Sacré Abel

Sacré Abel

Journaliste à Gbich, magazine satirique ivoirien.

Les tueuses de salaire à Abidjan

Les tueuses de salaire à Abidjan

Mon salaire me donne un «sale air»Hommage à Enock, mon ami et poète pour ce titre tiré d'un de ses poèmes. Ceci dit, on revient à nos cabris. Le salaire donne non seulement un sale air, c'est-à-dire énerve mais en plus, nous pompe l'air. Franchement! Parce que c'est à cause de lui que les gens font rang chaque jour devant notre porte pour demander crédit, service et que sais-je encore.A cause du salaire, tu es obligé de te mettre toujours sur ton 31 pour aller au travail. Quand tes voisins voient ça, ils disent: