El Watan

El Watan

Ahmed Hamdaoui, président de l’Association des agences du tourisme et de voyages de Tamanrasset, critique sévèrement le discours du chef de l’Exécutif qui, selon lui, a totalement ignoré les activités touristiques, le gagne-pain de milliers de personne. - Vous avez été très déçu par la visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Tamanrasset, qui, selon vous, augure la mise à mort du tourisme saharien. Pouvez-vous être plus explicite ?   L’intervention du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à Tamanrasset a été catastrophique pour nous.

Tamanrasset : Le transfert de la ZET fait polémique

La décision prise par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, jeudi, lors de sa visite de travail et d’inspection effectuée dans la wilaya de Tamanrasset, quant à la délocalisation du site d’implantation de la zone d’expansion touristique (ZET) de Tamanrasset n’a pas été du goût des tour-opérateurs de la région de l’Ahaggar. Le projet dont rêvent ces derniers depuis plus de 25 ans – après la promulgation du décret relatif à la création des ZET en Algérie en 1988 – risque ainsi de tomber à l’eau.

Les chômeurs résistants de la

Réinterprétant les notions de marginalité et d’exclusion sociale à la lumière du contexte algérien, Abdelkader Lakjaa préfère parler de «marginalité libre», «c’est-à-dire une marginalité voulue et assumée, parce que ne découlant pas exclusivement de la pauvreté», argue-t-il. L’une de ses manifestations les plus patentes est celle qui se pose comme une forme de résistance au marché du travail, avec ses hiérarchies et ses injustices, en soulignant que cette marginalité est «caractérisée par la distance par rapport au travail régulier».

Quand les jeunes réinventent la société par la marge

Abdelkader Lakjaa est sociologue à l’université d’Oran. Il vient de mener une très belle enquête sur la jeunesse oranaise dans trois quartiers populaires d’El Bahia : Sidi El Houari, Les Planteurs et Raïs El Aïn. Invité aux Débats d’El Watan qui se sont déroulés samedi dernier à la salle Cosmos (Riad El Feth), sur le thème, rappelle-t-on, «Statu quo autoritaire : quel coût pour l’Algérie ?», le professeur Lakjaa n’a pas pu faire le déplacement. Néanmoins, il a eu la générosité de partager le fruit de ses précieuses recherches avec le public de la salle Cosmos par Skype.

Gouffre financier et panier de crabes

Jeudi 29 juillet 2013. L’affaire de la Générale des concessions agricoles (GCA) rebondit là où elle est la moins attendue : à l’hôtel El Aurassi en l’occurrence, et à l’issue de la réunion (illégale) du comité central du FLN, qui a porté, à la hussarde, Amar Saadani au poste de nouveau secrétaire général du FLN. Lors de son point de presse improvisé, Saadani met au défi quiconque détenant des preuves de son implication dans des affaires de corruption de les présenter à la justice.

Evoquant l’absence du chef de l’Etat algérien, le journal américain fait remarquer que depuis qu’il s’est rendu à Paris, personne n’a entendu sa voix. Le secrétaire d’Etat, John Kerry, devait se rendre dimanche en Algérie, mais il n’était pas clair qu’il aurait rencontré le Président. Le report de sa visite a été annoncé en raison de négociations sur le nucléaire et l’Iran», peut-on lire dans l’article consacré à l’Algérie par le New York Times dans son édition du 8 novembre 2013, intitulé «Politiquement à la dérive, l’Algérie s’accroche à ses vieux démons».

Les autorités locales accablées

La lutte antivectorielle des foyers de contamination à Ghardaïa était incomplète, selon les experts nationaux. L’insalubrité, les eaux stagnantes ont favorisé la prolifération des moustiques, dont des larves d’anophèles trouvées dans les gîtes.   La réunion des experts nationaux portant sur les cas de paludisme enregistrés depuis début octobre, qui s’est tenue hier à Alger, a examiné de près la situation et a évalué les mesures mises en place pour lutter contre cette maladie.

