mis à jour le

Egypte: une figure de la révolte de 2011, de nouveau en prison

Le militant politique Alaa Abdel Fattah, figure de la révolte de 2011 en Egypte libéré récemment sous contrôle judiciaire, est de nouveau emprisonné, a-t-on appris dimanche auprès de la famille et de source judiciaire.

"Nous ne savons pas où est Alaa... Le poste de police dit qu'il est probablement au parquet de la sécurité d'Etat", a déclaré sur Twitter sa soeur Mona Seif, également militante politique.

En 2013, M Abdel Fattah avait été arrêté après avoir manifesté contre une loi rendant quasi-impossibles les manifestations en Egypte. 

Aujourd'hui âgé de 37 ans, M. Abdel Fattah avait été libéré en mars dernier.

Astreint à un strict contrôle judiciaire de cinq ans, il devait retourner tous les soirs à 18H00 (16H00 GMT) dormir au poste de police de Dokki, pour en sortir à 06H00. 

Dimanche matin, lorsqu'il n'a pas réapparu, sa mère, Laila Soueif s'est alors rendu au poste de police mais n'a pas pu y entrer, ni obtenir d'explications des policiers à l'entrée.

Ce militant politique, blogueur et programmeur informatique avait dit à l'AFP en juin avoir été menacé, par des officiers de la sécurité nationale, à deux reprises, d'être remis en détention s'il s'exprimait publiquement.   

Surnommé "l'icône de la révolution" de 2011, qui a provoqué la chute du régime d'Hosni Moubarak, Alaa Abdel Fattah avait continué de s'exprimer sur les réseaux sociaux, sous le gouvernement autoritaire du président Abdel Fattah al-Sissi. 

Il défendait notamment les droits d'autres anciens détenus, également contraints de passer leurs nuits derrière les barreaux après leur sortie de prison.

Ces derniers jours, il avait commenté sur Twitter de récentes manifestations anti-Sissi ayant eu lieu en Egypte à la suite de l'appel d'un businessman en exil qui accusait le président de corruption. 

Des manifestations anti-Sissi d'ampleur limitée, ainsi que des rassemblements de soutien au président, ont eu lieu vendredi, une semaine après la mobilisation inédite de centaines de personnes contre le pouvoir.

Environ 2.000 personnes ont été interpellées au cours de la semaine passée. Selon les groupes de défense des droits humains, il s'agit de la plus importante de ce genre depuis la répression anti-islamiste de 2013 en Egypte.

Parmi les personnes arrêtées figurent d'autres militants politiques, des journalistes, des avocats, des intellectuels.

AFP

Ses derniers articles: RDC: le personnel chargé de la lutte contre Ebola dans le Nord-Ouest en grève  Barrage sur le Nil: Le Soudan menace de se retirer des négociations  Tunisie: une Cour d'appel décide la libération du journaliste Ben Brik 

nouveau

AFP

Soudan: les récentes violences au Darfour visent

Soudan: les récentes violences au Darfour visent

AFP

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

Trois mois après Bohoma, l'armée tchadienne

AFP

Crise politique au Mali: le président tente un nouveau geste d'apaisement

Crise politique au Mali: le président tente un nouveau geste d'apaisement

prison

AFP

Algérie: peines de prison et condamnations pour des militants du "Hirak"

Algérie: peines de prison et condamnations pour des militants du "Hirak"

AFP

Meurtre d'un observateur électoral au Mozambique: quatre policiers condamnés

Meurtre d'un observateur électoral au Mozambique: quatre policiers condamnés

AFP

RDC: 20 ans de prison requis contre un allié du chef de l'État

RDC: 20 ans de prison requis contre un allié du chef de l'État

révolte

AFP

Egypte: arrestation de la soeur d'une figure de la révolte de 2011

Egypte: arrestation de la soeur d'une figure de la révolte de 2011

AFP

Cameroun: révolte de détenus politiques et séparatistes

Cameroun: révolte de détenus politiques et séparatistes

AFP

Des milliers de Libyens célèbrent le 8e anniversaire de leur révolte

Des milliers de Libyens célèbrent le 8e anniversaire de leur révolte