SlateAfrique

mis à jour le

Les 50 recettes de cuisine pour en finir avec l'infidélité

Comment rendre amoureux l’élu de son cœur, dessaouler un mari ou reconquérir un époux infidèle?

Une des bonnes vieilles recettes en Afrique pour «ferrer» son homme passe par la cuisine.

«Le ventre et le bas ventre», a-t-on l’habitude de dire. Et le tour est joué! Dans 50 recettes pour moments de confidences partagées, Marguerite Abouet, scénariste de la BD à succès Aya Yopougon, primée au festival d'Angoulême, donne des recettes et raconte des anecdotes autour de la cuisine africaine.

Dans une interview accordée à RFI autour de la sortie de son livre Délices d’Afrique, 50 recettes pour moments de confidences partagées, un ouvrage illustré,  la scénariste raconte sa passion pour la cuisine.

«En fait, je ne cuisine pas autant que ça. J’aime manger. J’aime beaucoup manger parce que j’ai été baignée dans de grosses casseroles de maman, de tatas, de voisines qui cuisinaient tous les jours, et oui, je suis tombée là-dedans un peu comme Astérix», confie-t-elle. 

Délices d’Afrique n’est pas un livre de recettes comme les autres. Bien au-delà de la cuisine, il raconte la vie en Afrique, où toutes les occasions, aussi bien un baptême, un mariage, des funérailles, sont bonnes pour se retrouver autour d’une marmite et bien manger.

Le bouquin rappelle aussi qu’il y a des circonstances moins importantes où les bienfaits d’une cuisine sont fortement appréciés. Car, comme le rappelle Maguerite Abouet avec de délicieuses petites anecdotes, la cuisine africaine est avant tout une affaire de femmes.  

«Cela ne m’intéressait pas de faire juste un livre de recettes. Je n’ai aucune prétention. Je ne suis pas une grande cuisinière. Je me suis dit: eh bien tiens! Je vais raconter pourquoi toutes ces femmes se retrouvent pour cuisiner. Ce n’est pas juste pour cuisiner. C’est vraiment pour se raconter des histoires autour de la cuisine», explique-t-elle.

Une bonne manière pour les femmes africaines d’épicer leur cuisine au quotidien.

Lu sur RFI

 

A lire aussi

Stop au pillage des poissons africains

Le pain parisien est-il devenu halal?

Boureks et steak de dinde pour casser le jeûne à Alger