SlateAfrique

mis à jour le

Des policiers espagnols dans des trafics de drogue et de clandestins via le Maroc

La police espagnole a arrêté trois agents de la Guardia Civil le 27 novembre à Melilla, ville autonome espagnole située sur la côte nord-ouest de l'Afrique, en face de la péninsule Ibérique et surtout enclavée dans le territoire marocain à l'instar de son alter ego Ceuta.

Ils sont effectivement «soupçonnés d’être impliqués dans un trafic de drogues et d’avoir facilité l’immigration clandestine, d’après des sources policières locales», rapporte l’agence de presse espagnole EFE. Une enquête a immédiatement été ouverte.

Ces trois agents de la Benemérita —l'autre nom de la Guardia civil en espagnol— ont été interpellés dans la nuit du 27 novembre au poste frontière de Melilla.

Abdelmalik El Barkani, délégué du gouverneur de Melilla, a pris soin de ne donner aucun détail sur l’affaire «par prudence, responsabilité et pour préserver l’enquête et l’instruction de l’affaire», rapporte le site espagnol El Faro Digital.

Toutefois, la Direction générale de la Guardia Civil a insisté sur le fait que les agents sont uniquement présumés coupables «d’avoir facilité le passage de la drogue hors de la péninsule mais en aucun d’y avoir participé», toujours selon la même source.

Les postes frontières sont connus pour être des lieux de corruption où les trafiquants de drogue et les immigrés clandestins passent parfois avec facilité, rappelle le site marocain Yabiladi.

«Selon une étude menée en 2010 par Fabrice Rizzoli, spécialiste de la criminalité, la quasi-totalité de la résine de cannabis provient du Maroc. 15% sont directement acheminés du royaume vers l’Hexagone, tandis que 85% transitent obligatoirement par l’Espagne via tous les moyens navals possibles [barques de fortune, navires marchands, mini hors-bords…] », selon Yabiladi.

Lu sur El Faro Digital, EFE et Yabiladi

A lire aussi

Vu de Dakar: L'Europe blanchit plus d'argent sale que l'Afrique

Ceuta, douce prison aux portes de l'Europe

L'histoire de migrants abandonnés sur une île en face du Maroc

Seule face à l'immigration, l'Italie en a plein la botte