El Watan

El Watan

Bordj Bou Arréridj : Trois repentis arrêtés pour soutien au terrorisme

Trois individus, la cinquantaine, ont été arrêtés dernièrement pour soutien financier et logistique aux groupes terroristes, activant dans les régions de Ras El Oued et Sétif, a-t-on appris de sources locales.   Les mis en cause ont été interpellés à la suite d’informations recueillies par les services de sécurité sur les activités de ce groupe de repentis habitant la commune de Ras El Oued, à 30 km du chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou Arréridj.

Les familles des otages algériens au Mali reçues au ministère des affaires étrangères

Le ministres des affaires étrangères, Ramtane Lamamra et le ministre délégué aux affaires maghrébines, Madjid Bouguera ont reçu, ce dimanche matin au siège des  AE, les familles des diplomates algériens otages au Mali. C'est l'information donné à la presse par Madjid Bouguerra, en marge de la conférence de presse animées par Lamamra et Abdelkader Messahel. Les familles ont été rassurées sur les efforts de l'Algérie, pour obtenir leur libération. Les représentants du gouvernement ont partagé avec les familles les dernières informations obtenues par l'Etat algérien.

Boumerdès : Un commerçant assassiné par des individus armés

Un citoyen répondant au nom de H.Abdnacer a été assassiné, samedi vers 18h, par des individus armés à Larbatache, à 30 km à l’ouest de Boumerdès. Selon des sources locales, la victime exerçait comme livreur de pain.   La victime, originaire de Chabet El Ameur, a été tuée par balle dans un faux barrage dressé par un groupe terroriste armé sur la route menant vers les villages d’El Kahla et Mansoura, ajoutent nos sources.

Sellal en visite de travail mardi et mercredi

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, effectue,  respectivement, mardi et mercredi, une visite d'inspection et de travail dans  les wilayas de Khenchela et d'Oum-El-Bouaghi, indique dimanche un communiqué  du Cabinet du Premier ministre.  Lors de ces visites, qui s'inscrivent dans le cadre de la mise en oeuvre  du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, il sera procédé  à l'examen de l'état d'exécution et d'avancement du programme de développement  socio-économique dans ces deux wilayas.

Le président Bouteflika reçoit Lakhdar Brahimi

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu dimanche, à Alger, Lakhdar Brahimi, ancien ministre algérien des Affaires étrangères et émissaire spécial des Nations unies et de la Ligue arabe.   M. Brahimi s’est entretenu avec le président Bouteflika des derniers développements survenus au Moyen-Orient, notamment de la crise syrienne et les négociations du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) et l’Iran. M.

Affaire du consulat d’Algérie

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a réitéré dimanche à Alger la demande de l’Algérie à être associée à l’enquête sur la violation du consulat général algérien à Casablanca au Maroc, tout en "rejetant" la thèse de l’"acte isolé".   "L’Algérie, qui a demandé officiellement à être associée à l’enquête, a toutes les raisons de rejeter la thèse de l’acte isolé. Les preuves visuelles existent", a souligné M. Lamamra dans une conférence de presse animée conjointement avec le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel. M.

On vous le dit

L’apport de l’Autriche à la résistance algérienne   L’historien et écrivain autrichien, Fritz Keller, accompagné de Kader Benamara, économiste et historien algérien établi à Vienne, ont donné une conférence, jeudi, à l’auditorium de l’université de Bouzaréah. Cette rencontre en hommage à Aït Aoudia Mustapha, ancien étudiant de cette université et ancien journaliste décédé il y a une dizaine d’années, a traité du livre de Fritz intitulé Solidarité en action qui traite de la participation autrichienne à la guerre de Libération nationale.

Le voile de la discorde

L’interdiction, de la part du directeur de l’éducation de la wilaya de Tindouf, du port du voile traditionnel (el melhfa) à une fonctionnaire durant le service, a été considérée par les élus de l’APW comme inacceptable. L’incident qui a eu lieu il y a une semaine, et la menace de sanction à l’encontre de cette fonctionnaire en cas de récidive, a fait réagir les élus qui, à l’ouverture de la 3e session ordinaire de leur assemblée, ont rendu public un communiqué mettant en cause cette décision qui touche aux valeurs spécifiques et aux traditions de la région.

Création

Le premier groupe-pilote de scouts aux besoins spécifiques en Algérie a été créé à Batna, a annoncé hier le commandant général adjoint des Scout musulmans algériens (SMA), Mohamed Boualleg. Au cours de la cérémonie d’ouverture de la nouvelle année scoute, tenue à la maison de la culture Mohamed-Laïd Al Khalifa de Batna, M. Boualleg a précisé que l’idéal pour ce groupe, baptisé Al Bassira, est de compter parmi ses rangs, outre des handicapés, des personnes saines car, a-t-il noté, l’objectif premier du scoutisme reste l’insertion dans la société.

