SlateAfrique

mis à jour le

Le cyber-escroc ivoirien qui se faisait passer pour un journaliste français

Être victime d'arnaque sur Internet, ça peut arriver à tout le monde, où que l'on soit.

Julien Pain, journaliste à France 24 et Robert, internaute lambda, ont tous deux été pris dans le même piège tendu par un arnaqueur extrêmement ingénieux.

«L’histoire serait drôle si elle n’était sordide», commente, lui-même,  le journaliste Julien Pain de France 24. C’est le moins que l’on puisse dire.

A la base du piège, une arnaque plus ou moins classique montée par un expert du chantage à caractère sexuel, un «brouteur», comme on les appelle en Côte d’Ivoire. Elle consiste à utiliser une soi-disant jeune femme, qui, communiquant par webcam avec un «pigeon» trouvé sur le Web, le pousse peu à peu à se déshabiller et à se mettre dans des situations équivoques.

Ce que le «pigeon» ne sait pas, c’est que les images sont enregistrées dans le but de le faire chanter plus tard. Car une fois ses affaires terminées, il reçoit généralement un email aux allures officielles l’accusant d’avoir agi devant une personne mineure, chose répréhensible par la loi. Les images prises durant ses cyber-ébats sont surtout mises en ligne sur les sites de partage vidéo, le contraignant à répondre aux emails pour les faire retirer.

En l’occurrence, notre internaute Robert reçoit plusieurs e-mails émanant du journaliste Julien Pain de France 24, lui expliquant que «les autorités internationales de la presse médias et France 24 (le) condamnent pour cet acte indésirable», et l’intimant de retirer au plus vite la vidéo du Web pour éviter d’être poursuivi. Une première étape destinée à lui faire peur, avant de lui soutirer de l’argent.

L’arnaque aurait pu s’arrêter là, si ledit Robert n’avait pas cherché à joindre lui-même le journaliste Julien Pain de France 24. Une discussion cocasse que le journaliste relate:

«C’est vous qui m’envoyez des menaces par email? C’est à propos de la vidéo de moi tout nu», explique ainsi Robert au journaliste surpris.

Après une petite enquête, Julien Pain comprend: il est victime d’une usurpation d’identité en bonne et due forme. Et le malheureux Robert, lui aussi, pris au piège. Ce dernier a déjà répondu aux emails menaçants, et a obtenu un numéro de téléphone… ivoirien.

«Je n’ai pas pu résister, j’ai appelé ce numéro et eu la chance de pouvoir parler… à "Julien Pain"» explique le journaliste. Le «brouteur» au bout du fil essaye de le convaincre de lui envoyer 250 euros, afin qu’il puisse s’acheter une carte téléphonique prépayée.

L’histoire en restera là, car Robert n’a pas pu porter plainte auprès de la gendarmerie. Aux yeux de l’institution, aucun acte illégal n’a été commis. En revanche, le journaliste, le véritable Julien Pain a annoncé vouloir porter plainte avec France 24 pour usurpation d’identité. 

Lu sur France 24

 

A lire aussi

La nouvelle vague du web africain 

Côte d'Ivoire, le nouvel Eldorado des arnaqueurs

Les escrocs du Web ont plus d'un tour dans leur sac

Feymania, l'arnaque à la camerounaise