SlateAfrique

mis à jour le

Hillary Clinton malade va manquer au Maroc

Elle se faisait surement une joie à l'idée de renouer avec ses amitiés au Maroc. Mais, elle doit être bien déçue. Hillary Clinton ne participera pas à la réunion internationale des Amis du peuple syrien, prévue dans le royaume chérifien le 12 décembre 2012.

La secrétaire d’Etat américaine a reporté son voyage à Marrakech pour des raisons de santé, annonce Au Fait Maroc. Un pays avec lequel elle entretient des liens d’amitié assez particuliers et qu'elle porte dans son coeur. 

Elle ne se rendra ni au Maroc pour la réunion sur la Syrie, ni en Tunisie où elle était attendue le 13 décembre, ni même aux Emirats Arabes Unis, où elle devait se rendre le 14 décembre.

 «Comme elle se sent toujours souffrante, nous resterons là cette semaine plutôt que d'aller en Afrique du Nord et au Moyen-Orient comme cela était prévu», a informé Philippe Reines, principal conseiller et porte-parole de Hillary Clinton.

Il n’a pas précisé quand la secrétaire d’Etat reprendrait ses activités professionnelles et publiques.

Le conseiller avait annoncé dans un premier temps que la secrétaire d'Etat souffrait d'un «virus gastrique», l'obligeant à simplement repousser de lundi 10 à mardi 11 décembre son départ de Washington vers Marrakech.

En l'absence de Mme Clinton, c'est le secrétaire d'Etat adjoint William Burns qui fera le voyage au Maroc.

Au Maroc, Mme Clinton devait également être reçue par le roi Mohammed VI pour des entretiens sur des dossiers bilatéraux et régionaux. Elle devait se rendre ensuite à Tunis le 13 décembre pour tenter d’apaiser des conflits sociaux et des heurts politiques dus aux espoirs déçus de la première révolution du Printemps arabe. Un appel à la grève générale en Tunisie a été lancé pour le jeudi 13 décembre.

Hillary Clinton, 65 ans, doit quitter son poste en janvier 2013, après quatre années passées à la tête de la diplomatie américaine aux côtés du président Barack Obama.

Lu sur Au Fait Maroc

A lire aussi

Hillary Clinton en famille au Maroc

Obama, un second mandat qui inquiète

Une p'tite pièce pour sa Majesté, s'il vous plaît