mis à jour le

L'affiche du film Rebelle ©Tous droits réservés
L'affiche du film Rebelle ©Tous droits réservés

Rebelle ou le drame des enfants soldats

Pour son quatrième film, le réalisateur québécois Kim Nguyen a choisi de traiter de la triste réalité des enfants soldats. Dans une fiction, qui mêle violences et contes fantastiques, une jeune africaine raconte sa survie au sein d’un groupe de rebelles.

«Un jour, tu vas sortir de mon ventre, alors faut que je commence à te dire comment je suis devenue soldat avec les rebelles. Ecoute bien quand je te raconte mon histoire, parce que c’est important que tu comprennes c’est quoi la vie de ta maman avant que tu ne sortes de mon ventre. Car quand tu vas sortir, je ne sais pas si le bon Dieu va me donner assez la force pour t’aimer».

C’est par ces mots que Komona débute le récit de sa vie. À tout juste 14 ans, elle a déjà connu un concentré du pire de l’humanité. Battue, violée, l’adolescente ne veut pas cacher à son future bébé son parcours d’enfant soldat. Kalachnikov à la main, elle est forcée à tuer ses propres parents avant d’être enlevée par un groupe de rebelles.

De combats en combats, elle s’accroche à son arme et à un jeune compagnon d’infortune pour fuir la douleur. Dans la jungle, elle se drogue pour oublier la mort. Un récit puissant où s’entremêlent violences à l’état brut, actes de sorcelleries, scènes fantastiques et instants de grâce remplis d’amour.

La force d’une tragédie grecque

Rebelle a été imaginée par le metteur en scène québécois Kim Nguyen. Au hasard d’une lecture sur Internet, il est ému par l’histoire vraie de deux jumeaux birmans, Johnny et Luther Htoo. Deux enfants devenus des icônes sacrés pour les membres d’une guérilla appelée «Armée de dieu».

«Ce que j’ai trouvé fascinant en temps que réalisateur, c’est la force dramatique de cette histoire. Ces enfants de neuf ans qui fument des cigares et qui se font transporter sur le dos d’un garde du corps. C’est quelque chose de très moderne mais qui a la force d’une tragédie grecque», raconte Kim Nguyen, interrogé par Slate Afrique.

Le réalisateur débute alors des recherches et écrit un scénario sur les enfants soldats, un sujet jusqu’à présent peu traité par le cinéma, à l’exception de Johnny Mad Dog. Il se rend au Burundi, au Cameroun ou encore au Kenya, mais c’est finalement en République démocratique du Congo qu’il décide de filmer ce long-métrage, le quatrième de sa carrière. Même si dans Rebelle, aucun pays n’est cité, on reconnait sur les murs les portraits de la figure de l'indépendance congolaise Patrice Lumumba et les vestiges d’une cité interdite construite par l'ancien dirigeant de la RDC, Mobutu Sese Seko:

«Le film demandait cette espèce d’irrationalité. Les paradoxes sont fous au Congo. Nulle part ailleurs, on ne pouvait trouver cette démesure».

Un tournage risqué dans un pays qui vit depuis des décennies au rythme des conflits. Malgré des annonces à la télévision et à la radio pour prévenir des coups de feu, l’équipe a eu quelques frayeurs. «C’était lors d’une scène particulièrement bruyante où on vidait 30 chargeurs de kalachnikovs. Ils ont envoyé l’armée sur nous, une dizaine de véhicules avec des lances roquettes et une cinquantaine de soldats avec de vrais armes. Le régisseur s’est mis en travers de la route pour dire que nous étions des Canadiens !», se souvient désormais en rigolant le réalisateur.

De la rue à l’Ours d’argent

Des décors congolais, mais aussi des acteurs du pays. C’est dans un casting préalablement réalisé pour un documentaire sur les enfants des rues de Kinshasha, que Rachel Mwanza a été repérée parmi 3000 autres candidats. La jeune fille, qui interprète le rôle de Komona, est époustouflante de vérité. Le regard intense, l’émotion à fleur de peau, elle vit les drames de cette enfant soldat avec une incroyable justesse. Pour le réalisateur, le film n’aurait tout simplement pas pu exister sans elle:

«Elle était irremplaçable. Elle a fait appel à son passé pour chercher les émotions. C’est instinctif. Elle me disait qu’elle pensait à sa mère pour se rendre triste».

