SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal: le PDS manifeste pour dénoncer une justice "sélective"


Des partisans du Parti démocratique sénégalais (PDS) manifestent à Dakar contre le pouvoir en place, le 6 décembre 2012 AFP Seyllou

Plusieurs centaines de partisans du Parti démocratique sénégalais (PDS), l'ex-parti au pouvoir, ont manifesté jeudi à Dakar pour dénoncer les "auditions sélectives" de responsables du parti dans le cadre d'enquêtes sur de présumés enrichissements illicites, a constaté l'AFP.

"Non à la justice des vainqueurs, non aux auditions sélectives!", a lancé Farba Senghor, responsable de la propagande du PDS, à la foule rassemblée sur une place de Colobane, un quartier populaire de Dakar, où la police anti-émeutes s'était déployée.

Plusieurs personnalités du régime de l'ex-président Abdoulaye Wade, dont son fils et ancien ministre Karim, ont été récemment auditionnées par la gendarmerie ou la justice dans le cadre d'enquêtes ouvertes à la demande de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI), en sommeil depuis des années, mais réactivée par Macky Sall après son élection.

Le PDS accuse le régime de Macky Sall, qui fut proche d'Abdoulaye Wade jusqu'en 2008 avant d'entrer en conflit avec lui, d'avoir lancé une "chasse aux sorcières".

"Macky Sall a l'habitude de déterrer des morts comme la CREI, qui était morte et enterrée depuis longtemps. Nous ne l'accepterons pas", a dénoncé le député et ex-ministre de l'Intérieur Ousmane Ngom.

Présent à la manifestation, Karim Wade, ex-conseiller de son père et ancien ministre qui gérait de gros budgets, notamment dans le cadre de son ministère de la Coopération internationale, des Transports aériens, des Infrastructures et de l'Energie, a été ovationné par la foule, mais n'a pas pris la parole.

Déjà entendu à quatre reprises par la gendarmerie à Dakar, il est également visé par une plainte déposée à Paris par l'Etat sénégalais dans le cadre de ces enquêtes, plainte déposée le 27 novembre, a indiqué jeudi le parquet de Paris.

Il a été, après sa dernière audition le 15 novembre, interdit de sortie du territoire, ainsi que six autres dignitaires du régime d'Abdoulaye Wade, dont quatre ex-ministres. Parmi eux, Madicke Niang, qui a géré plusieurs portefeuilles sous l'ère Wade, et Samuel Sarr, ex-ministre de l'Energie, sont convoqués vendredi par la gendarmerie pour de nouvelles auditions.

Abdoulaye Wade, resté 12 ans au pouvoir, a été battu à la présidentielle de mars par Macky Sall.