SlateAfrique

mis à jour le

Alain Giresse, le nouveau guide du foot libyen

Alain Giresse sera certainement le prochain entraîneur de l’équipe nationale de football libyenne. C’est l’information qui électrise la Toile depuis 24 heures.

Après avoir été annoncé dans un premier temps au Sénégal, l’ancien footballeur français devrait finalement prendre ses quartiers à Tripoli pour coacher l’équipe libyenne.

«Les négociations sont très avancées avec Alain Giresse qui doit arriver la semaine prochaine en Libye pour signer un contrat d'un an renouvelable en tant qu'entraîneur de l'équipe nationale», a  confirmé Muftah Goueidar, président de la FLF(Fédération Libyenne de Football), dans une interview à l’AFP le 4 septembre citée par le site Sport 365.

Selon RFI, Alain Giresse pourrait tenter de «rebondir» en signant dans ce pays. Après être passé par le Gabon puis le Mali, qu’il a emmené en troisième place de la CAN 2012, l’ancien international tricolore pourrait en effet relever le défi qui s’annonce épique.

Car «pour être prolongé (après son contrat d’un an ndlr), le technicien devra qualifier les “Chevaliers de la Méditerranée” pour la Coupe du monde 2014» écrit RFI. Ce qui ne sera pas une mince affaire, même si l’équipe libyenne affiche un bon potentiel (elle est en 59e position sur 207 dans le classement de la Fifa du mois de novembre).

«La tâche qui attend Alain Giresse est difficile. Si la Libye s’est brillamment qualifiée en pleine guerre pour la CAN 2012, son football subit encore les conséquences du conflit qui a conduit à la chute de Mouammar Kadhafi» commente RFI.

Le match nul obtenu face au Togo (1-1), puis sa victoire (2-1) contre les «Lions indomptables» camerounais donne toutefois ses chances à l’équipe, malheureusement dispensée de CAN 2013 à cause de sa défaite face à l’Algérie.

Mais Alain Giresse pourrait toute de même tirer bénéfice de cette expérience: le président de la FLF a en effet annoncé qu’il avait proposé au nouvel entraîneur un salaire de 25.000 euros par mois. De quoi être motivé.

Lu sur Sport365, RFI

A lire aussi

Pourquoi l'entraîneur est toujours blanc (ou presque)

Les 10 meilleurs footballeurs africains

Dans la famille Touré, je demande Kolo

Ben Barek, la première perle noire de l'OM