Le jeu de cette adolescente, abandonnée il y a six ans par ses parents et qui survivait jusque là dans les rues de la capitale de la RDC, a aussi impressionné le jury du Festival de Berlin. En février dernier, Rachel a reçu un ours d’argent de la meilleure actrice des mains du célèbre acteur américain Jake Gyllenhaal.

«Souvent des comédiens sont insultés quand une jeune enfant gagne un prix de la meilleure interprétation, mais je pense qu’à la fin c’est le résultat qui compte. Peu importe si c’est un comédien de métier ou en enfant de la rue, l’important c’est que son bagage colle au rôle», estime Kim Nguyen.

Depuis le tournage, de récompense en récompense, la Congolaise a beaucoup voyagé. Analphabète et ne s’exprimant qu’en lingala, elle suit aussi désormais des cours de français à Kinshasa grâce à l’aide d’un tuteur. Après cette expérience cinématographique, Rachel aimerait continuer dans le métier.

«Oui, mais c’est une adolescente typique. Elle ne veut pas être que comédienne, elle veut être une star ! Elle compense peut-être le peu d’attention qu’elle a eu dans sa jeunesse», constate Kim qui préfère modérer les attentes de la jeune fille. «Je crois qu’il faut faire face à la réalité. Tant qu’elle ne peut pas lire un scénario de façon approfondie, je pense que le chemin est encore long avant qu’elle ne décroche un autre rôle».

Rachel pourrait en tout cas vivre très bientôt une nouvelle page de ce conte de fée. Rebelle a été choisi pour représenter le Canada aux Oscars dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère. Déjà habitué des prix, Kim Nguyen espère que son long-métrage sur les enfants soldats va aussi toucher Hollywood:

«J’aime cette citation du Che : "Soyons réaliste, demandons l’impossible!". Je me plie au jeu. On fait beaucoup de représentation à Los Angeles pour faire connaître le film. On gravit lentement les échelons. Je peux dire de façon réaliste qu’on est dans le premier tiers, mais on ne sait jamais comment cela va se passer».

Oscar ou pas, Rebelle a de toute façon bouleversé le quotidien de la petite Rachel: «Sa qualité de vie est aujourd’hui 1000% meilleure qu’avant le tournage. Elle devait fouiller les poubelles pour manger», précise le réalisateur. Des trottoirs de Kinshasha, au tapis rouge des festivals, l’enfant des rues est devenue une étoile.

Stéphanie Trouillard

Sortie le 28 novembre sur les écrans français.

A lire aussi

RDC - Récit de la vie brisée des enfants soldats

Congo, le roman vrai d'un pays

Joseph Kony, prépare ton cercueil!

Procès Lubanga, la Cour Pénale Internationale a un coupable



Stéphanie Trouillard

Stéphanie Trouillard. Journaliste française spécialiste du Maghreb et du Canada.

Ses derniers articles: Comme un lion, la face cachée du foot  L'humour noir de Tatiana Rojo  Affaire Furcy: briser le silence sur l'esclavage 

Canada

AFP

Egypte: les ambassades du Canada et de Royaume-Uni fermées au public

Egypte: les ambassades du Canada et de Royaume-Uni fermées au public

Francophonie

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Hijab

Canada: les policières musulmanes ont leur voile officiel

Canada: les policières musulmanes ont leur voile officiel

enfants soldats

Enfants soldats

Des champs de bataille aux champs de maïs

Des champs de bataille aux champs de maïs

Laissés-pour-compte

Quand va-t-on s'occuper des enfants maliens?

Quand va-t-on s'occuper des enfants maliens?

Tribune

Pourquoi l'Afrique ne doit pas condamner la CPI

Pourquoi l'Afrique ne doit pas condamner la CPI

Hollywood

Remake

Et si Thelma & Louise étaient plutôt noires?

Et si Thelma & Louise étaient plutôt noires?

Lupita Nyongo

Personne ne la connaît, mais tout le monde parlera bientôt d'elle

Personne ne la connaît, mais tout le monde parlera bientôt d'elle

success story

Ils ont percé à Hollywood

Ils ont percé à Hollywood