Pierre Cherruau

Pierre Cherruau

Pierre Cherruau a publié de nombreux ouvrages, notamment Chien fantôme (Ed. Après la Lune), Nena Rastaquouère (Seuil), Togo or not Togo (Ed. Baleine), La Vacance du Petit Nicolas (Ed. Baleine) et Dakar Paris, L'Afrique à petite foulée (Ed. Calmann-Lévy).

De la Françafrique à la Françafric

De la Françafrique à la Françafric

«Rester à l’ombre pour ne pas attraper de coups de soleil». La formule fétiche de Jacques Foccart, grand maître d’oeuvre de la Françafrique, a pris un coup de vieux. Même la «bonne vieille» Françafrique n’est pas épargnée par WikiLeaks. Ainsi, selon un câble américain récemment publié par El País, des dirigeants gabonais auraient détourné une trentaine de millions d’euros de la Banque centrale des Etats d’Afrique centrale (BCEAC).

Au Sahel, al-Qaida a déjà gagné

Au Sahel, al-Qaida a déjà gagné

«Depuis l’été 2010, une série d’événements tragiques se sont succédé. Après la mort de Michel Germaneau, l’enlèvement de cinq Français à Arlit (Niger) et l’attentat contre l’ambassade de France à Bamako (Mali), ce sont deux de nos compatriotes qui ont trouvé la mort au Niger le 8 janvier 2011.Les ressortissants français doivent plus que jamais faire preuve, en tout temps et en tout lieu, de la plus grande vigilance et de la plus extrême prudence.

Sénégal, le soleil pâle des indépendances

Sénégal, le soleil pâle des indépendances

Les Sénégalais vont célébrer le 4 avril le cinquantième anniversaire de leur indépendance. Pourtant le cœur n'y est pas vraiment. « Nous sommes désabusés. Nous avons l'impression que le pouvoir va détourner les célébrations à son profit. Et puis, qu'est-ce qu'il y a de si exceptionnel à célébrer ? Qu'avons-nous fait en cinquante ans? Le bilan est loin d'être brillant. Nous avons même régressé au cours des dix dernières années», estime un magistrat dakarois. La vie des plus pauvres et des classes moyennes se durcit.

Le tourisme sexuel fait des ravages en Afrique

Le tourisme sexuel fait des ravages en Afrique

Tourisme sexuel? Ces mots sont bien souvent empreints d'un étrange exotisme. Comme si l'indicible, les actes les plus odieux, se passait à des dizaines de milliers de kilomètres sur des palanquins, dans de vaporeuses fumées d'opium. Nul besoin pourtant, d'avoir recours aux clichés orientalisants. Ce tourisme d'un genre bien particulier se développe massivement à deux pas de chez nous, de l'autre côte de la Méditerranée. Deux à trois heures d'avion et le tour est joué.

Immigration: Barcelone ou la mort

Immigration: Barcelone ou la mort

Barça ou Barsakh: Barcelone ou la mort en wolof. Tel est le slogan choisi par les Sénégalais, candidats à l'immigration clandestine qui montent sur les pirogues. «Si nous mourrons en mer. Au moins, nous allons rejoindre le paradis des musulmans», me confiait l'un de ces jeunes sans emploi qui avait emprunté 3000 euros à sa famille afin d'effectuer le grand voyage. L'un de ses amis parlait de «djihad économique» pour justifier ces départs périlleux. Selon lui il fallait faire payer à l'Occident des siècles d'humiliation.

Les talibans de l'Afrique noire

Les talibans de l'Afrique noire

Des «talibans» attaquent des commissariats en criant Allah Akhbar. Ils égorgent un ingénieur, un pompier, brûlent vif un officier des douanes et un policier. Près de 260 morts en deux jours. Ces scènes d'horreur ne se déroulent pas en Afghanistan, ni même au Pakistan. Mais le 28 juillet dans le nord du Nigéria à Maiduguri et dans l'Etat de Bauchi d'ordinaire si paisible, presque léthargique. Les «talibans» en question sont essentiellement des étudiants qui ont quitté l'université plus tôt que prévu.