SlateAfrique

mis à jour le

Le clan Obiang privé de son avion et de ses appartements parisiens

La Guinée Equatoriale est, encore une fois, au cœur d’une polémique financière, nous apprend La Lettre du Continent.

Le pays pétrolier fait les frais, en France, du bras de fer qui l’oppose au groupe camerounais Fotso, à qui il doit 50 milliards de Francs FCA (76 millions d’euros).

L’histoire remonte à 2008, lorsque la banque équato-guinéenne dépendant du groupe camerounais, la Commercial Bank Guinée Equatoriale (CBGE), se fait expulser manu militari de Guinée, à peine cinq ans après avoir commencé son implantation dans le pays.

Condamnée à verser donc 50 milliards de Francs CFA au groupe camerounais, mais refusant visiblement de s’y résoudre, Malabo, que contrôle le clan Obiang (père et fils) depuis 1979 voit ses biens saisis en France.

Rien à voir, pourtant, avec l’affaire des biens mal acquis par la famille Obiang.

C’est dans ce cadre que s’est déroulée la saisie d’un avion Falcon 50 le 19 novembre par la Police de l’Air et des Frontières, «après son atterrissage à l'aéroport du Bourget, en banlieue parisienne» explique La Lettre du Continent.

Dans le même élan, deux appartements ont déjà été saisis dans la capitale parisienne, dans le très chic XVIème arrondissement. 

Lu sur La Lettre du Continent

A lire aussi

Pourquoi l'Unesco risque la compromission avec Obiang

La schizophrénie de Washington au sujet du clan Obiang

Teodorín Obiang, l'enfant pourri gâté de la Guinée équatoriale

Le lifting démocratique du président Obiang