SlateAfrique

mis à jour le

Comment lutter contre la flambée de violences contre les Algériennes

Les chiffres donnent le vertige, mais ils sont bien réels selon le quotidien algérien El Watan.

Depuis les huit premiers mois de l’année 2012, les cas de violences faites aux femmes en Algérie ont augmenté de 426% par rapport à la même période de l’année passée. Une réalité que le pays a encore du mal à affronter sereinement, étant donné le vide juridique qui entoure la question.

C’est du moins le point de vue du collectif Stop à la violence, les droits aux femmes maintenant, qui a tenu le 25 novembre à Alger une conférence de presse sur la question des violences subies par les femmes en Algérie.

261 femmes ont été assassinées en Algérie durant les huit premiers mois de 2012, selon les chiffres de la police judiciaire, qui remarque aussi que 90 d’entre elles étaient âgées de 18 à 30 ans, et que 82 en avaient plus de 42.

La gendarmerie nationale confirme elle aussi cette flambée de violences en recensant «1.354 cas d’actes de violences contre des femmes, dont 297 viols et 329 atteintes à la pudeur», sans compter les 5.797 victimes de coups et blessures enregistrées.

Le collectif Stop à la violence, les droits aux femmes maintenant estime que cette situation découle d’un vide juridique que le code pénal actuel ne parvient pas à combler, rapporte El Watan.

«Il faut une modernisation urgente des textes… Les dispositions doivent être enrichies avec des définitions juridiques qui peuvent être puisées des déclarations internationales ratifiées par l’Algérie» a de cette manière indiqué Maître Graba du collectif.

Le collectif préconise d’ailleurs de lancer un grand chantier de sensibilisation et de mobilisation en attendant de pouvoir faire aboutir une proposition de loi-cadre portant sur la question, qui a reçu selon ses dires l’appui d’une quarantaine de députés algériens.

Cette loi devrait permettre de «réduire la tolérance pour ce type de violences» selon Dalila Aberkane, représentante de l’Association algérienne de planification familiale. Elle explique qu’en attendant, «nous menons actuellement la mobilisation pour secouer les instances chargées d’acheminer cette proposition vers son adoption».

Lu sur El Watan

A lire aussi

Le voile, un symbole de 3.000 ans de machisme religieux

Dictionnaire des idées reçues sur l'Algérie

Harcèlement sexuel en Egypte: vers un éveil des consciences

Le calvaire des noirs (et des chrétiens) en Algérie