mis à jour le

Soldats maliens dans le camp béninois de Cana, le 06 décembre 2004. AFP/PIUS OTOMI EKPEI
Soldats maliens dans le camp béninois de Cana, le 06 décembre 2004. AFP/PIUS OTOMI EKPEI

Pourquoi l'intervention au Mali risque d'échouer

Les conditions sur le terrain ne sont pas réunies pour qu'une intervention militaire parvienne à déloger les islamistes du Nord-Mali.

Sur le front malien, rien de nouveau, serait-on tenté de dire. L’intervention annoncée des forces de la Cédéao se fait attendre. Depuis des mois, l’affaire se prépare en haut lieu.

Plusieurs pays sont censés y participer, «Ils offrent des bataillons, d'autres des compagnies (...). Il y a le Nigeria, le Sénégal, le Niger, le Burkina Faso, nous avons également des pays comme le Ghana (...), le Togo,» précise Le Monde en citant le président ivoirien, Alassane Ouattara, président en exercice de la Cédéao (Communauté Economique des Etats d'Afrique de l'Ouest).

L'armée malienne et la Cédéao sont-elles encore viables?

L’objectif est d’aligner 3 300 hommes. Pour l’heure, rien ne filtre sur les moyens, logistiques et autres, dont disposeraient ces combattants, ni sur la mission qui leur serait attribuée. Viendraient-ils pour «épauler» une armée malienne qui, au fil du temps, n’a plus d’armée que le nom?

Officiellement, elle regroupe un peu plus de 7 000 hommes. Ce qui est peu, pour un pays de 15 millions d’habitants. À titre de comparaison, à population à peu près égale, l’armée sénégalaise compte 19 000 hommes, celle du Niger 12 000 et celle du Malawi 25 500.

Étrillée par la rébellion touarègue, à l’époque soutenue par les islamistes, l’armée malienne s’est repliée en désordre et reste cantonnée dans le sud du pays. On voit mal ce que ces troupes, mal équipées et peu motivées, pourraient faire de plus grâce à la seule présence d’une hypothétique force de la Cédéao.

Cette dernière serait-elle alors déployée pour se lancer à la reconquête du nord ? 3 000 soldats envoyés à l’aventure dans une région qu’ils ne connaissent pas, certains francophones, d’autres anglophones, et dont les moyens lourds et la chaîne de commandement sont encore mal définis, le tout contre un adversaire mobile et plus à l’aise car sur son terrain ? Recette garantie pour un échec cuisant.

D’où, peut-être, le temps mis à déclencher l’opération. Une intervention de ce genre, dans une zone désertique très étendue et aux frontières floues, ne s’organise pas à la légère. Des voix s’élèvent d’ailleurs pour signaler que cette idée d’une intervention militaire est mal inspirée.

«Il ne fait aucun doute que le Mali a besoin d’aide, sous une forme ou sous une autre, commente The Guardian. Le pays est en plein chaos depuis le début de l’année, incapable de faire face à deux menaces simultanées qui pèsent sur l’existence même de l’Etat: un putsch militaire qui a renversé le gouvernement démocratiquement élu et une rébellion au nord qui, depuis, a été détournée par des groupes islamistes.»

Une intervention militaire peut déstabiliser toute la région

Pourtant, estime le quotidien de Londres, une «intervention militaire pourrait avoir des conséquences dramatiques et risque d’affecter non seulement le Mali, mais aussi l’ensemble du Sahel et le continent africain».

En effet, explique Abdelkader Abderrahmane au Guardian, «ce serait une grave erreur de croire que 3 300 soldats de la Cédéao […] puissent être en mesure de vaincre les rebelles. En fait, tout porte à croire que ceux-ci se contenteraient de fuir dans les pays voisins, dont les frontières sont notoirement perméables. De plus, le combat contre des forces asymétriques comme des guérillas dans les dunes et la chaleur du Sahel, auxquelles les terroristes ont eu largement le temps de s’adapter, serait un enfer pour les forces de la Cédéao».

Les membres de la Cédéao n’en défendent pas moins le principe d’une intervention armée, tout en sachant pertinemment qu’ils sont confrontés à un dilemme. Car en déployant leurs unités au Mali, n’adresseraient-ils pas un mauvais message aux militaires putschistes?

Ceux-ci ne se considéreraient-ils pas alors soutenus par les forces étrangères ? «Il n’y a aucune raison d’encourager un changement de gouvernement inconstitutionnel par l’armée, l’Union Africaine en a fait un principe sacré» rappelle à ce sujet Olugbenga Ashiru, ministre nigérian des Affaires étrangères, tout en insistant sur le fait que le Nigeria et la Cédéao comptaient intervenir à cause du danger que représente l’insurrection du mouvement Boko Haram.