Pour un audit de l’enseignement du tamazight

Le secrétaire général du Haut-Commissariat à l’amazighité (HCA), Youcef Merahi, a plaidé, hier à Tizi Ouzou, pour la nécessité de faire un audit de l’enseignement du tamazight. Intervenant dans le cadre des Journées d’étude sur le patrimoine villageois amazigh, organisées par le HCA à la maison de la culture de Tizi Ouzou, M. Merahi a estimé qu’il est «important que l’enseignement du tamazight soit soumis à une évaluation afin de faire le bilan de cette expérience depuis l’introduction de cette langue dans le système éducatif en 1995».

Une femme percutée mortellement par un tramway

Une femme a été percutée mortellement, hier, par le tramway d’Alger au niveau de l’arrêt du 8 Mai 1945, dans la commune de Bab Ezzouar. L’accident s’est produit, en début d’après-midi, apprend-on de sources locales. La victime, une femme d’un certain âge, tentait de traverser la voie alors que le tramway était en marche, à quelques mètres de son arrêt. L’accident a provoqué des perturbations du trafic pendant plusieurs heures.

Ali Mendjeli

Comment appelle-t-on un habitant de la ville nouvelle Ali Mendjeli ? Inutile de chercher, le mot n’existe pas encore. Pourtant, la ville est là, vivante, gigantesque, énergétivore, grosse de quelque 150 000 habitants. Une population qui, aujourd’hui, revendique des liens sociaux et des repères afin de fonder une identité propre nécessaire pour construire le vivre-ensemble. Cette perspective est cependant tributaire d’un nouveau découpage administratif, une décision politique qui affranchirait Ali Mendjeli de la tutelle et lui offrirait sa propre pièce d’identité.

Soufiane Djilali, président du parti Jil Djadid, a animé, hier en fin d’après-midi, un meeting populaire à Meftah (Blida). Abordant des sujets d’actualité, le conférencier a répondu aux nombreuses questions des présents, liées à la conjoncture actuelle. «Nos gouvernants ne pensent qu’à leurs intérêts, et ce, depuis 1962. Il y en a même qui sont gravement malades, ne pouvant même pas parler, mais continuent de gouverner parce qu’ils sont tout simplement égoïstes», a-t-il martelé.

Le FLN

Amar Saadani, le secrétaire général (contesté) du FLN, joue décidément sur du velours. Hier encore, devant les 54 Mouhafedhs présents à la réunion «organique» du Front de libération nationale (FLN), tenue en son siège à Hydra, Saadani a plié conclave – sans ordre du jour précis – et conclavistes en deux temps trois mouvements. L’«événement» a valeur de«répétition» avant l’écueil fatidique de samedi prochain, à savoir la réunion à haut risque du comité central le 16 novembre, fut un long fleuve tranquille.

Les syndicats exigent la suppression de l’article 87 bis

Entre suppression et révision, les syndicats sont tous déterminés à maintenir la pression sur le gouvernement pour le règlement définitif de ce dossier, qui traîne depuis des années. Réécriture au lieu de suppression. L’article 87 bis du code du travail ne sera pas abrogé tel que réclamé par les syndicats, à leur tête l’UGTA. L’annonce faite tout récemment par le nouveau ministre du Travail, Mohamed Benmeradi, n’a pas laissé indifférent.

Parole libre contre statu quo autoritaire

Après le bras de fer engagé avec l’OREF, les Débats d’El Watan ont été au rendez-vous. Au menu : le coût du statu quo autoritaire. Le public s’est déplacé en force à la salle Cosmos. Une belle image de communion et de résistance. La salle Cosmos de Riadh El Feth était bien pleine hier, à l’occasion de la reprise des Débats d’El Watan. Et, au-delà de l’intérêt grandissant que suscite ce rendez-vous désormais ancré dans le paysage intellectuel algérois, il nous plaît d’y voir une marque de solidarité avec les initiateurs de ce colloque.

- Les carburants sont une source de pollution atmosphérique. Comment peuvent-ils influer sur l’environnement ?   Les carburants sont effectivement très polluants. Ils polluent tout autant l’environnement global que l’environnement local (notamment les grandes agglomérations). Au niveau global, ils brûlent en émettant essentiellement du C02 qui est un gaz à effet de serre ou, autrement dit, un gaz qui contribue pour beaucoup au réchauffement climatique et donc aux changements climatiques.

Le diesel, un carburant qui tue

Depuis une décennie, le parc des véhicules de tourisme, principale source de pollution urbaine, s’est diésélisé à un rythme très élevé en Algérie malgré les risques avérés que fait peser ce carburant sur la santé. Les émissions des véhicules diesel, et plus particulièrement les particules de carbone qu’elles contiennent, constituent une cause directe des pathologies du cancer. Le diesel est bien cancérigène ; l’annonce a été faite il y a quelques semaines par l’OMS.

Lamamra : Les positions de l'Algérie sur le Sahara occidental sont "constantes" et "fermes"

Les positions de l'Algérie par rapport à la question  du Sahara occidental sont "constantes" et "fermes", a affirmé dimanche à Alger  le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra. "Les positions de l'Algérie sont constantes et fermes. Nous faisons  clairement la distinction entre la question du Sahara occidental qui relève  d'un problème de décolonisation et qui est entre les mains des Nations unies,  et nos relations bilatérales (avec le Maroc)", a souligné M.