SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Les camarades du président Wade ripostent dans la rue

Le Parti démocratique sénégalais (PDS) se remet en scène. La formation politique dont est issue l'ex-président Abdoulaye Wade renoue avec ses vieux démons de parti d’opposition radicale.

Les compagnons de Wade comptent-ils remettre au goût du jour «le "Sopi" des années de braise» —c'est à dire le changement en wolof— période mouvementée de la lutte contre le régime socialiste entre 1988 et 1993 d'Abdou Diouf.

A la guerre comme à la guerre: si le régime de Macky Sall a décidé d'ouvrir une chasse aux sorcières contre les dignitaires de l'ancien régime, les camarades de Abdoulaye Wade ne comptent pas se laisser faire de leur côté.

Face aux nombreuses «agressions» dont ils se sentent victimes, les membres du PDS ont décidé de porter le combat dans la rue. Babacar Gaye, porte-parole du parti a annoncé que le PDS comptait manifester contre le gouvernement le 4 décembre 2012 à la Place de l’Obélisque, dans le centre de la capitale, rapporte l’Agence de presse sénégalaise (Aps).

Plusieurs dignitaires du parti dont le fils de l’ex-président, Karim Wade, poursuivi dans le cadre de la traque des biens mal acquis, ont pris part à la réunion du comité directeur qui s’est tenu le 26 novembre 2012.

«Nous allons tenir une manifestation pour dénoncer la gestion du nouveau régime et sont invités des consommateurs qui vivent la cherté de la vie, des syndicats qui réclament leurs salaires, des étudiants qui ont des problèmes de bourses. Nous ferons notre manifestation suivant les lois et règlements du pays», a souligné le porte-parole du PDS.

Les Libéraux n’ont pas manqué de dénoncer au cours de leur rencontre les méthodes utilisées par le pouvoir, le non-respect de la loi et des procédures sur cette question. Ils comptent mener un plan d’action pour vilipender le président Macky Sall.

«Ce plan d’actions va comporter dans un premier temps, une visite aux chefs religieux, naturellement nous sommes dans un pays où les chefs religieux porteurs de voix, sont un passage incontournable pour la vulgarisation de l’information», a-t-il expliqué.

Ensuite, «nous allons rencontrer les ambassadeurs accrédités à Dakar pour leur informer de la situation du pays et du niveau des droits de l’homme et du respect des libertés».

Les camarades d’Abdoulaye Wade réclame plus d’équité dans la traque des biens mal acquis.

«Nous acceptons d’être audités mais nous refusons l’acharnement contre notre parti», a souligné Babacar Gaye, qui menace d’intensifier le combat dans les jours à venir, en menant
une tournée dans les régions les plus reculées du pays en vue d’informer et de mobiliser chaque fédération de leur parti contre le régime de Macky Sall.

Lu sur APS

A lire aussi

Macky Sall à l'épreuve du pouvoir

Les 10 présidences qui tournent au fiasco

Sénégal: une opération mains propres qui inquiète l'ex-président Wade