mis à jour le

Cheick Modibo Diarra annonçant sa démission à la télévision nationale (ORTM) le 11 décembre 2012. AFP/ORTM
Cheick Modibo Diarra annonçant sa démission à la télévision nationale (ORTM) le 11 décembre 2012. AFP/ORTM

Mali: tout est à refaire, après le départ de Modibo Diarra

La démission forcée du Premier ministre Cheick Modibo Diarra annonce le retour sur la scène politique des militaires maliens. Tout est désormais à reconstruire.

Tous ceux qui pensaient que le capitaine Amadou Haya Sanogo s’était rangé sagement se sont royalement trompés.

Le capitaine putschiste vient de leur administrer la preuve du contraire en contraignant le 11 décembre, le Premier ministre, Cheick Modibo Diarra (CMD), à démissionner. Si ce n’est pas au Mali et dans la République imaginaire du Gondwana, on n’a jamais vu pareille situation ubuesque.

Généralement, le Premier ministre remet sa démission et celle de son gouvernement au chef de l’Etat qui l’accepte ou la refuse. Ici, rien de tout cela. Le chef du gouvernement a été amené comme un manant à Kati, le quartier général du capitaine putschiste. Et la suite on la connaît: une démission annoncée à une heure indue, 4h du matin, à la télévision nationale.

Le retour en force du capitaine Sanogo

C’est également un coup d’arrêt brusque donné au parcours de l’astrophysicien, ancien employé de la NASA, nommé chef du gouvernement, le 17 avril 2012, et qui claironnait qu’il ne démissionnerait pas, en août dernier, au lendemain du retour au pays du président par intérim.

A-t-il été dépassé après par les événements pour jeter ainsi le manche avant la cognée? Certes, le porte-parole du capitaine se défend qu’il y ait eu un coup d’Etat, mais on peut dire que le maître de Kati vient de commettre un autre putsch en débarquant le Premier ministre.

Sanogo aime se comparer au général de Gaulle qui a sauvé la France, mais, au regard de ce qui vient de se passer, il rappelle beaucoup plus le mercenaire Bob Denard qui faisait et défaisait les chefs d’Etat aux Comores.

Après avoir déposé Amadou Toumani Touré (ATT), il vient de faire partir, sous la contrainte, un Premier ministre aux pouvoirs exceptionnels, parce que nommé dans une situation exceptionnelle.

C’est sans doute cette (trop?) grande assurance de ses pouvoirs qui a fini par perdre celui que l’on disait avoir toujours la tête dans les étoiles au point de devenir un obstacle à la résolution de la crise, à la concertation nationale qui devait s’ouvrir le 11 décembre.

Les militaires ont fini par s’agacer de l’attitude de celui dont on disait pourtant qu’ils s’entendaient comme larrons en foire. Peut-être a-t-il cherché à s’émanciper de la tutelle militaire et à résoudre, à sa façon, la crise.

Un coup d’arrêt aux négociations sur le Nord-Mali

Mais qu’il ait démissionné de lui-même ou qu’il ait été «démissionné», une chose est sûre aujourd’hui: c’est bien fini pour CMD, au grand dam du président intérimaire, Dioncounda Traoré, dont on mesure toute l’impuissance dans la situation.

Et aussi à celui de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), de son médiateur burkinabè et de la France qui s’est contentée de condamner «les circonstances» de la démission du Premier ministre.

Et quid de ses partisans? Accepteront-ils sans broncher le dégommage de leur champion? En attendant les jours à venir pour être situé, le constat est que la page CMD a été violemment tournée et qu’il faut tout reprendre à zéro.

La table de négociations péniblement dressée par le médiateur s’est subitement vidée d’occupants venus de Bamako. Il faut rapidement former un nouveau gouvernement qui prendra la relève, au cas où l’option du dialogue avec Ansar Dine et le Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) serait toujours maintenue.

C’est une pause forcée sur tous les plans dont on se demande ce qu’elle apporte au pays. Pas grand-chose, sinon une perte de temps et des souffrances supplémentaires surtout pour les populations du nord sous occupation des illuminés et des trafiquants de tous ordres.

Actuellement, qu’il s’agisse du dialogue ou de l’intervention militaire, tout est gelé. combien de temps mettra le nouveau Premier ministre Diango Cissoko pour former un gouvernement qui va s’atteler à la résolution de la crise? Il y a trop d’interrogations qui viennent compliquer davantage la situation politique au Mali.

Séni Dabo (Le Pays)

 

A lire aussi

Mali: Cheick Modibo Diarra est-il l’homme de la situation?

Réconcilier les Maliens, un travail titanesque

Au Pays Dogon, le temps de la survie

Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan

Nord-Mali: pourquoi l’intervention militaire attendra

Pourquoi l'intervention au Mali risque d'échouer

Séni Dabo

Journaliste au quotidien burkinabè Le Pays.

Ses derniers articles: Le deuxième putsch du capitaine Sanogo  Où va la RDC?  Karim Wade à quitte ou double 

Amadou Haya Sanogo

Mali

Ce qu'il faut voir dans la descente aux enfers de Sanogo

Ce qu'il faut voir dans la descente aux enfers de Sanogo

Mali

Des patrouilleurs pour remplacer l'Etat à Gao

Des patrouilleurs pour remplacer l'Etat à Gao

Mali

L'Afrique condamne les dérives de Sanogo

L'Afrique condamne les dérives de Sanogo

Ansar Dine

Opération Barkhane

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Au Mali, les mines sont devenues le principal danger pour les forces françaises

Laissés-pour-compte

Quand va-t-on s'occuper des enfants maliens?

Quand va-t-on s'occuper des enfants maliens?

Entêtement

Le vrai problème du Mali, c'est le MNLA

Le vrai problème du Mali, c'est le MNLA

capitaine Sanogo

Désarroi

Le Mali, ce vaste champs de ruines

Le Mali, ce vaste champs de ruines

Nord-Mali

Attention aux dommages collatéraux!

Attention aux dommages collatéraux!

Mali

Le retour en grâce de Moussa Traoré

Le retour en grâce de Moussa Traoré