SlateAfrique

mis à jour le

Libye - L'attaque de Benghazi continue de secouer la diplomatie américaine

Susan Rice est en bien mauvaise posture pour succéder à Hillary Clinton. Les Etats-Unis n'ont toujours pas digéré la pilule de l’attaque de leur ambassade à Benghazi en Libye. Et l’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies est devenue la principale cible des attaques des républicains aux Etats-Unis.

Donnée favorite pour remplacer Hillary Clinton, au poste de secrétaire d’Etat, le camp républicain exige que Susan Rice soit auditionné devant le Congrès américain pour ses commentaires relatifs à l’attaque de Benghazi, rapporte BBC.

L’amie personnelle du président Barack Obama est dans le collimateur du sénateur John McCain, qui mène une campagne contre elle depuis près de deux mois.

*Le 18 novembre 2012, 97 membres républicains de la Chambre des représentants ont signé une pétition demandant au président élu de renoncer à la nomination de Susan Rice au poste de secrétaire d’Etat.

 «Sur l'affaire Benghazi, Susan Rice nous a trompés soit délibérément, soit par incompétence», estiment les républicains.

Le 16 septembre 2012, celle-ci avait déclaré sur les télévisions américaines, reprenant un mémo de la CIA, que l’attaque contre le consulat américain à Benghazi n'était «pas forcément» un «attentat terroriste», mais plutôt le résultat d'une «manifestation spontanée» en réaction au film antimusulman Innocence of muslims.

La suite des évènements a démontré que cette attaque portait la marque d’Al Qaida. Il lui est reproché d’avoir volontairement passé sous silence cette information, qui a pourtant été confirmée par la CIA, pour protéger la réélection de Barack Obama.

Barack Obama a personnellement pris la défense de l’ambassadrice en demandant à ses détracteurs de directement s’en prendre à lui.

La candidature de la démocrate de 48 ans n'est pas du goût de tout le monde. Susan Rice est connue pour son ton parfois rugueux à l'ONU et certains se demandent si cette spécialiste de l'Afrique aura la finesse de Hillary Clinton pour gérer des dossiers délicats comme le Proche-Orient.

Lu sur BBC

A lire aussi

Un film anti-musulmans qui n'a rien d'innocent

Les spots politiques les plus racistes de l'histoire américaine

Les Etats-Unis ne doivent pas interférer dans les affaires libyennes