâtiments tout en béton sont rapidement sortis de terre. Seuls les expatriés des multinationales, les ambassadeurs étrangers et autres hauts fonctionnaires peuvent payer des loyers de 2000 à 4500 dollars mensuels dans ces quartiers. Ils cohabitent avec des habitants qui ont hérité des terres de leurs parents et qui n’entendent pas céder leurs espaces vitaux pour quelques milliers de dollars.