Un cas de Paludisme découvert

Un cas de malaria (Paludisme) a été détecté, lundi, dans la wilaya de Laghouat selon une source sanitaire Ce cas a été détecté après une visite médicale, suite à des fièvres “inexpliquées” d'une personne résidente à « Ain Madhi » à l’ouest de Laghouat, âgée 52 et arrivée recemment du Tchad. Le malade suit actuellement un traitement approprié au sein de l’établissement public hospitalier « Ahmed Benaadjila » du chef-lieu de la wilaya et ne présente aucune complication. Son état évolue positivement, a rassuré notre source qui affirme en outre qu’une enquête a été lancée par les autorité

On vous le dit

Disparition d’un témoin-clé dans le scandale du FNDRA   L’ancien directeur de la Banque algérienne de développement rural (BADR) de Djelfa, Mejtoul Mohamed Cherif, incarcéré dans l’affaire des crédits alloués dans le cadre du FNDRA, dont aurait généreusement bénéficié le secrétaire général du FLN, Amar Saadani, est décédé, jeudi dernier, à la prison de Ouargla et a été enterré dans la discrétion la plus totale. Sa disparition est passée inaperçue dans la presse. Le procès du défunt, placé en détention préventive depuis six longues années, n’a jamais été ouvert.

Saisie de tabac

La police judiciaire de la sûreté de daïra de Salah Bey (sud de Sétif) a saisi, ces deux derniers jours, trois quintaux de tabac à chiquer contrefait, destinés à la commercialisation frauduleuse, a-t-on appris, dimanche, auprès de la sûreté de wilaya. La marchandise, dissimulée à bord d’un camion circulant sur l’axe Rasfa-Salah Bey, a été saisie à la suite de l’interception de ce véhicule dont le conducteur avait un comportement «suspect», a ajouté la même source.

Un faux El Watan vendu en France

Un directeur d’un quotidien national de retour de France a alerté notre rédaction sur la commercialisation d’un faux journal El Watan qu’il a trouvé dans les étals d’un buraliste. Il a remis à la rédaction la copie du faux journal en question du mardi 29 octobre 2013. Il s’agit, selon toute vraisemblance, d’un «clone» qui est vendu en toute illégalité dans certains kiosques de la capitale française. Le quotidien arabophone El Khabar a aussi été victime de la même escroquerie. Une première dans les annales de la presse algérienne.

LG passe au

La marque sud-coréenne LG s’associe à Bomare Company (Stream System) pour la production locale de ses produits. Un partenariat vient d’être conclu entre les deux entreprises. Une usine de production dédiée à une gamme de téléviseurs LCD et LED sous l’enseigne LG a été mise sur pied au niveau du site de Bomare Company, sis Birtouta (Alger). La fabrication des produits LG se limite, en premier temps, aux téléviseurs LCD et LED, en attendant d’étendre l’investissement à d’autres produits.

Smaïl Goumeziane :

Le maintien du statu quo autoritaire revient à condamner l’Algérie à demeurer prisonnière du mal-développement. L’autoritarisme n’explique pas nécessairement à lui seul le mal-développement mais «l’autoritarisme rentier» si, analyse l’économiste et ancien ministre, Smaïl Goumeziane, invité des Débats d’El Watan.  Le coût déjà élevé du choix imposé du mariage d’un régime autoritaire et d’une économie rentière risque avec son maintien d’avoir des conséquences plus désastreuses pour les générations futures.

Le forcing des courtisans

Les partisans de Bouteflika ne ratent plus aucune occasion pour l’annoncer comme candidat à sa propre succession alors que l’homme garde, paradoxalement, un silence intrigant sur ses intentions. Bouteflika ne partira pas», assène le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à l’issue de sa visite officielle mercredi dernier dans la wilaya d’Adrar. «Bouteflika sera notre prochain Président», appuie le secrétaire général du FLN, Amar Saadani, qui a réuni, avant-hier à Alger, les mouhafedhs de son parti.

Retard des pluies : L’inquiétude gagne les fellahs

Le retard prolongé de la pluie inquiète de plus en plus les agriculteurs et risque de porter un coup dur aux cultures. Une angoisse que partage avec fatalisme le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelwahab Nouri : «Les météorologues avaient prévu qu’il y aurait des précipitations en octobre…»                Finalement, on n’a rien eu (…) Nous sommes en train de subir un déficit chronique.

Paludisme en Algérie: Treize cas, trois morts, mais pas d'épidémie

Les cas de paludisme enregistrés récemment dans certaines  wilayas de l'Algérie ne représentent pas une épidémie, plutôt un micro foyer  sporadique à caractère local apparu à partir de cas importés, a rassuré lundi  à Alger, un responsable au ministère de la Santé, de la Population et de la  Réforme hospitalière.  Treize cas notifiés de paludisme, dont trois sont décédés, ont été enregistrés  par les services de santé, notamment, dans les wilayas de Ghardaïa et de Batna  entre octobre et novembre, a rappelé le directeur central de la prévention du  ministère, Smaïl Mesbah, lors de son pas