SlateAfrique

mis à jour le

Côte d'Ivoire - Deux «brouteurs» pris à leur propre piège de chantage sexuel à la webcam

Deux arnaqueurs ivoiriens sur Internet, communément appelés des «brouteurs», ont été arrêtés le 25 novembre à Abidjan, a indiqué l’agence de presse chinoise Xinhua reprise par le site Afriscoop.

Une collaboration entre la police suisse et la police scientifique ivoirienne a permis de mettre la main sur les deux jeunes hommes responsables selon Xinhua d’avoir fait «miroiter de bonnes affaires ou le grand amour à leurs pigeons».

Au départ de l’enquête, une vingtaine de plaintes avaient été enregistrées à la suite d'«une série d'arnaques sur Internet et de cas de chantage "à la webcam" visant des citoyens vaudois» (du canton de Vaud, dans l’ouest de la Suisse) selon l’agence Sipa.

Le chantage à caractère sexuel était devenu la spécialité des frères Bakayoko, Yaya et Zoumana, âgés respectivement de 24 et 22 ans. Les deux frères ivoiriens avaient mis au point une arnaque presque imparable: d'abord, avec la complicité de jeunes femmes, ils incitaient des hommes à commettre un certain nombre d’actes sexuels devant leurs webcams. Une fois le piège réussi, les deux escrocs envoyaient des courriers électroniques imitant un en-tête officiel et accusant les «pigeons» d’avoir agi devant une personne mineure.

Les malheureux internautes étaient sommés de déverser une certaine somme d’argent pour échapper à des sanctions pénales, ainsi qu’à la divulgation via YouTube et Facebook de leurs actes sexuels enregistrés à leur insu.

Plusieurs victimes se sentant prises au piège avaient d’ailleurs cédé aux revendications des malfaiteurs, et versé entre 100 et 4.000 francs suisses (entre 83 et 3.320 euros) aux escrocs du web, a rapporté l’agence Sipa.

Yaya et Zoumana Bakayoko ont finalement été pris à leur propre piège: en se faisant passer pour des pigeons potentiels, des agents de la police suisse ont joué le jeu des arnaqueurs jusqu’à pouvoir les intercepter.

Depuis le mois d’avril, le gouvernement ivoirien a lancé un grand plan censé lutter contre cette cybercriminalité, très puissante en Côte d’Ivoire, en mettant en place une opération d’identification de tous les utilisateurs d’Internet et de téléphonie mobile ivoiriens.

15 millions d’abonnés téléphoniques ont ainsi déjà été identifiés selon le site Afriscoop, ainsi que plus de 90% des utilisateurs Internet. L’agence Xinhua rappelle que les frères Bakayoko sont les premiers à faire officiellement les frais de ces mesures gouernementales.

Lu sur Afriscoop, Romandie

A lire aussi

Côte d'Ivoire, le nouvel Eldorado des arnaqueurs

Les escrocs du Web ont plus d'un tour dans leur sac

Des journalistes marocains cibles d'un logiciel espion