SlateAfrique

mis à jour le

Gambie - La justice française veut la vérité sur la catastrophe du Joola

La justice française a rendu son verdict sur l’affaire du terrible naufrage du bateau le Joola en 2002 au large de la Gambie.

Les recours de six responsables sénégalais visés par des mandats d’arrêt internationaux dans l’affaire du Joola, ont été rejetés, le 20 novembre 2012, par la Cour de Cassation de Paris, rapporte RFI.

Ces personnalités civiles et militaires contestaient devant la plus haute juridiction pénale française leur implication après le naufrage du bateau en septembre 2002, et qui a causé près de 2.000 morts.

Au Sénégal, le dossier a été classé en 2003 au motif que le commandant de bord, principal responsable du drame a péri au moment de l’accident. En France, au même moment, les familles de 22 victimes françaises ont entamé une procédure judiciaire, pour homicides involontaires et défaut d’assistance à personnes en danger.

A la suite de la plainte, le juge du tribunal d’Evry Jean-Wilfried Noël a déposé en septembre 2008 des mandats contre neufs personnalités qu’il souhaitait entendre. Mais en janvier 2010, deux de ces mandats ont été annulés par la justice française, à savoir ceux qui visaient l’ancien Premier ministre sénégalais au moment du naufrage, Mame Madior Boye et l’ancien ministre des Forces armées Youba Sambou.

Les sept autres personnalités ont lancé une bataille judiciaire pour faire annuler leurs mandats d’arrêt. En mai 2012, la Cour d’appel de Paris a rejeté les recours de ces personnes mises en cause, qui ont par la suite saisi la Cour de cassation. Celle-ci par la décision rendue le 20 novembre 2012 a confirmé le délibéré de la Cour d’appel.

Cette nouvelle décision de la justice française a été saluée par un collectif de victimes, le Comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial-musée Le Joola, qui regroupe quatre associations de familles des victimes sénégalaises et françaises, mais aussi d’autres organisations de la société civile. Pour ce collectif, ce rejet par la Cour de cassation française est «une bonne nouvelle».

La Cour de cassation ayant définitivement rejeté les recours des personnalités sénégalaises mises en cause, la procédure va donc pouvoir se poursuivre en France.

Lu sur RFI

A lire aussi

Sénégal: le drame du Joola et la culture de l'impunité

Joola: le deuil des familles passe par le renflouage de l'épave

Les oubliés du «Titanic sénégalais»