«Un des plus grands défis que doit relever le Nigeria aujourd’hui est celui de la sécurité, poursuit-il, cité par le site This Day.La menace de Boko Haram et ses liens avec d’autres organisations terroristes en Afrique, comme Al-Qaïda au Maghreb (AQMI), nous a fait prendre conscience, au Nigeria, du lien entre la situation intérieure et la politique étrangère.»

Laisser pourrir la situation au nord, une autre solution

En dépit de tous les discours officiels sur une intervention, c’est peut-être une autre solution qui est en train de se dessiner. Les unités de la Cédéao vont peut-être bel et bien se déployer au Mali, mais elles n’avanceront pas vers le nord. Elles auront plutôt pour mission à la fois de neutraliser la junte, pour l’empêcher de nuire, et de sécuriser le sud.

La France et les Etats-Unis se chargeraient du soutien logistique, et sans doute de quelques opérations clandestines sur les positions tenues par les islamistes, dont des frappes «chirurgicales» menées par des drones américains.

Et pendant ce temps, il suffirait d’attendre que la situation pourrisse au nord. Car les islamistes, depuis qu’ils se sont imposés dans le sillage des rebelles touareg qu’ils ont fini par évincer, ne se sont pas fait que des amis, comme le décrit le New York Times.

Leur version extrémiste de l’islam est loin de séduire. Les réfugiés fuyant leur règne de terreur seraient déjà plus d’une centaine de milliers. Beaucoup témoignent du caractère implacable du pouvoir des islamistes.

«Ils ont complètement bouleversé notre façon de vivre, raconte l’un d’entre eux, repris par le quotidien new-yorkais. Ils nous ont imposé un type de religion que nous n’avons jamais connu. On ne peut même pas sortir dans la rue avec son épouse. Nous sommes comme des prisonniers.»

La grogne des populations locales pourrait suffire à fragiliser les islamistes. Et en guise d’infanterie pour nettoyer le terrain à la place d’une armée malienne incompétente et d’une Cédéao frileuse, peut-être l’Occident aura-t-il plus ou moins discrètement recours à ceux qui sont, en fin de compte, à l’origine de la situation actuelle: les rebelles.

Depuis le milieu du mois, en effet, les rebelles touareg du MNLA (Mouvement National pour la Libération de l’Azawad) sont passés à l’offensive pour reprendre le contrôle de la ville de Gao. Des combats ont également éclaté entre les Touaregs et les islamistes autour de Menaka, près de la frontière du Niger.

Ce nouveau retournement de situation va peut-être éviter à la Cédéao l’embarras d’une opération complexe et forcément sanglante. Au lieu de cela, les voisins du Mali n’auront peut-être qu’à attendre que le nord du pays tombe comme un fruit mûr, miné par les dissensions entre rebelles et extrémistes.

Roman Rijka

 

A lire aussi

Les dangereux errements de la diplomatie au Mali

Mali: à quoi jouent les groupes armés?

Discuter pour mieux préparer la guerre

Femmes du Mali: Disons "NON !" à la guerre par procuration

Mali, le grand bluff du MNLA

Au Mali, le temps des réunions a assez duré

Roman Rijka

Roman Rijka. Journaliste. Spécialiste de l'histoire militaire.

Ses derniers articles: Pourquoi la kalachnikov est si populaire?  Pourquoi l'intervention au Mali risque d'échouer  Le conflit fondateur de l'Afrique du Sud 

Alassane Ouattara

Crise

Derrière les mutineries en Côte d'Ivoire, un bras de fer politique?

Derrière les mutineries en Côte d'Ivoire, un bras de fer politique?

Election présidentielle

Cette Côte d'Ivoire qui ne vote pas et rêve d'un retour de Gbagbo

Cette Côte d'Ivoire qui ne vote pas et rêve d'un retour de Gbagbo

Politique

Notre résumé de tout ce qu'il faut savoir sur l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire

Notre résumé de tout ce qu'il faut savoir sur l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire

Boko Haram

Zone de guerre

L'Afrique de l'Ouest sera encore sous la menace djihadiste en 2017

L'Afrique de l'Ouest sera encore sous la menace djihadiste en 2017

Nigeria

La libération de 21 lycéennes de Chibok en annonce t-elle d'autres?

La libération de 21 lycéennes de Chibok en annonce t-elle d'autres?

Boko Haram

Le Nigeria annonce la libération de 21 lycéennes de Chibok

Le Nigeria annonce la libération de 21 lycéennes de Chibok

Burkina Faso

Putsch

Qui est le Mogho Naaba, au centre des négociations au Burkina Faso?

Qui est le Mogho Naaba, au centre des négociations au Burkina Faso?

Coup d'Etat

Quand le Président du Burkina Faso se réfugie à l'ambassade française, symbole du passé colonial

Quand le Président du Burkina Faso se réfugie à l'ambassade française, symbole du passé colonial

Burkina Faso

Le retour d'exil de Mariam Sankara, un symbole fort pour le Burkina Faso

Le retour d'exil de Mariam Sankara, un symbole fort pour le Burkina Faso