SlateAfrique

mis à jour le

Le Mali et le Niger déplorent le «recul» de l'ONU sur le Nord-Mali

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a vraiment déçu le Mali et le Niger. Ces deux pays ont effectivement regretté, le 2 décembre, le recul de Ban Ki-moon à propos de la perspective d'une intervention armée dans le nord du Mali, rapporte le site britannique BBC.

Pour rappel, dans un rapport adressé le 28 novembre au Conseil de sécurité des Nations unies, le secrétaire général de l'ONU a considéré qu'une telle intervention militaire dans le nord du Mali serait «sans doute nécessaire en dernier recours contre les plus extrémistes» des groupes armés.

Le président nigérien Mahamadou Issoufou et son homologue malien Dioncounda Traoré ont estimé que ce rapport de Ban Ki-moon est «d'autant plus regrettable que les conditions d'existence des populations vivant sous le joug des groupes terroristes étrangers dans le nord du Mali se sont considérablement dégradées», selon le communiqué publié à l'issue de leur rencontre à Niamey, souligne Malijet

Et d'ajouter: 

Les «risques» d'une opération armée africaine «ponctuelle, encadrée et supervisée par la communauté internationales ont été cernés» et «ne sauraient en aucune manière constituer un obstacle à l'impératif de libération des populations maliennes» qui subissent «un martyr».

«Nous devons agir vite, toute l'Afrique de l'Ouest est concernée et, au-delà, l'enracinement de terroristes est une menace à la paix et à la sécurité internationales», avait annoncé le président du Niger.

Le président malien a réaffirmé que le recours à la force était une nécessité face aux «terroristes étrangers» occupant le nord de son pays, tel qu'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Lu sur BBC et Malijet

A lire aussi

Nord-Mali: pourquoi l’intervention militaire attendra

Pourquoi l'intervention au Mali risque d'échouer

Les dangereux errements de la diplomatie au Mali

Mali: à quoi jouent les groupes armés?