SlateAfrique

mis à jour le

L'idylle «secrète» de Jean Marie Le Pen

«Histoires secrètes», le livre enquête des journalistes français Pierre Péan et Philippe Cohen, sur la vie de Jean Marie Le Pen, soulève à nouveau la polémique. Loin des accusations de tortures dont le leader frontiste fait l’objet durant la guerre d’Algérie, les journalistes dévoilent dans cet ouvrage, un pan de la vie personnelle de Le Pen.

Des relations intimes entre le maire défunt de Pau, André Labarrère et Jean Marie-Le Pen sont exhumés dans ce livre, révèle les bonnes feuilles parues dans Le Point dans son édition du 15 novembre 2012.

«Je l'ai bien connu quand nous étions étudiants. Même très, très bien connu. C'était un beau gosse. Il s'est un peu enrobé depuis», aimait à se répéter sourire en coin, André Labarrère, un des tout premiers hommes politique français à avoir révélé son homosexualité, en parlant de Jean Marie Le Pen.

Il prenait également un malin plaisir à évoquer une dédicace de Le Pen dont il avait été le destinataire: «En souvenir de nos délicieux moments passés ensemble».

Six ans après le décès du maire socialiste de Pau, l’anecdote refait surface, à la suite de la publication de ces bonnes feuilles, qui enfle la polémique.

André Labarrère ne faisait pas mystère du bon souvenir de sa rencontre avec Jean-Marie Le Pen au bon vieux temps de l'insouciance parisienne. Cohen et Péan résument d’ailleurs dans cet ouvrage, de ce qui était devenu un secret de polichinelle.

«Nos relations étaient amicales. Un très beau type, fin, grand. Il ne me laissait pas de marbre», répétait souvent Labarrère.

Le président d'honneur du Front national, Jean Marie Le Pen a rapidement nié l'existence d'une relation intime avec André Labarrère quand, au début des années cinquante, ils présidaient, chacun de leur côté, des associations d'étudiants à la Sorbonne. Tout juste reconnaît-il que Labarrère a certainement «fantasmé» sur lui.

Lu sur Sud-Ouest

A lire aussi

France-Algérie: la guerre des bras d'honneur

Gérard Longuet a réinventé le FLN

Pourquoi Marine Le Pen fait peur aux Africains